Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bas-fonds’

Tiens bon, rossignol! (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2016



Tiens bon, rossignol!
Cela remonte des bas-fonds –
nous sommes travestis.

(Tomas Tranströmer)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

COIN DE FORÊT (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2016



COIN DE FORÊT

Quand j’y allai, deux ailes claquèrent affolées, et ce fut tout.
On y va seul. C’est un grand édifice composé de fissures,
un édifice qui vacille toujours, mais jamais ne s’abat.
Le soleil flotte au centuple par les fissures.
Dans le jeu des lumières règne une pesanteur inversée :
la maison est ancrée dans le ciel, et ce qui tombe, tombe vers le-haut.
Là-bas, on a le droit de se retourner.
Là-bas, on a la permission de porter le deuil.
Là-bas, on ose regarder en face certaines vérités anciennes,
celles qui d’ordinaire restent emmitouflées.
Mes rôles des bas-fonds, là-bas, remontent à la surface,
ils pendent comme ces crânes desséchés dans la case des ancêtres,
sur une île perdue de Mélanésie.
Une lueur enfantine sur ces affreux trophées.
Si douce est la forêt.

(Tomas Tranströmer)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On peut nommer cela horreur (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2015



On peut nommer cela horreur, ordure,
prononcer même les mots de l’ordure
déchiffrés dans le linge des bas-fonds :
à quelque singerie que se livre le poète,
cela n’entrera pas dans sa page d’écriture.

Ordure non à dire ni à voir :
à dévorer.

En même temps
simple comme de la terre.

(Philippe Jaccottet)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :