Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘baisers’

Amoureuse au secret (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2019


Rafal_Olbinski_Untitle

 

Amoureuse au secret derrière ton sourire
Toute nue les mots d’amour
Découvrent tes seins et ton cou
Et tes hanches et tes paupières
Découvrent toutes les caresses
Pour que les baisers dans tes yeux
Ne montrent que toi tout entière.

(Paul Eluard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Seul (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



Seul

Seul je serai, toujours seul en ce monde,
Ne trouverai nulle amie à la ronde

Dont les baisers chasseraient ma douleur.
Je chercherai, vainement, l’âme sœur

Et ses baisers… fidèle et pas méchante,
Fière de moi, m’appréciant, aimante,

La larme à l’œil, veillant sur mon sommeil,
De belle humeur, joyeuse, à mon éveil.

Prête à mourir pour un ami qu’elle aime,
Ressuscitant pour adorer le même.

Nul ne fondra sur moi tout sanglotant,
Sur mon tombeau… muet obstinément.

(Attila Jozsef)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quel droit (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2018



Et comment s’appelle ce mois
sis entre décembre et janvier ?

Quel droit a fait numéroter
les douze raisins de la grappe ?

Pourquoi ne nous a-t-on donné
de longs mois qui durent l’année ?

Le printemps ne t’a-t-il trompé
par des baisers qui n’ont fleuri ?

(Pablo Neruda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’oiseau et moi (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018


bonne_nuit_mon_tout_petit

Oui, c’est avec
Le bout de ses ailes trempées
De rosée
Qu’un oiseau envoie les baisers
Qui tremblent dans son bec.

Et moi, c’est en nouant
Mes bras rieurs
Au cou de ma maman,
Que je lui donne les baisers
De l’oiseau léger
Qui chante dans mon coeur.

(Maurice Carême)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 3 Comments »

Vieille fille (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2017


illusion-vieille-dame--jeune-fille

Il était une vieille fille
Qui sur sa robe de papier
Transportait des oiseaux des îles
Et des archipels par milliers

Les flots agitant leurs mirages
D’un coeur qui pleure à se briser
Défont des roses d’un autre âge
Sur son sein criblé de baisers

(Joë Bousquet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bouche blessée (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2017



Bouche blessée
craint les embûches
les ruches les baisers

(Jean Joubert)


Illustration: Josette Mercier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Fidèle, infidèle (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



Fidèle, infidèle

Tout te ressemble et te chante à mi-voix,
L’arbre, le vent, la gorge des collines,
L’eau qui sommeille et les veines du bois,
Le feu couvant au coeur d’une racine.

Ton corps s’étire aux courbes du salpêtre,
Dans un roseau s’apprivoise ton sang
Et sur le givre affolé des fenêtres
Une main s’ouvre et me jette ton gant.

Rien qui ne soit ton geste, ta parole
Et cette plaie toujours mal refermée
Dans ma mémoire et cette parabole
Que je suis seul encore à déchiffrer.

Si je te fuis près d’autres amoureuses
Ta bouche nue se mêle à nos baisers.
Tu viens à moi dans cette nuit poreuse
Et l’aube laisse un masque à mon côté.

L’une à tes cils, une autre ton visage,
Une autre parle et te vole ta voix,
Une autre enfin délace son corsage
Avec les mêmes gestes enfantins.

De par ce monde aux fontaines légères
Où ton reflet multiple s’écartèle
J’ai poussé les ombres passagères
Et m’y plongeant je te restais fidèle.

Mais si le feu tourne aux brises futures
Et si l’amour change de paysage
Tu ne seras sous une cendre obscure
Qu’un beau miroir hanté d’une autre image.

(Jean Joubert)

Illustration: Katerina Belkina

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Silence (Radovan Ivsic)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2016



Ils grandissent et disparaissent
les anneaux de la mémoire
il est calme
le lac du monde
tu es muette et profonde
seule
tu es le coeur du monde
nu.

Même les seins sont des fleurs fugitives
tes cuisses d’herbe bercent ma main
et les baisers sont lents comme la clarté
lents
j’oublie et la pesanteur et la peine
la peine des fleurs trop éloignées
pour s’embrasser
et mes doigts s’effeuillent sur tes épaules
comme si le vent semait et je meurs de tendresse
partout
et de nouveau ma main coule sur ton corps clair
sur les pommes
que je caresse de mon oeil
nu.

Jeunes filles jeunes filles
je serai tellement joyeux.

(Radovan Ivsic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Elle et moi (Radovan Ivsic)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



Nous sommes assis sur la berge d’une rivière,
elle et moi.
Elle me parle,
et le murmure de ses paroles
devient un nuage de cerises
qui se pose sur mes cils.
Je respire calmement
et je pénètre dans les images
qu’elle aurait voulu me cacher.
Elle rit,
puis elle prend une montagne
et la pose sur mes lèvres,
entre nos baisers.

(Radovan Ivsic)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sarabande (René Chalupt)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016



Sarabande

Les jets d’eau dansent des sarabandes
Sur l’herbe parfumée des boulingrins ;
Il y a des rumeurs de soie dans le jardin
Et de mystérieuses présences.
Sur le marbre rose d’une margelle
Trois tourterelles
Se sont posées,
Comme sur tes lèvres trois baisers ;
Leurs plumes s’effeuillent dans le bassin…
Les fleurs fraîches des marronniers
Neigent lentement sur tes seins
Et font frissonner ta chair nue,
Car tu es nue
Sous ton manteau.
Et c’est pour toi que les jets d’eau
Dansent de sveltes sarabandes,
Que le parc est plein de présences
Et que les tourterelles blanches,
Comme de vivantes guirlandes,
Viennent fleurir au bord de l’eau.

***

Saraband

The fountains dance sarabands
On the perfumed grass of the lawns;
There is a rustling of silk in the garden
And mysterious presences.
On the pink marbled edge
Three turtledoves
Have alighted
Like three kisses on your lips,
Shedding their feathers in the basin…
The new flowers of the chestnut trees
Snow down slowly onto your breasts
And make your nude flesh shiver,
For you are naked
Beneath your coat.
And it is for you that the fountains
Dance slender sarabands,
That the park is full of presences,
And that the white turtledoves
Like living garlands
Come to flower by the water’s edge.

(René Chalupt)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :