Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘balafre’

Balafre (Marie-Célie Agnant)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2019



 Tiga 6

Balafre

Sur les rides du monde
pour conjurer l’oubli
je veux écrire

un long poème
Les ongles plantés dans l’écorce de la terre
au creux du mensonge
je veux écrire

des phrases-témoins

Sur tous les silences complices
je veux ma plume

Torrent cavalcade
je veux ma plume

Ciseau
je veux ma plume

Et réinventer ta vérité

Ô Monde

(Marie-Célie Agnant)

Illustration: Tiga

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bagarre (Célie Diaquoi-Deslandes)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2019



 

palmiers

Bagarre

La lune se cache
Le visage couvert de balafres
Derrière le palmiste irrité
Des chevaux de nuage
S’enfuient effrayés
Sous le fouet de la pluie

(Célie Diaquoi-Deslandes)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marions-nous (Balbino)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2018



 

balafres

Marions-nous

Marions-nous
et ensemble
perpétuons la solitude
d’où je viens.
Les journées
attendent
les métastases.
C’est ta main
suivant
mes balafres
qui arrive au bout
de la route.
Rengaine tendre…
des kilomètres
de mauvais sang.

(Balbino)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plus lourde d’être nue (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



Illustration: Jules Arsène Garnier
    
Plus lourde d’être nue

ses vocalises meurtrières
son rire au fond de mes os

notre buisson quotidien
les balafres de la lumière

(Jacques Dupin)

 

Recueil: Le corps clairvoyant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NE TE SUICIDE PAS, SEIGNEUR (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017



Illustration: Salvador Dalí
    
NE TE SUICIDE PAS, SEIGNEUR

Ne te suicide pas, Seigneur,
voici qu’apparaît une orchidée parmi les ruines ;
ne te suicide pas, Seigneur,
voici que renaît le ruisseaux dans le cratère d’une bombe ;
ne te suicide pas, Seigneur,
le ciel a mis du givre sur sa balafre, l’océan a guéri sa blessure d’un bandage de corail.

Écoute, Seigneur, ton univers qui était enfantin comme le cartilage,
le voilà revenu de sa première fougue, de sa plus grande désobéissance ;
les comètes continuent de voyager, comme des berlines après une halte au carrefour de deux paniques ;
l’azur n’en est que plus profond, d’avoir été un rapace ;
l’aurore n’en est que plus belle, d’avoir failli ne jamais revenir.

Tout n’a pas tellement changé, Seigneur :
regarde ce hameau, combien de cascades pourraient naître dans sa mare,
combien de peupliers dans son ortie !

Tout n’a pas tellement souffert, Seigneur :
déjà l’épi de blé pousse dans l’orbite de ceux qui moururent de faim,
déjà les fillettes sautent à la corde sous les ombres de ceux que l’on décapita.

Tout n’est pas tellement tragique, Seigneur,
puisqu’il y a la route sans fin où même l’exil est oublié,
puisqu’il y a le vent si doux que même les soupirs y sont joyeux,
puisqu’il y a tout ce qui hurle l’immense plaisir d’être vivant.

(Joë Bousquet)

 

Recueil: Poèmes, un
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :