Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘astiquer’

LA FEMME DE MENAGE (Raymond Federman)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2018



LA FEMME DE MENAGE

le seul plaisir que ma mère,
a dû avoir dans sa vie de misère
c’est quand elle faisait
le ménage dons les maisons
des quartiers riches

pendant les longues heures
qu’elle passait à genoux
à cirer les parquets
des maisons riches
elle se disait c’est beau ici
je me sens un peu comme chez moi
chaque fois que je fais le ménage ici

et pendant qu’elle astiquait
les meubles dernier cri des riches
époussetait leurs bibelots
faisait leurs lits
lavait leur vaisselle
repassait leurs cols de chemises
en prenant bien soin
de ne pas faire de faux-plis
elle se disait qu’est-ce qu’ils ont
comme belles choses ces gens-là
tout en contemplant d’un air absent
ses mains gercées

***

THE CLEANING WOMAN

the only pleasure my mother
must have had
in her miserable life
was when she cleaned
the houses of the rich

during the long hours she spent
on her knees scrubbing floors
she would say to herself
it’s so beautiful here
I always feel like I am at home
whenever I come here

and while she polished
the fancy furniture
dusted the bibelots
made the beds
washed the dishes
pressed the shirts of monsieur
being very careful not to make
a double crease in the collar
she would say absently
while contemplating
her bruised hands
what beautiful things
these people have

(Raymond Federman)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce vent bleu d’orient (Aoki Getto)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



 

Ce vent bleu d’orient –
on dirait qu’il astique
les montagnes de l’aube

(Aoki Getto)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Le soleil astique (Roland Halbert)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2017



 

Júlia Fernández Sánchez 110

Le soleil astique                           Un arrosoir brille.
les seins des filles dans l’eau.

(Roland Halbert)

Illustration: Júlia Fernández Sánchez

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

AN AUGUST MIDNIGHT (Thomas Hardy)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2015



 

MINUIT D’AOÛT

I
Une lampe sourde, un rideau qui frémit,
Et quelque part la cadence d’une horloge.
Un faucheux, un phalène, un bourdon,
Entrent dans ce décor — ailés, cornus, hirsutes —
Et sur ma page, flaneuse s’est posée
Une mouche. Assoupie, elle astique ses pattes.

II

Nous voici donc cinq réunis dans la paix
De cette heure, en ce lieu précis.
Mes visiteurs polluent d’encre fraîche ma page,
heurtent la lampe, retombent sur le dos.
Et moi, pensif : « Très humbles, nées de Dieu ! ».
Qui savent de la Terre des secrets que j’ignore.

***

AN AUGUST MIDNIGHT

I
A shaded lamp and a waving blind,
And the beat of a clock from a distantor:
On this scene enter — winged, horned, and spined —
A longlegs, a moth, and a dumbledore ;
While’ mid my page there idly stands
A sleepy fly, that rubs its hands…

II
Thus meet we five, in this still place,
At this point of time, at this point in space.
— My guests besmear my new penned line,
Or bang at the lamp and fall supine.
`God’s humblest, they !’ I muse. Yet why ?
They know Earth-secrets that know not I.

(Thomas Hardy)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :