Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘batelier’

BATELIER DE L’ALLIER (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2019



BATELIER DE L’ALLIER

Batelier de la Loire,
Joli batelier, batelier d’Allier,
Il a tiré au sort,
Au sort et le premier,
Batelier de l’Allier.

L’est parti pour la gloire,
Batelier de la Loire,
Dans les chasseurs à pied,
Batelier de l’Allier.

C’est un beau régiment,
Un régiment de gloire,
Batelier de la Loire,
Un régiment qui plaît,
Batelier de l’Allier.

S’il en revient gradé,
Botté z’à l’écuyère,
Batelier de la Louère,
Sa femme sera fière
De s’aller promener
Le dimanche après dîner,
Batelier de l’Allier.

Un coup de sabre au ventre,
C’est beaucoup moins cherché,
Batelier de la Loire.
Dans la gloire on y entre
Mais n’en sort plus jamais,
Batelier de l’Allier.

Batelier de la Loire,
Y fut tué le premier ;
Mourut à la nuit noire,
Batelier de la Loire.
Tout seul dans un hallier,
Batelier de l’Allier.

Buvons à sa mémoire,
Bateliers de la Loire,
Un coup de muscadet,
Bateliers de l’Allier.

(Maurice Fombeure)

Illustration: Otto Dix

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Dimanches (Jules Laforgue)

Posted by arbrealettres sur 10 août 2019



 

Léon Spilliaert jrl

Dimanches

Le ciel pleut sans but, sans que rien l’émeuve,
Il pleut, il pleut, bergère ! sur le fleuve…

Le fleuve a son repos dominical ;
Pas un chaland, en amont, en aval.

Les Vêpres carillonnent sur la ville,
Les berges sont désertes, sans idylles.

Passe un pensionnat (ô pauvres chairs ! )
Plusieurs ont déjà leurs manchons d’hiver

Une qui n’a ni manchon, ni fourrures
Fait, tout en gris, une pauvre figure.

Et la voilà qui s’échappe des rangs,
Et court ! Ô mon Dieu, qu’est-ce qu’il lui prend

Et elle va se jeter dans le fleuve.
Pas un batelier, pas un chien Terr’ Neuve.

Le crépuscule vient ; le petit port
Allume ses feux. (Ah ! connu, l’décor ! )

La pluie continue à mouiller le fleuve,
Le ciel pleut sans but, sans que rien l’émeuve.

(Jules Laforgue)

Illustration: Léon Spilliaert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La jeune fille aux yeux de fête (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018



>La porte révèle au matin
les fatigues du chemin

Les sentiers de montagne
Mulets de la mémoire

Les prunelles dénouent la chevelure geste
audacieux des cils dont le dessein est
funeste le destin intérieur

Tirez le regard bateliers
de la feuille aux racines

Les nuages demeurent
quand les cieux perdus meurent

Projetée Toute distance est annulée La pierre
prépare son recours en grâce

La lumière a livré son secret La
nuit est une nouvelle chance

L’objet porte en lui la trace
des longues griffes de l’œil
Le paysage ému se venge

Blanc pour prouver
écran lavé

Œil pour boutonner
Œil pour échanger
Œil pour répandre amasser
dénombrer étiqueter unir
exaucer

Œil des deux rives

Médaillons imités
La palme décernée
dans l’intimité

La parole est un œil
Le silence l’épie

Les jambes de l’œil pour marcher
L’épaule de l’œil pour dormir

Et les mains
imaginent

Si belle debout
Le secret gardé

(Edmond Jabès)

Illustration: Pascal Renoux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’ai entendu Scorpion affûter sa lame (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2017



zodiaque [800x600]

Les murs ne tombent pas
[30]

J’ai entendu Scorpion affûter sa lame,
j’ai craint Archer (son arc tendu),

les cornes du Bouc étaient menace,
d’abord se haussaient ? puis jusqu’à terre ;

de l’autre côté de l’abîme
le Batelier attendait,

l’époque est celle de la nouvelle dimension,
ose, cherche, cherche encore, ose davantage,

voici la clé de l’alchimiste,
elle ouvre des portes secrètes,

le présent va un peu plus loin
dans la fine distillation de l’émotion,

l’élixir de vie, la pierre philosophale
est tienne si tu abandonnes

logique stérile, raison triviale ;
ainsi l’esprit dispersé, osait le savoir occulte,

trouvait les portes secrètes ouvertes,
s’affolait, perdu dans les profondeurs marines,

océan subconscient ou Poissons
suivent deux directions, dévorent ;

quand l’identité dans les profondeurs,
se fusionnant au meilleur,

pieuvre ou requin s’élève
du fond de la mer :

illusion, réversion des vieilles valeurs,
unité perdue, folie.

***

I heard Scorpion whet his knife,
I feared Archer (taut his bow),

Goat’s horns were threat,
would climb high? then fall low;

across the abyss
the Waterman waited,

this is the age of the new dimension,
dare, seek, seek further, dare more,

here is the alchemist’s key,
it unlocks secret doors,

the present goes a step further
toward fine distillation of emotion,

the elixir of life, the philosopher’s stone
is yours if you surrender

sterile logic, trivial reason;
so mind dispersed, dared occult lore,

found secret doors unlocked,
floundered, was lost in sea-depth,

sub-conscious ocean where Fish
move two-ways, devour;

when identity in the depth,
would merge with the best,

octopus or shark rise
from the sea-floor :

illusion, reversion of old values,
oneness lost, madness.

(Hilda Doolittle)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le vieux pêcheur (Yang Jiong)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2017



 

Le vieux pêcheur

Le vieux pêcheur passe la nuit
couché sur les rochers de la rive occidentale.
Dès que paraît l’aube,
il allume des bambous
et puise de l’eau pour son frugal repas.

La brume du matin se dissipe,
le soleil se montre ;
la campagne est encore déserte ;

Il est déjà dans sa barque,
frappant l’eau verte de ses rames,
et poussant le cri des bateliers.

D’un regard
il a consulté l’horizon ;
il s’abandonne au courant avec insouciance,

Comme les nuages,
qui courent et se poursuivent au-dessus de la montagne,
s’abandonnent aux caprices du vent.

(Yang Jiong)

 Illustration: Hokusai

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE BATELIER (Sylvie-E. Saliceti)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2017



milarepapg-800x600

LE BATELIER

« Qui atteint l’autre rive ,
Du côté de l’aurore ?
Coulant vers le soleil
par-delà les remparts ?
Courant vers les enfants,
qui pleure avec la pluie ?
Pour guider l’Océan
et pourfendre la nuit ?
Qui atteint l’autre bord ?
Où sont les rives d’or ? »

Le poète, batelier…
le poète
lui répondit Milarepa.

(Sylvie-E. Saliceti)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuit Rhénane (Guillaume Apollinaire)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2016


 

Mon verre est plein d’un vin trembleur comme une flamme
Ecoutez la chanson lente d’un batelier
Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes
Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu’à leurs pieds

Debout chantez plus haut en dansant une ronde
Que je n’entende plus le chant du batelier
Et mettez près de moi toutes les filles blondes
Au regard immobile aux nattes repliées

Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent
Tout l’or des nuits tombe en tremblant s’y refléter
La voix chante toujours à en râle-mourir
Ces fées aux cheveux verts qui incantent l’été

Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire

(Guillaume Apollinaire)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

ASSOCIATIONS (André Spire)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016




ASSOCIATIONS

Ma fille, votre cruche est pleine.
L’eau déborde.
A quoi pensez-vous ?

—Je pense à la pluie.
Je pense au matin,
Et à ses vapeurs,
Et à sa rosée,
Ma mère!

—Vous pensez à ça.
Je n’y pensais pas.

—Vous alliez au puits,
Moi à la fontaine.
Vous tiriez la chaîne.
Moi je peux rêver!

—A quoi rêvez-vous, ma fille,
Ma fille ?

—Au ciment, ma mère, qui capte la source,
Au fer qui la mène,
Au fer et aux mines,
Aux ports, aux canaux,
Et aux bateliers,
Et aux terrassiers,
Et au fontainier,
Et à leurs chansons,
Et à leurs baisers…

—Et à leurs baisers ?

—Je suis fille, ma mère.
Je suis fille,
Ma mère.

(André Spire)

Illustration: Bernard Bénézet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au bout du quai (Andrée Lacelle)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2016



Au bout du quai
déjà
ce n’est plus la terre
une lenteur affleure le chemin d’eau
tant d’oiseaux pénètrent l’onde

quand tu fuis de brume en brume
en moi le vide en flammes
en toi un nuage froid
quand j’arpente les champs d’algues

un batelier sonde l’onde
une passagère déplace le monde

tant d’amours fantômes hantent ton lit
nos maisons chancellent
passent nos vies

(Andrée Lacelle)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

APAISEMENT (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2016



Kamisaka Sekka-1866-1942papillon

APAISEMENT

Les parfums du printemps et les rayons obliques du soleil traversent mes stores.
C’est l’heure où les bateliers commencent de faire bouillir le riz pour le repas du soir.
Des moineaux piaillent.
Un char grince.

Je bois, et mes soucis vont rejoindre les insectes ailés
qui bourdonnent dans le poudroiement vermeil du jardin.

(La Flûte de Jade)

 Illustration: Kamisaka Sekka

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :