Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘attentif’

Lisant un jour clair mes vers bien-aimés (Antonio Machado)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2019



Antonio Machado

Lisant un jour clair
mes vers bien-aimés,
j’ai vu dans le profond
miroir de mes songes

qu’une vérité divine
y tremble de frayeur,
et qu’elle est une fleur qui veut
jeter au vent son parfum.

L’âme du poète
s’oriente vers le mystère.
Seul le poète peut
regarder ce qui est loin
dans l’âme, enveloppé
d’un soleil trouble et magique.

Dans ces galeries,
sans fond, du souvenir,
où les pauvres gens
ont accroché comme un trophée

un habit de fête mité et vieux,

le poète sait
regarder l’éternel
labeur des abeilles
dorées des songes.

Poètes, l’âme attentive
au ciel profond,
dans la cruelle bataille
ou dans le jardin tranquille,

nous fabriquons le miel nouveau
avec les vieilles douleurs,
patiemment nous faisons
l’habit blanc et pur,
et sous le soleil polissons
la forte armure de guerre.

L’âme sans rêve,
le miroir ennemi,
projette notre image
avec un profil grotesque.

Nous sentons une vague
de sang, dans notre coeur,
qui passe… et, souriant,
revenons à notre labeur.

(Antonio Machado)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ton rire (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2019



Ton rire

Les fleurs se prosternent
Devant tes pas menus
Tu ris dans l’herbe
Sous un gai soleil
Ou sous la pluie
Qui te fait cet adorable visage
Mouillé qui reste enjoué
Et qu’on a envie d’essuyer
Non avec un mouchoir
Mais avec des baisers
Et dans la candeur de l’aube
Ton regard en prend la couleur

Tu ris sous le feuillage attentif
D’un arbre qui songe
Déjà à une abondance de fruits
Rien que pour te faire plaisir
Car il aime te voir croquer ses pommes
Et danser autour de lui
Dans le pré verdoyant
En légère robe d’été
Qui incite au péché.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Kendrick Sydney

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Onctueux le chat (Claude Pujade-Renaud)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    

Onctueux le chat
se coule dans un rêve
lui impose son rythme

Liquide il abolit
la densité des os
étire son squelette

Au creux des arbres
il flaire ses origines
feuillage et pelage

Son royaume sans âge
de courbes et frémissements
et d’envols furtifs

Vigilant fainéant
s’endort attentif
au silence des oiseaux

(Claude Pujade-Renaud)

 

Recueil: Instants incertitudes
Traduction:
Editions: Le Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit n’est jamais complète (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2018



Illustration
    
La nuit n’est jamais complète.
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée

Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, Faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.

La nuit n’est jamais complète.

(Paul Eluard)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ne sois pas dans l’attente (Paroles Soufies)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2018



 

Ne sois pas dans l’attente que cessent en toi
les pensées profanes, cela t’empêche, dans
l’état où Il te met, d’être attentif à Lui Seul.

(Paroles Soufies)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Absences (Esther Granek)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2018



Audrey Kawasaki 2006

 

Absences

Tout proche de l’interlocuteur
et pourtant loin, l’esprit ailleurs,
comme en un voyage m’évadant,
je suis là, présent et absent,
hochant la tête de temps en temps.

Tout proche de l’interlocuteur
et pourtant loin, l’esprit ailleurs,
combien de fois ai-je trahi
quand je semblais, yeux et ouïe,
attentif à mon vis-à-vis ?

(Esther Granek)

Illustration: Audrey Kawasaki

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ATTENTE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018


 


L’ATTENTE

Les années passaient. Auguste ne voyait rien venir.
Les saisons allaient leur bonhomme de train,
et la main sur les yeux, Auguste, l’attentif, guettait leurs longs cortèges.
Sable des nuits, vents et marées, jus dans les vignes, Auguste et son attente.
Il ne voyait rien venir.
Mais au fond, dit Auguste, un soir de canicule,

au fond, qu’est-ce que j’attends ?

(Norge)


Illustration: Odilon Redon

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Être en attente (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2018



Illustration: Véronique Wibaux 
    
Être en attente, c’est être attentif
À tous signes annonçant l’advenance.
Si Dieu est, il est aussi dans l’attente;
De l’advenance, nous sommes partie prenante.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

PIERRES DE LA FORÊT BRUMEUSE (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2018



rochers rouges brume

 

PIERRES
DE LA FORÊT BRUMEUSE
ln memoriam Hiang Pi Fong

1.
Où s’arrête le chemin
les changements commencent
et les rochers surgissent
idées de la terre

2.
Allongé dans la brume
parmi les rochers rouges
attentif aux leçons
du vent et de la pluie

3.
Au dire du vieil homme
ici dans la montagne
tout contre le ciel
chaque rocher est un lotus

*

STONES
OF THE CLOUDY FOREST
In memoriam Hsiang Pi Feng

1.
Where the path ends
the changes begin
and the rocks appear
ideas of the earth

2.
Lying in the mist
among red rocks
admiring the lessons
of wind and rain

3.
As the old man said
up in the mountains
close to the sky
every rock looks like a lotus

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Julius Bissier jouait du violoncelle (Emmanuel Moses)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2018



Illustration: Salvador Dali
    
Julius Bissier jouait du violoncelle

Dans son journal, le peintre allemand Julius Bissier écrit :
« Comme une araignée nous surprend dans le rêve et le sommeil,
l’angoisse me saisit à la gorge » (13 novembre 1943)
et le 16 janvier 1944 :
« Il faut une force énorme pour attendre la renaissance de la vie. »

Prise à la même époque, une photographie le montre
jouant du violoncelle
attentif semble-t-il autant aux sons tirés de l’instrument
qu’aux résonances intérieures
le visage partagé entre l’ombre et la clarté

chaque jour il lance un appel à l’infiniment lointain
qui lui répond en toute intimité

(Emmanuel Moses)

 

Recueil: Figure rose
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :