Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘autre monde’

Les couloirs du Rêve (Hélène Cixous)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Les couloirs du Rêve

C’est par ici,
par les couloirs magiques de la nuit
que reviennent vivants les morts bien-aimés,
la grand-mère de Proust ou mon père,
les villes perdues, Oran, Osnabrück,
plus belles que jamais
dans la distance où le rêve les retient,
c’est ici que les aveugles luttent en s’échangeant,
es-tu moi? es-tu mon frère?

Ici même c’est l’autre monde,
on y est sans effort,
en fermant les portes des yeux.
Ici, chez le Rêve, la mort devient ce qu’elle est:
une séparation seulement presque interminable,
interrompue par des retrouvailles brèves et extatiques,
dans une rame de métro ou dans un train.

Les voix s’échappent du silence.
Ici même c’est l’autre musique.
Écoutez!Sommes-nous dehors?
Sommes-nous dedans?

Vous rêvez.
Continuez à vous laisser rêver.

Il n’y aura pas de fin.

(Hélène Cixous)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

L’autre monde est aussi notre monde (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2016



On entend un bruit creux,
comme un tambour distrait. Un objet que le vent cogne,
encore et encore, à quelque chose que la terre retient.
Si la nuit n’est pas que cette absence de lumière,
si la nuit existe vraiment, alors elle est ce bruit.
Le bruit stéthoscopique d’un coeur au ralenti, qui bat,
qui se tait un instant, qui revient.
Comme si cette créature zigzaguait sur la Ligne de Démarcation.
Ou quelqu’un qui cogne à un mur, quelqu’un qui appartient à l’autre monde
mais qui est resté ici, qui cogne et veut revenir.
Trop tard. N’a pas eu le temps de descendre, de monter jusqu’ici, de monter à bord…

L’autre monde est aussi notre monde.

(Tomas Tranströmer)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Douleur de l’enfantement (Abdelwahab El-Bayati)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2016



Douleur de l’enfantement

Il a dit : tue-moi car j’aime tes yeux
Et c’est à cause de toi que je pleure
Sur la carte postale des églises gothiques rouges
se baignaient, dans le soleil
Picasso sur la couverture du dernier numéro de la revue
Vie fixe la lumière d’un autre monde
Elle a dit : la langue de la rose fleurit au jardin
De la nuit (…)

(Abdelwahab El-Bayati)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :