Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘autonome’

NUIT DU CŒUR (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018




NUIT DU CŒUR

Automne dans le bleu d’un mur :
sois la protection des petites mortes.
Chaque nuit, dans la durée d’un cri, arrive une ombre nouvelle.
Tout esseulée danse la mystérieuse autonome.
Je partage sa peur d’animal très jeune durant la première nuit des battues.

(Alejandra Pizarnik)

Illustration: Gustave Courbet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mer bleu sombre (Jean-Pierre Lemaire)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017



Illustration: Victor Bauer   
    
Mer bleu sombre, inentamable
dont le mouvement ne dévoile rien
comme la femme qui a dit non
et redevient dans tous ses gestes
autonome, ignorante, étrangère
antérieure à la question même

(Jean-Pierre Lemaire)

 

Recueil: Le Pays derrière les larmes
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Feuille (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016




La Feuille

La nature, il y en a deux.
L’une,
telle qu’elle se sait elle-même.
L’autre, celle que nous voyons. Mais voyons-nous?
Ou bien n’est-ce que l’illusion des choses?

Qui suis-je pour éprouver
l’éventail d’un palmier?
Qui suis-je, pour être seigneur
d’une arche fermée, sacrée,
de vies autonomes?

La prétention d’être homme
et non chose ou limace
m’écrase face à la feuille
Qui tombe, après avoir vécu
intensément, silencieusement,
et qui, par ordre du Maire,
va disparaître sous un balai,
mais continue dans une autre feuille
étrangère à mon privilège
d’être plus fort que les feuilles.

(Carlos Drummond de Andrade)

 
Illustration: ArbreaPhotos
 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand tu dors (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2016



Quand tu dors
ta main me transmet inopinément une caresse.
Quelle zone de toi l’a formée,
quelle région autonome de l’amour,
quelle partie réservée à la rencontre ?

Quand tu dors
je te redécouvre.
Et je voudrais m’en aller avec toi
au lieu d’où vient cette caresse.

*

Mientras duermes
tu mano me transmite imprevistamente una caricia.
¿Qué zona tuya la ha creado,
qué autónoma región del amor,
qué parte reservada del encuentro?

Mientras duermes
te conozco de nuevo.
Y quisiera irme contigo
al lugar donde nació esa caricia.

(Roberto Juarroz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :