Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘autant’

Ne pensez plus autant (Francis Picabia)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2018



Illustration: Carolus-Duran 
    
Ne pensez plus autant

On peut tout demander
à une femme
quand elle est nue
et qu’elle pense
à sa lointaine destinée.

(Francis Picabia)

 

Recueil: Anthologie
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Non, ce n’est pas moi (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2018




    
Non, ce n’est pas moi.
C’est quelqu’un d’autre qui souffre.
Moi, je n’aurais pas pu souffrir autant.

(Anna Akhmatova)

 

Recueil: Requiem : Poème sans héros et autres poèmes
Traduction: Jean-Louis Backès
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Je n’ai jamais eu de problème (Sarah Kane)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2018



Illustration: Jane Bown

Sarah Kane
    
Je n’ai jamais eu de problème dans ma vie
pour donner aux autres ce qu’ils veulent.
Mais personne n’a jamais été capable d’en faire autant.

Personne ne me touche,
personne ne s’approche de moi.

Mais vous vous m’avez touchée si profondément
putain je n’arrive pas à le croire
et je n’arrive pas à l’être autant.
Parce que je n’arrive pas à vous trouver.

(Sarah Kane)

 

Recueil: Psychose

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y aura d’autres jours (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2018



Illustration : Pierre Faure
    
Il y aura d’autres jours : on dort là-dessus. Dans l’abri
creusé, laisser place pour ce qui viendra. Passent des
jours sans heures. On se plie dans le détroit de l’oeil
avant l’angle : on attend.

Le mur coupe. Rien d’autre, devant.

Les mains savent, autant que les yeux.

(Antoine Emaz)

Recueil: Caisse claire
Traduction:
Editions: Points

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On envoie des messages (Fabienne Courtade)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018




    
on envoie des messages

le corps
se noie aussi le corps scintille tout autant

on peut toucher l’intérieur

juste à se regarder

[…]

ce qui compte,
c’est l’éblouissement

(Fabienne Courtade)

 

Recueil: Le même geste
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Étude de voix d’enfant (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2017




    
Étude de voix d’enfant
Rengaine pour piano mécanique
(Comme un rémouleur superbe et désabusé.)

Dépêche-toi de rire
il en est encor temps
bientôt la poêle à frire
et adieu le beau temps.

D’autres viendront quand même
respirer le beau temps
c’est pas toujours les mêmes
mais y a toujours des gens.

Sous le premier empire
y avait des habitants
sous le second rempire
y en avait tout autant.

Même si c’est plus les mêmes
tu t’en iras comme eux
tu t’en iras quand même
tu t’en iras chez eux.

C’est pas moi c’est mes frères
qui vivront après moi
même chose que mon grand-père
qui vivait avant moi.

Même si c’est plus les mêmes
on est content pour eux
nous d’avance on les aime
sans en être envieux.

Dépêche-toi de rire
il en est encor temps
bientôt la poêle à frire
et adieu le beau temps…

(Jean Tardieu)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma mère (Tawara Machi)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2016



Le matin où je pars à Tôkyô ma mère
me semble avoir pris autant de rides
que passeront de jours sans qu’on se revoie

(Tawara Machi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’ami de la pervenche (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2015



Rien n’est autant que lui
L’ami de la pervenche

Et du plant de salade
Qui commence à pousser.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 6 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :