Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bannir’

L’absence de détours (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2016


 

L’absence de détours — disait-il —
bannit la poésie.
Qu’importe.
J’aime mieux ton corps.

(Yannis Ritsos)

Illustration: Bajen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Je veux fuir ce pays extrême (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2016



 

202 - Follow Me - 2007 80 x  40 cm - Aquarelle sur sable sur toile

Je veux fuir ce pays extrême
Mais où je vais nul ne se rend :
Je ne disparais qu’en moi-même
De moi-même encor m’entourant.

Je me bannis, je me dénude
Et j’écoute ma solitude
A toutes mes voix se mêler :

Est-ce moi que ce chant compose
Et dont il fait étinceler
La plus belle métamorphose?

(Louis Emié)

Illustration: Alain Chayer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce n’est pas le trépas, c’est un très doux sommeil (Abraham de Vermeil)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2016



Ce n’est pas le trépas, c’est un très doux sommeil
Qui bannit peu à peu l’éclair de ma paupière,
Adieu ; je vais jouir d’une douce lumière,
Attendant que ce corps s’anime de réveil.

Ami, ne pleure plus, ton amour non pareil
Recevra sa couronne au bout de la carrière :
Ainsi passait ma belle, et sa douce manière
Arrêtait de pitié la course du soleil.

Hélas ! à son partir l’Amour partit du monde,
La clarté chut du ciel et se noya dans l’onde,
La mort depuis ce jour est le miel de mon coeur :

Il ne m’est plus resté qu’une langueur extrême,
Qui me fait méconnaître un chacun et moi-même,
Et le ciel s’embellit de mon long crève-coeur.

(Abraham de Vermeil)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :