Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘attraits’

Une Amie (Louise Colet)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Une Amie

Si vous l’aviez connue à sa quinzième année,
Elle était belle alors, belle à vous rendre fou !
En voyant les attraits dont elle était ornée,
Vous auriez devant elle incliné le genou !

Pour caresser sa main frêle, blanche et veinée,
Poète, vous eussiez été je ne sais où ;
Et votre part du ciel, oh ! vous l’auriez donnée
Pour un baiser d’amour posé sur son beau cou !

Mais, avec la douleur, toute beauté se fane ;
Elle a souffert longtemps, et le regard profane
Ne voit plus sur ses traits de magiques trésors :

Ses yeux se sont ternis et son front n’est plus rose.
Eh bien ! moi, j’applaudis à sa métamorphose,
Car son âme a gagné ce qu’a perdu son corps.

(Louise Colet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Camélia (J.J. Grandville)

Posted by arbrealettres sur 25 septembre 2017



Camélia

Il n’était bruit dans Venise que des attraits de la comtesse Impéria.
Sa beauté fière et majestueuse frappait tout le monde d’admiration;
son teint d’un blanc velouté, nuancé d’une légère teinte rose,
était un objet d’envie pour toutes les dames de Venise.
Le glorieux époux de la mer, le Doge lui-même, avait dit, le jour de son couronnement,
que s’il avait été libre de son choix,
ce n’est pas l’Adriatique qui aurait reçu son anneau de fiançailles…

[Et cependent voici les dernières paroles que lui adressa
avant de se suicider Stenio, le jeune Vénitien qu’elle avait
choisi entre tous pour époux:]
« Madame, vous ressemblez à cette fleur qu’on nomme
le camélia et qu’un jésuite nous a récemment apportée de Chine:
elle est charmante à l’oeil, mais elle ne dit rien à l’odorat.
Vous êtes belle madame,
mais vous n’avez pas ce parfum de la beauté qui s’appelle l’amour! »

[Et la comtesse Impéria de s’écrier:]
« Maudit soit le jour, où j’ai voulu vivre sur la terre!
Si la Fée m’avait dit, tu auras un coeur insensible, une âme froide,
tu assisteras impassible au spectacle des maux que tu feras naître,
tu brilleras d’une beauté fatale qui ne reflètera aucun sentiment de tendresse,
je n’aurais pas demandé à changer de sort.
Fleur, on peut vivre sans parfum;
femme, on ne saurait exister sans amour!
O Fée, rends-moi à ma première forme,
fais que je redevienne camélia:
il y a bien assez de femmes sans coeur sur la terre. »

La Fée aux Fleurs ne tarda pas à réaliser ce souhait.
Redevenue fleur, Impéria se ressouvint de Stenio:
on vit fleurir comme par enchantement
un magnifique camélia sur la tombe du jeune homme.

(J.J. Grandville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Où est celui de qui j’étais aimée? (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 9 juin 2017



Quand l’âge, à me fondre en débris,
Vous-même aura glacée
Qui n’avez su de ma pensée
Me sacrer les abris;

Qui, du saut des boucs profanée,
Pareille sécherez
A l’herbe dont tous les attraits,
C’est une matinée;

Quand vous direz: « Où est celui
De qui j’étais aimée? »
Embrasserez-vous la fumée
D’un nom qui passe et luit?

(Paul-Jean Toulet)


Illustration: Alain Marbezy

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OARISTYS (André Chénier)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2016



Marcel Roux  Oaristys r7

 

L’OARISTYS

DAPHNIS.
Hélène daigna suivre un berger ravisseur
Berger comme Pâris, j’embrasse mon Hélène.

NAÏS.
C’est trop t’enorgueillir d’une faveur si vaine.

DAPHNIS.
Ah ! ces baisers si vains ne sont pas sans douceur.

NAÏS.
Tiens ; ma bouche essuyée en a perdu la trace.

DAPHNIS.
Eh bien ! d’autres baisers en vont prendre la place,

NAÏS.
Adresse ailleurs ces voeux dont l’ardeur me poursuit :
Va, respecte une vierge.

DAPHNIS.
Imprudente bergère,
Ta jeunesse te flatte ; ah ! n’en sois point si fière :
Comme un songe insensible elle s’évanouit.

NAÏS.
Chaque âge a ses honneurs, et la saison dernière
Aux fleurs de l’oranger fait succéder son fruit.

DAPHNIS.
Viens sous ces oliviers ; j’ai beaucoup à te dire.

NAÏS.
Non ; déjà tes discours ont voulu me tenter.

DAPHNIS.
Suis-moi. sous ces ormeaux ; viens de grâce écouter
Les sons harmonieux que ma flûte respire :
J’ai fait pour toi des airs, je te les veux chanter ;
Déjà tout le vallon aime à les répéter.

NAÏS.
Va, tes airs langoureux ne sauraient me séduire.

DAPHNIS.
Eh quoi ! seule à Vénus penses-tu résister ?

NAÏS.
Je suis chère à Diane ; elle me favorise.

DAPHNIS.
Vénus a des liens qu’aucun pouvoir ne brise.

NAÏS.
Diane saura bien me les faire éviter.
Berger, retiens ta main… ; berger, crains ma colère.

DAPHNIS.
Quoi ! tu veux fuir. l’amour ! l’amour à qui jamais
Le coeur d’une beauté ne pourra se soustraire ?

NAÏS.
Oui, je veux le braver… Ah !… si je te suis chère…
Berger…, retiens ta main…, laisse mon voile en paix.

DAPHNIS.
Toi-même, hélas ! bientôt livreras ces attraits
A quelque autre berger bien moins digne de plaire.

NAÏS.
Beaucoup m’ont demandée, et leurs désirs confus
N’obtinrent, avant toi, qu’un refus pour salaire.

DAPHNIS.
Et je ne dois comme eux attendre qu’un refus.

NAÏS.
Hélas ! l’hymen aussi n’est qu’une loi de peine ;
Il n’apporte, dit-on, qu’ennuis et que douleurs.

DAPHNIS.
On ne te l’a dépeint que de fausses couleurs :
Les danses et les jeux, voilà ce qu’il amène.

NAÏS.
Une femme est esclave.

DAPHNIS.
Ah ! plutôt elle est reine.

NAÏS.
Tremble près d’un époux et n’ose lui parler.

DAPHNIS.
Eh ! devant qui ton sexe est-il fait pour trembler ?

NAÏS.
A des travaux affreux Lucine nous condamne.

DAPHNIS.
Il est bien doux alors d’être chère à Diane.

NAÏS.
Quelle beauté survit à ces rudes combats ?

DAPHNIS.
Une mère y recueille une beauté nouvelle :
Des enfants adorés feront tous tes appas ;
Tu brilleras en eux d’une splendeur plus belle.

NAÏS.
Mais, tes voeux écoutés, quel en serait le prix ?

DAPHNIS.
Tout : mes troupeaux, mes bois et ma belle prairie ;
Un jardin grand et riche, une maison jolie,
Un bercail spacieux pour tes chères brebis ;
Enfin, tu me diras ce qui pourra te plaire ;
Je jure de quitter tout pour te satisfaire :
Tout pour toi sera fait aussitôt qu’entrepris.

NAÏS.
Mon père…

DAPHNIS.
Oh ! s’il n’est plus que lui qui te retienne,
Il approuvera tout dès qu’il saura mon nom.

NAÏS.
Quelquefois il suffit que le nom seul prévienne :
Quel est ton nom ?

DAPHNIS.
Daphnis ; mon père est Palémon.

NAÏS.
Il est vrai : ta famille est égale à la mienne.

DAPHNIS.
Rien n’éloigne donc plus cette douce union.

NAÏS.
Montre-les moi ces bois qui seront mon partage.

DAPHNIS.
Viens ;. c’est à ces cyprès de leurs fleurs couronnés.

NAÏS.
Restez chères brebis ; restez sous cet ombrage.

DAPHNIS.
Taureaux, paissez en paix ; à celle qui m’engage
Je vais montrer les biens qui lui sont destinés.

NAÏS.
Satyre, que fais-tu ? Quoi ! ta main ose encore…

DAPHNIS.
Eh ! laisse-moi toucher ces fruits délicieux…
Et ce jeune duvet…

NAÏS.
Berger…, au nom des dieux…
Ah !… je tremble…

DAPHNIS.
Et pourquoi ? que crains-tu ? Je t’adore.
Viens.

NAÏS.
Non ; arrête… Vois, cet humide gazon
Va souiller ma tunique, et je serais perdue ;
Mon père le verrait.

DAPHNIS.
Sur la terre étendue
Saura te garantir cette épaisse toison.

NAÏS.
Dieux ! quel est ton dessein ? Tu m’ôtes ma ceinture.

DAPHNIS.
C’est un don pour Vénus ! vois, son astre nous luit.

NAÏS.
Attends… ; si quelqu’un vient… Ah dieux ! j’entends du bruit.

DAPHNIS.
C’est ce bois qui de joie et s’agite et murmure.

NAÏS.
Tu déchires mon voile !… Où me cacher ! Hélas !
Me voilà nue ! où fuir !

DAPHNIS.
A ton amant unie,
De plus riches habits couvriront tes appas.

NAÏS.
Tu promets maintenant… Tu préviens mon envie ;
Bientôt à mes regrets tu m’abandonneras.

DAPHNIS
Oh non ! jamais… Pourquoi, grands dieux ! ne puis-je pas
Te donner et mon sang, et mon ame, et ma vie.

NAÏS.
Ah… Daphnis ! je me meurs… Apaise ton courroux,
Diane.

DAPHNIS.
Que crains-tu ? L’amour sera pour nous.

NAÏS.
Ah ! méchant, qu’as-tu fait ?

DAPHNIS.
J’ai signé ma promesse.

NAÏS.
J’entrai fille en ce bois, et chère à ma déesse.

DAPHNIS.
Tu vas en sortir femme, et chère à ton époux.

(André Chénier)

Illustration! Marcel Roux

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :