Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘baigneuse’

Sara la baigneuse (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2018



Sara, belle d’indolence,
Se balance
Dans un hamac, au-dessus
Du bassin d’une fontaine
Toute pleine
D’eau puisée à l’Ilyssus ;

Et la frêle escarpolette
Se reflète
Dans le transparent miroir,
Avec la baigneuse blanche
Qui se penche,
Qui se penche pour se voir.

Chaque fois que la nacelle,
Qui chancelle,
Passe à fleur d’eau dans son vol,
On voit sur l’eau qui s’agite
Sortir vite
Son beau pied et son beau col.

Elle bat d’un pied timide
L’onde humide
Où tremble un mouvant tableau,
Fait rougir son pied d’albâtre,
Et, folâtre,
Rit de la fraîcheur de l’eau.

Reste ici caché : demeure!
Dans une heure,
D’un oeil ardent tu verras
Sortir du bain l’ingénue,
Toute nue,
Croisant ses mains sur ses bras.

Car c’est un astre qui brille
Qu’une fille
Qui sort d’un bain au flot clair,
Cherche s’il ne vient personne,
Et frissonne,
Toute mouillée au grand air.

Elle est là, sous la feuillée,
Eveillée
Au moindre bruit de malheur ;
Et rouge, pour une mouche
Qui la touche,
Comme une grenade en fleur.

On voit tout ce que dérobe
Voile ou robe ;
Dans ses yeux d’azur en feu,
Son regard que rien ne voile
Est l’étoile
Qui brille au fond d’un ciel bleu.

L’eau sur son corps qu’elle essuie
Roule en pluie,
Comme sur un peuplier ;
Comme si, gouttes à gouttes,
Tombaient toutes
Les perles de son collier.

Mais Sara la nonchalante
Est bien lente
A finir ses doux ébats ;
Toujours elle se balance
En silence,
Et va murmurant tout bas :

« Oh! si j’étais capitane,
« Ou sultane,
« Je prendrais des bains ambrés,
« Dans un bain de marbre jaune,
« Prés d’un trône,
« Entre deux griffons dorés!

« J’aurais le hamac de soie
« Qui se ploie
« Sous le corps prêt à pâmer ;
« J’aurais la molle ottomane
« Dont émane
« Un parfum qui fait aimer.

« Je pourrais folâtrer nue,
« Sous la nue,
« Dans le ruisseau du jardin,
« Sans craindre de voir dans l’ombre
« Du bois sombre
« Deux yeux s’allumer soudain.

« Il faudrait risquer sa tète
« Inquiète,
« Et tout braver pour me voir,
« Le sabre nu de l’heiduque,
« Et l’eunuque
« Aux dents blanches, au front noir!

« Puis, je pourrais, sans qu’on presse
« Ma paresse,
« Laisser avec mes habits
« Traîner sur les larges dalles
« Mes sandales
« De drap brodé de rubis. »

Ainsi se parle en princesse,
Et sans cesse
Se balance avec amour,
La jeune fille rieuse,
Oublieuse
Des promptes ailes du jour.

L’eau, du pied de la baigneuse
Peu soigneuse,
Rejaillit sur le gazon,
Sur sa chemise plissée,
Balancée
Aux branches d’un vert buisson.

Et cependant des campagnes
Ses compagnes
Prennent toutes le chemin.
Voici leur troupe frivole
Qui s’envole
En se tenant par la main.

Chacune, en chantant comme elle,
Passe, et mêle
Ce reproche à sa chanson :
– Oh! la paresseuse fille
Qui s’habille
Si tard un jour de moisson!

(Victor Hugo)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Baigneuse (Anne Hébert)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2018



Baigneuse

Soleil en pluie sur la mer
Soleil roux soleil jaune
Blanc soleil de midi
Bleu soleil sur la mer
Mélange des eaux et du feu
A midi.

Onde profonde où je descends
Mer verte mer bleue
Rutilante
Verte bleue
Profonde où je descends

Du bout de l’eau ramenée
Remonte à la surface
Comme une bulle de jour
Poisson d’argent
Sur le dos sur le ventre
Criblée de flèches d’or

Invente à loisir
Des pièges fins
Des écluses tranquilles
Des nasses liquides
Pour saisir le soleil
Entre mes doigts mouillés.

(Anne Hébert)

Illustration: Paul Emile Chabas

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Baigneuse (Abu Nuwâs)

Posted by arbrealettres sur 13 janvier 2018



La Baigneuse

Furtive elle ôte sa chemise et s’arrose d’eau
Par excès de pudeur sa joue éclôt
Elle accueille nue la brise juste et fluide
Allure plus subtile que l’air
Elle tend le creux de sa main comme
Empli d’eau vers une vasque pleine
Et quand elle croit avoir fini et pense
Vite prendre habit elle en voit un
Aux aguets qui la contemple de près
Elle couvre sa clarté du noir de sa chevelure
Et l’aurore recule dans la nuit
Et goutte à goutte l’eau tombe sur l’eau

(Abu Nuwâs)


Illustration: Paul Emile Chabas

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la sieste (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2017




    
retouche à la sieste

un papillon met la lumière en confettis
la mer est nue dans une ronde de baigneuses
et le soleil marche droit
vers moi né d’herbe et de désir

des souvenirs me traversent
avec la grâce des gazelles

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Baigneuse (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2017


 


Baigneuse

Ah le matin dans mes yeux sur la mer
Une claire baigneuse a ramassé sur elle
toute la lumière du paysage.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration: Paul Chabas

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La baigneuse est innocente (Jean Tortel)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2016



 

La baigneuse est innocente
Elle est blanche elle est dorée
Elle est transparente
Invisible à beaucoup

Et surprise entre l’eau et les feuilles
Fléchit légèrement les seins cachés
Par de longs doigts qui tremblent

Je ne sais d’où cette clarté surgit
Ou de l’irrespirable gouffre
Ou bien d’un espace inconnu
Aux corps impurs

Et seule
Mais ruisselle mais scintille
Seule et mouillée

Embarrassés des basses branches
Qui bougent pour toucher un corps
Nu absolument nu
Engagée sans pudeur à travers les désirs

(Jean Tortel)

Illustration: Paul Emile Chabas

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rivière de mes yeux (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2015



Rivière de mes yeux

Ô mes yeux ce matin grands comme des rivières
Ô l’onde de mes yeux prêts à tout refléter
Et cette fraîcheur sous mes paupières
Extraordinaire
Tout alentour des images que je vois

Comme un ruisseau rafraîchit l’île
Et comme l’onde fluente entoure
La baigneuse ensoleillée

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration: Howard Schatz

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :