Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘au large’

Femmes qui passent (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



Femmes qui passent
Femmes qui passent ne veut pas dire
qu’elles passent au large de moi
mais qu’elles passent à travers moi
regards allures et parfums
en y laissant de multiples traces
aussitôt gonflées comme un plumage
lequel tarde à se refermer

(Ludovic Janvier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce qui attire au large (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018



Illustration: Jean-Michel Folon 
    
Ce qui attire au large bat sous les tempes.

(Pierre Dhainaut)

 

Recueil: Sur le vif prodigue
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Vivante ou morte (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2018



Illustration: Pascal Renoux
    
Vivante ou morte, Ô toi qui me connais si bien,
Laisse-moi t’approcher à la façon des hommes

Il fait nuit dans la pièce où tremble un oreiller
Comme un voilier qui sent venir la haute mer,
Et je ne comprends pas si je suis l’équipage
Ou l’adieu d’un bras nu resté sur le rivage.

Ah que j’arrête un jour ta chair à la dérive,
Toi qui vas éludant mon désir et le tien,
Au large de mes mains, qu’escortent des abîmes,
Quand mes pieds pour appui n’auront qu’un frêle bruit.

Un bruit de petit jour étouffé de ténèbres
Mais capable pourtant de toucher ta fenêtre
Et de la faire ouvrir.

(Jules Supervielle)

 

Recueil: Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jusqu’au bout du vent (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 28 octobre 2017



jusqu’au bout du vent
on est au large
peu importe le lieu dans la langue
l’endroit précis d’une terre
on reconnaît

il n’y a pas d’ailleurs
sans savoir on avance
vers ce qui serait au-delà
de l’étroit
ou du ciel
on avance
et les mots familiers comme des bêtes
sans bruit tracent la route
et vont vite

(Antoine Emaz)

Illustration: Jean-Georges Cornélius

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au large (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2017



Au large

Epiés par la mort
Brassés par l’existence
Nous sommes ce lieu d’un souffle
Trop vaste pour nos contours

Seule la musique résonne
Par-delà tous les sons

Seule se risque la poésie
Au plus large du temps.

(Andrée Chedid)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ce soir (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017



Illustration: Le Bernin
    
Ce soir, retire complètement mon esprit de mon corps,
afin que je n’aie plus ni forme ni nom en ce monde!
En ce moment je suis ivre en Toi, donne-moi une autre coupe!
Alors je serai effacé des deux mondes en Toi.

Lorsque je me serai anéanti en Toi et serai devenu ce que Tu sais,
alors je prendrai la coupe du non-être et je la boirai coupe après coupe
[…]

Donne-moi à chaque instant le vin du non-être;
lorsque je serai entré dans le non-être,
je ne ferai plus de différence entre la maison et son toit.
[…]

Soulève les vagues du non-être afin de m’emporter au large!
Jusqu’à quand arpenterai-je le rivage de l’Océan dans la crainte?

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Galaxies (Margarita Guarderas de Jijon)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016



Il ne faut pas chercher
dans les lieux ouverts,
trop haut on pourrait
toucher au grand drap.
Nous bâtissons tous
une même couleur parmi
d’autres lointaines.
Seuls au large
pour ramper
par le noir des chiffres,
par le noir des gestes,
très bas dans le cycle,
très bas dans le cercle,
car tout se répète,
vers le rythme, vers le code
où l’étrange rite couve.

(Margarita Guarderas de Jijon)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JEUNE FILLE (Christiane Barrillon)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2016



JEUNE FILLE,

ma fille,

en fleur sous mon toit de ciel,
par la fenêtre ouverte
le grand air, le soleil
te sucrent, te dorent,
te duvètent, te veloutent,
et je sais que tes rêves
ont déjà pris leur vol…

Le jour passe à grands pas
— je sais à qui tu penses —
et la nuit étoilée
s’écoule en scintillant
sur tes seins et tes hanches…

Berceuse de mes jours,
veilleuse de mes nuits,
lorsque la femme-fruit
t’aura pris corps et âme,
au bras de ton amour
tu quitteras ma branche
et t’en iras riant
dans tes pétales de dents blanches…

Je suis le vent du soir
qui délie l’amarre
de ton bateau
et l’emporte
d’une main forte
au large
au libre cours de l’eau

Les bras de l’aulne se dénouent
et la tête du saule
roule sur mon épaule
cheveux épars
plongés parmi les fleurs
de lune
des nénuphars

Je suis le vent du soir
levant les voiles
sur les flots
déploiement d’ailes
qui s’élancent
roulis de rêves
où se balance
ton âme nue
en son berceau

(Christiane Barrillon)

Illustration: David Brayne

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le désert (Maître Eckart)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2015


desert

Ce point est la montagne
à gravir sans agir
Intelligence!
Le chemin t’emmène
au merveilleux désert,
au large, au loin,
sans limite il s’étend.
Le désert n’a
ni lieu ni temps,
il a sa propre guise.

Ce désert est le Bien
par aucun pied foulé,
le sens créé
jamais n’y est allé:
Cela est; mais personne ne sait quoi.
C’est ici et c’est là,
c’est loin et c’est près,
c’est profond et c’est haut,
c’est donc ainsi
que ce n’est ça ni ci.

***

Des puntez berk
stîg âne werk,
vorstenlichkeit!
der wek dich treit
in eine wûste wunderlîch,
die breît, di wît,
unmêzik lît.
dî wûste bat
noch zît noch stat,
ir wîse dî ist sunderlîch.

Daz wûste gût
nî vûz durch wût,
geschaffen sin
quam nî dâ hin:
us ist und weis doch nimant was.
us hî, us dâ
us verre, us nâ
us tîf, us hô
us ist alsô,
daz us ist weder diz noch daz.

(Maître Eckart)

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

DEUXIÈME RETOUCHE A L’ANGOISSE (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2015



Homme-perdu-barque-film

DEUXIÈME RETOUCHE A L’ANGOISSE

Sur le plan de la mer et du ciel
dont les lumières s’encastrent
jusqu’à s’évanouir
une barque tremble
pareille à l’interrogation de l’homme
au large du bonheur

(Daniel Boulanger)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :