Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘attitude’

EGEIA (Oscar Milosz)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2017



EGEIA

Pourquoi ce front si triste, Egeia, forme de mon âme,
Pourquoi ces larmes dans les yeux de ma bien-chère ?
Le sourire de mon amie est comme un blâme,
Ses yeux sont comme un grand silence sur la mer…

Egeia, Egeia ! C’est l’atroce insomnie
De la Vie, ô ma douce, qui psalmodie en vous
Sa berceuse sans fin, dont la monotonie
N’endort ni les regrets, ni les frayeurs, ni les dégoûts !

Je me penche sur mon mirage en l’eau grise de vos pensées
Et ma tristesse est un vertige de parfums fades,
Et les doux flots lents sont un troupeau bêlant d’agnelles malades,
Là-bas, sur la plage nocturne où nos pas se sont effacés…

Nos âmes sont la mort de la mer sur les sables
Où tremble le vieux clair-de-lune des regrets,
Et les jours que nous regrettons sont misérables,
Et les jours que nous espérons sont des désespérés…

Adieu les mots chanteurs, adieu les nobles attitudes,
Adieu l’amour de la Douleur, adieu le mépris de la Gloire !
— Ecoutons sangloter, dans les lointaines solitudes,
L’eau faible et résignée où défaille le Soir…

(Oscar Milosz)

Illustration: Carolus-Duran 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Fait accompli (Rose Ausländer)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2017



Illustration: Nicole Brousse

    
Fait accompli

Depuis quelque temps, j’ai un talent étrange:
je sais traverser les murs, tête la première.
Ce n’est pas sorcier.

Juste une certaine aptitude corporelle (ou spirituelle?)
qui survient parfois, selon mon attitude.

Je ne peux rien en dire de particulier.
Quand le moment est venu, je sens que je peux le faire et même que je dois le faire.
Cela me procure un sentiment de puissance et de liberté.

Je ne me casse pas la tête pour savoir pour quelle raison
et dans quel but il me faut passer à travers le mur.

Je passe tout simplement,
aller-retour.
Le Fait accompli
me suffit.

(Rose Ausländer)

 

Recueil: Sans visa
Traduction: Eva Antonnikov
Editions: Héros-Limite

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lorsque tu posais la main (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2016



 

Lorsque tu posais la main
sur mon genou, sur mon épaule
ou à ma hanche,
le monde changeait d’attitude.

(Yannis Ritsos)

Illustration: Gleyre Charles

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

CONSÉQUENCES (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2016



 

CONSÉQUENCES

Des années durant, il se tourmentait; il se déshabillait
devant des miroirs d’un grand ou d’un petit format,
devant n’importe quelle vitre; il essayait avec soin
une attitude, puis une autre, pour choisir, pour trouver
celle qui lui était la plus personnelle, la plus naturelle, pour devenir
sa propre statue accomplie — encore qu’il sût que les statues sont le plus souvent réservées
aux morts, et plus souvent encore à certains dieux inconnus, inexistants.

(Yannis Ritsos)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Nous ne cessons de dire adieu (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2016



Mais qui donc nous a retournés ainsi, pour que,
quoi que nous fassions, nous ayons l’attitude
de quelqu’un qui s’en va? Arrivé sur
la dernière colline, qui lui montre encore une fois
sa vallée tout entière, il se retourne, s’arrête, tarde un peu -,
notre vie est pareille, nous ne cessons de dire adieu.

***

Wer hat uns also umgedreht, daß wir,
was wir auch tun, in jener Haltung sind
von einem, welcher fortgeht? Wie er auf
dem letzten Hügel, der ihm ganz sein Tal
noch einmal zeigt, sich wendet, anhält, weilt —,
so leben wir und nehmen immer Abschied.

(Rilke)

Illustration: Salvador Dali

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :