Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘base’

L’INTERNATIONALE (Eugène Pottier)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2020




    
L’INTERNATIONALE

Couplet 1 :
Debout ! les damnés de la terre !
Debout ! les forçats de la faim !
La raison tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain : (2 fois sur deux airs différents)
C’est la lutte finale
Groupons-nous, et demain,
L’Internationale,
Sera le genre humain.

Couplet 2 :
Il n’est pas de sauveurs suprêmes,
Ni Dieu, ni César, ni tribun,
Producteurs sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot,
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud !

Refrain

Couplet 3 :
L’État opprime et la loi triche,
L’impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche,
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois :
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
Égaux, pas de devoirs sans droits ! »

Refrain

Couplet 4 :
Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail,
Ont-ils jamais fait autre chose,
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande,
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

Refrain

Couplet 5 :
Les Rois nous saoûlaient de fumées,
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
À faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Refrain

Couplet 6 :
Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
L’oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

Refrain

(Eugène Pottier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et puis… (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2019



 


   
Et puis… il y a un moment — où tout ce qui est
le plus certain — les bases mêmes de l’être vacillent
— palpitent — comme –
comme un décor de toile qui va s’enlever
comme un voilier qui sent le vent et bouge autour
de son ancre
et puis la connaissance devenue tremblante et
l’encens de la vanité –
analyser cela.

(Paul Valéry)

 

Recueil: Poésie perdue
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Faut-il vraiment tant de danger (Rainer Maria Rilke)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2018




    
Faut-il vraiment tant de danger
à nos objets obscurs ?
Le monde serait-il dérangé,
étant un peu plus sûr ?

Petit flacon renversé,
qui t’a donné cette mince base ?
De ton flottant malheur bercé,
l’air est en extase.

(Rainer Maria Rilke)

Recueil: Oeuvres 2 Poésie
Traduction: Jacques Legrand, Lorand Gaspar, Philippe Jaccottet, Armel Guerne, Maurice Betz
Editions: Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est là (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2018




    
Il est là, depuis toujours là,
étant la Voie même.
Il est là, toujours avec nous,
base même de nos voix.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Tout mot appelle un autre mot (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2018




    
Tout mot appelle un autre mot,
tout mot est un aimant verbal,
un pôle d’attraction variable
qui inaugure des constellations toujours nouvelles.

Un mot est tout le langage,
mais aussi le fondement
de toutes les transgressions du langage,
la base où toujours s’affirme un antilangage.

Le mot est encore l’homme,
deux mots sont déjà l’abîme.
Un mot peut ouvrir une porte.
Deux mots l’effacent.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie verticale 7
Traduction:
Editions: Points

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au commencement était le mot (Dylan Thomas)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2018



 

Au commencement était le mot, le mot
Qui des bases solides de la lumière
A dérobé toutes les lettres du vide.

(Dylan Thomas)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde est comme un dé qui tourne sur lui-même (Rabbi Nahman de Bratzlav)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2017



Le monde est comme un dé qui tourne sur lui-même,
et tout tourbillonne, et l’homme se transforme en ange, et l’ange en homme,
et le sommet devient la base, et la base devient le sommet,
et ainsi toutes choses tournent sur elles-mêmes,
et se croisent et se transforment l’une en l’autre
et réciproquement et sens dessus dessous.

(Rabbi Nahman de Bratzlav)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA NUIT ET LA MAISON (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2017



LA NUIT ET LA MAISON

La nuit réunit la maison et son silence
Depuis la base depuis les fondations
Jusqu’à la fleur immobile
On n’entend battre que l’horloge du temps

La nuit réunit la maison et son destin

Plus rien ne se disperse ne se divise
Tout est pareil à l’attentif cyprès

Le vide chemine en ses espaces vivants

***

ANOITE E A CASA

A noite reúne a casa e o seu silêncio
Desde o alicerce desde o fundamento
Até à flor imóvel
Apenas se ouve bater o relógio do tempo

A noite reúne a casa a seu destino

Nada agora se dispersa se divide
Tudo está como o cipreste atento

O vazio caminha em seus espaças vivos

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

Illustration: Edward Hopper

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La recherche du bonheur de tous (Alexandra David-Néel)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2016



solidarite

La recherche du bonheur de tous
par le bonheur de chacun, la solidarité,
sont les bases qui indiqueraient
une société d’hommes conscients.

Nous ne sommes que des barbares.

(Alexandra David-Néel)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’habite une flamme modeste (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



J’habite une flamme modeste. On n’y entre pas.
Dans ma sérieuse sauvagerie, je calme un jeu de connaissance.
Dans la base douce et violette de mon silence, je me balance.

Je ne dis jamais rien de la toute beauté
mais c’est moi qui imagine au mieux les séismes de la rencontre.

« J’ignore, disiez-vous, j’ignore où je suis allé en vous… »
Et vous passiez dans une brûlure, détenteur d’une essence rare
dont vous ne saviez plus que faire.

(Régine Foloppe Ganne)

Illustration: Carole Cousseau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :