Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘avilir’

Tant de travail (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2019



Illustration: Josephine Wall
    
Tant de travail, docteur, pour découvrir enfin
Que l’Être se nourrit, et meurt de pourriture ?
Ah! cesse, à tes fourneaux, d’avilir la nature :
Ce n’est que songe et fleurs dont nos âmes ont faim.

(Paul-Jean Toulet)

 

Recueil: Les contrerimes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les pétales se détachent (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2019




    
Les pétales se détachent

Un par un depuis les vases
Les pétales de roses éphémères viennent de se détacher.
Dans le monde des fleurs
Je ne trouve nulle décomposition de la mort.
Le pas-beau ne lance nulle invective ultime contre la vie.
Nulle fleur ne cherche à avilir de sa haine
Cette terre à qui elle demeure redevable
Et lui rend les reliefs du peu qui lui reste, pâle, en parfums et formes.
Là-dedans se cache le toucher mélancolique d’un adieu,
Point de reproches.
Quand le jour de l’anniversaire et celui de la mort
Viennent à se rencontrer,
Entre l’aube et le crépuscule
je compte déceler, dans cette union,
L’échange de regards entre le jour si las
A l’horizon du levant et celui du coucher,
Et la belle apothéose
D’une éclatante gloire en prosternation !

***

An Example

From the flower vase fell, one by one,
Petals from a short-lived rose.
In the realm of flowers
I see no decrepitude from death.
Ugliness is unable to scoff ultimately at life.
No flower profanes with its hatred
The soil to which it is indebted,
It pays back the faint remnants
of its forms and perfumes.
It has a melancholic touch of bidding farewell,
Exempt from blames.
I seem to find in the union
When birth-day and death-day meet face to face
An exchange of look of the exhausted day
At the horizons where rises and sets the sun :
A humble and beautiful end
of a resplendent glory.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Tantôt Dièse, Tantôt Bémol
Traduction: Prithwindra Mukherjee
Editions: Shahitya Prakash

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

N’avilissez pas le Temps! (Mohammad Iqbal)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2017




    
Tu as étendu le Temps comme l’Espace
Et distingué Hier de Demain.
Comme un parfum tu as fui ton propre jardin;
Tu as bâti ta prison de tes propres mains.

Notre temps qui n’a ni commencement ni fin
S’épanouit dans le parterre de fleurs de notre esprit.
Connaître ses racines anime le vivant d’une vie nouvelle :
Son être est plus splendide que l’aube.

La vie participe du Temps
et le Temps participe de la Vie :
« N’avilissez pas le Temps! » :
tel est l’ordre du Prophète.

(Mohammad Iqbal)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô potier (Omar Khayam)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2016



Ô potier, efforce-toi, si tu es intelligent,
de ne pas avilir l’argile dont fut pétri le fils d’Adam.
Le doigt de Féridoun, la paume de Kaï Khosrau,
tu les as mis sur ton tour. A quoi penses-tu donc?

***

Ce vase était comme moi un amant malheureux
enchaîné par la chevelure d’une femme.
Cette anse que tu vois à son col
était la main passée au cou d’une bien-aimée.

(Omar Khayam)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le combat est incessant (Gwen Garnier-Duguy)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2016



Le combat
est incessant
pour garder la tête
hors de l’eau
et se dégager
de ce qui avilit l’âme
les attaques
frappent de toutes parts
il semble ne plus rester
que le choix des marges
ou la vie

(Gwen Garnier-Duguy)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Carlos Schwabe

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :