Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘basse’

Il avait ressuscité l’homme (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2019



 

Otto Dix

Il avait ressuscité l’homme. Il marchait à sa droite.
La parole de l’homme était trop haute et trop basse, avec de larges paliers de silence.
Alors il marcha à sa gauche. Et vit que la joue gauche de l’homme était couleur de terre.
Il se dit : il était temps. Encore un peu et la terre eût plaqué sur tout le corps sa teinte.
Il ne faut pas laisser le temps à la terre. Cet homme va toujours traîner un peu de mort sur lui…

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Otto Dix

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le dos rond et la tête basse (René Maublanc)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2019



 

compagnie Suforel gL

Le dos rond et la tête basse,
Quand il balaie deux feuilles mortes,
Quatre tombent autour de lui.

Octobre 1919.

(René Maublanc)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne dites pas : la vie est un joyeux festin … (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2018


 


Gaspare Traversi  bl

 

Ne dites pas : la vie est un joyeux festin ;
Ou c’est d’un esprit sot ou c’est d’une âme basse.
Surtout ne dites point : elle est malheur sans fin ;
C’est d’un mauvais courage et qui trop tôt se lasse.

Riez comme au printemps s’agitent les rameaux,
Pleurez comme la bise ou le flot sur la grève,
Goûtez tous les plaisirs et souffrez tous les maux ;
Et dites : c’est beaucoup et c’est l’ombre d’un rêve.

(Jean Moréas)

Illustration: Gaspare Traversi

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tu ne m’as pas encore eu cette fois, la vieille (Bernard Dimey)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018


La mort

Tu ne m’as pas encore eu cette fois, la vieille.
Je t’avais vue venir avec tes gros souliers.
A force de me voir faire la sourde oreille
Tu t’es aventurée jusque sur mon palier,
J’ai su que c’était toi, alors j’ai pris la fuite.
J’avais quelques amis comme gardes du corps,
Tu m’as suivi de loin pour attendre la suite,
Tu as perdu ma trace et moi je cours encore.

Des gens que tu fréquentes assidûment, la vieille,
Mais qui ne t’aiment pas, qui te craignent surtout,
Qui se méfient de toi, la nuit, qui te surveillent.
Je les ai vus venir et j’en ai vu beaucoup,
Ils ont des blouses blanches et parlent à voix basse,
Employant à dessein des termes inconnus.
J’ai cru mon temps venu de partir à la casse,
Toi aussi, j’en suis sûr, mais j’en suis revenu.

Tout au long des couloirs, je voyais ta figure
Toujours en transparence, sur des masques éteints
De vieillards jaunâtres sous les couvertures,
Et je reconnaissais ton rictus de catin.
Tu as raté ton coup cette fois-ci, la vieille,
Je sais que ta patience est au-dessus de tout,
Que tu voles partout comme une grosse abeille,
Et tu me piqueras, peut-être au prochain coup.

(Bernard Dimey)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Des tournesols jaunes (Henri Deluy)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2018




    
Des tournesols jaunes
Dans une lucarne basse

Des pélargoniums rouges
Et des traînées de grappes

Juteuses dans un bocal à
Confiture des fonds de verre

Et d’autres objets qui vont
Pourrir avec cet effet

L’authenticité proche
De l’effet du poème

(Henri Deluy)

 

Recueil: L’heure dite
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il semble que ce soit le ciel qui ait le dernier mot (René Char)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2018



Il semble que ce soit le ciel qui ait le dernier mot.
Mais il le prononce à voix si basse
que nul ne l’entend jamais.

(René Char)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La harpe (Zbigniew Herbert)9

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2017



La harpe

L’eau est basse. Dans l’eau, une lumière dorée et plate.
Dans les joncs argentés, les doigts du vent entourent la seule colonne sauve.
Une jeune fille brune entoure la harpe.
Son grand oeil égyptien glisse sur les cordes comme un poisson triste.
Loin derrière lui de petits doigts.

(Zbigniew Herbert)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’où viennent donc ces voix (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2016



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’où viennent donc ces voix

Mais claires ou voilées
Ou basses
D’où viennent donc ces voix
Si simples.

(Jean-Marie Barnaud)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne sais rien en vérité (Léon Gontran Damas)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2015



Malinowski_Belle de fleurs-650
Je ne savais rien en vérité
rien de plus triste
de plus odieux
de plus affreux
de plus lugubre au monde
que d’entendre l’amour
à longueur de journée
se répétant à messe basse

Il était une fois
une femme vint à passer
dont les bras étaient chargés de roses

(Léon Gontran Damas)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Autre effet de lune (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2015



Autre effet de lune

Le caroubier dont la trame se profile
dépouillée, sur l’azur somnolent,
des voix, une broderie
de doigts argentés sur les seuils,

la plume qui s’englue, un piétinement
sur le môle qui s’efface,
et la felouque déjà replie son vol
sous les dépouilles de ses voiles basses.

***

Altro effetto di Luna

La trama del carrubo che si profila
nuda contro l’azzurro sonnolento,
il suono delle voci, la trafila
delle dita d’argento sulle soglie,

la piuma che s’invischia, un trepestio
sul molo che si scioglie
e la feluca già ripiega il volo
con le vele dimesse come spoglie.

(Eugenio Montale)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :