Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘atteler’

L’EAU, LE FEU (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2018



L’EAU, LE FEU

Le feu voulait bien, mais l’eau ne voulait pas.
Une autre fois, l’eau était pour, mais le feu était contre.
Un beau jour enfin, le feu et l’eau voulurent ensemble.
Catastrophe!
il faut dire que cette idée d’atteler le feu et l’eau à la même charrette…

(Norge)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 6 Comments »

Parle bas (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2018



Illustration: Pef
    
Parle bas
La bouche pleine de soleil et de laine
Il est temps
La terre s’ouvre les veines
Les hommes attellent leurs bras
Pour vivre
On attend les graines de ta voix
On attend chacun sa part
Chacun sa peine
Et les yeux sont coulés sous des filets de haine.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le vrai de la chose (Jules Laforgue)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2018



Le vrai de la chose

Ah! c’est pas sa chair qui m’est tout,
Et suis pas qu’un grand coeur pour elle;
Non, c’est d’aller faire les fous
Dans des histoires fraternelles!

Oh! vous m’entendez bien!
Oh! vous savez comme on y vient;
Oh! vous savez parfaitement qu’il y a moyen,
Et comme on s’y attelle.

Lui défeuiller quel Tout je suis,
Et que ses yeux, perdus, m’en suivent!
Et puis un soir : « Tu m’as séduit
 » Pourtant!  » – et l’aimer toute vive.

Et s’aimer tour à tour,
Au gras soleil des basses-cours,
Et vers la Lune, et puis partout! avec toujours
En nobles perspectives…

Oh! c’est pas seulement la chair,
Et c’est pas plus seulement l’âme;
C’est l’Esprit édénique et fier
D’être un peu l’Homme avec la Femme.

(Jules Laforgue)


Illustration: Pascal Renoux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MES FRÈRES… (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2016



 

MES FRÈRES…

Mes frères
Il faut pouvoir atteler nos poèmes
à la charrue du boeuf maigre
Il faut qu’ils s’enfoncent jusqu’aux genoux
Dans la vase des rizières
Il faut qu’ils posent toutes les questions
Il faut qu’ils moissonnent toutes les lumières
Il faut que nos poèmes telles des bornes kilométriques jalonnent les routes
Il faut qu’ils soient le signal avant-coureur de l’approche de l’adversaire
Il faut qu’ils battent le tam-tam dans la jungle
Et tant que sur la terre un seul pays ou même un seul homme est esclave
Et tant qu’il reste au ciel ne serait-ce qu’un seul nuage atomique
Il faut qu’ils donnent tous leurs biens, nos poèmes corps et âme à la grande liberté.

(Nâzim Hikmet)

Illustration: Marc Legris

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cendres d’or (Dominique Maurizi)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2016



Cendres d’or

J’ai dans ma tête la caravane et
les pièces d’argent,
j’ai sur mon front le coquelicot et
l’or du sable.

Mais ma peine si rude m’a fait perdre l’esprit.
Comment donc avancer, comment donc tout descendre ?

Rachète, écris !, murmure la voix. Il faut, il faut
que je m’y attelle. Avec la table, le lit. La nuit.
C’est être libre, me dit-elle, que d’être là avec ardeur.
Avec ardeur et — abandon de soi. Rappelle-le moi !

Serre,
serre tes feuilles près de
toi, serre tes fleurs, cours dans
la lumière, et
prie afin de vivre, d’aimer.

(Dominique Maurizi)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNA OU LA MORT LA VIE (Pierre Emmanuel)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2015



physalis-

UNA OU LA MORT LA VIE

Romps, écartèle, amour ! attelle au centre
La roue des vents que cercle l’horizon
Vivant soleil échappant à sa jante
Fais de ce coeur la proie de ses rayons
Ce coeur captif qui fut longtemps sa geôle
Réduite aux quatre murs de sa raison
Qu’il voie les angles vifs de sa muraille
Comme des aigles face au vide déployer
Une envergure cardinale à la mesure
De l’Ouvert que peut seul affronter un envol
Sans retour effaçant de son ombre le sol
D’un bord à L’autre sans quitter des yeux le centre.

(Pierre Emmanuel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :