Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bêche’

Je dis que c’est bien moi qui ai vécu (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2019



Jean-François Millet 01 [800x600]

 

Je dis que c’est bien moi qui ai vécu
Je dis que c’est bien moi qui suis venu, qui pars
Je le prouve en parlant plus haut que les miroirs
Je dis que j’ai ma place entre les gens qui bougent
Je le prouve en fumant leur tabac, leur chagrin
Je dis que j’ai des droits sur la Colchide
Je le prouve en montrant sa forme en creux dans ma poitrine
Je dis que j’ai des droits sur le néant lui-même
Je le prouve en mangeant mon pain
Le coude sur ma bêche au-dessus de ma tombe.

(Jean Rousselot)

Illustration: Jean-François Millet

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poids dont j’informe la bêche (Jean Tortel)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2019




Illustration 
    
Le poids dont j’informe la bêche
Et la secousse en vue d’ouvrir
Retournent l’invisible.

(Jean Tortel)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Parce qu’il y a certains livres (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2019


 


 

Francis Picabia -   (6)

Parce qu’il y a certains livres qui sont
étincelles de pain doré,
Parce que ce sont livres à longue saveur plus
longue que mon temps
Parce que ruminante est la connaissance du dévolu.

Parce que mon corps est pesant de mémoire
autant que de jours
et qu’étant plus pesant il a plus d’élan.

Parce que le dessin de ma bouche
est le dessin d’une autre bouche
parce que je suis étranger à mon passage
et immuable dans l’immuable quête…

Peut-être que l’immobilité a reçu message
des bords mordorés qui dévorent leurs couleurs
Peut-être que la pulsation qui fêle chaque seconde
naît des confins noirs des midis de nudité.

Ruée de ma rivière et de ton fleuve ignorant saules
et prés pour se confondre
et se consumer à l’embouchure
Et nous voici centre de vie pic et caverne
Ma langue est la bêche humide qui prépare le creux
de la fécondité…

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Francis Picabia

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ta bière était bonne à boire, ami (Géo Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



 

Jean-Eugène Buland -1

Ta bière était bonne à boire,
ami, ton genièvre aussi.
Jamais tu ne fus avare
et gai partageais les fruits.

J’aiguise le fer de bêche
et retourne ton jardin,
tu n’es pas de ceux qu’on laisse
partir sans un coup de vin.

Ta maisonnette s’anime
d’un coq au réveil-matin
et je rouvre la cuisine,
le clapier de tes lapins.

Ton chat perche sur la butte
et guette un merle malin,
la poule au pas de la hutte
dit bonjour à ton voisin.

Je sais que parfois tu viens
revoir le coin de ta vie
et c’est pour toi que je tiens
les plates-bandes fleuries.

Voici les noix, les noisettes,
cher bricoleur, tes outils,
faisons un brin de causette,
les pelouses restent vertes,
le verger marque midi :

comme avant la soupe est prête,
on t’invite, tu souris,
et parmi nous pour la fête,
à table tu t’es assis.

(Géo Libbrecht)

Illustration: Jean-Eugène Buland

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TRISTESSE DU LABOUREUR (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018




    
TRISTESSE DU LABOUREUR
Sou-Tong-Po

La neige est descendue légèrement sur la terre,
comme une nuée de papillons.

Le laboureur a posé sa bêche,
et il lui semble que des fils invisibles serrent son cœur.

Il est triste, car la terre était son amie,
et lorsqu’il se penchait sur elle, pour lui confier la graine pleine d’espérance,
il lui donnait aussi ses pensées secrètes.

Et plus tard, lorsque la graine avait germé,
il retrouvait ses pensées, tout en fleur.

Et, maintenant, la terre se cache,
sous un voile de neige.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PALAIS SOUTERRAIN (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018


 



    
PALAIS SOUTERRAIN

Au-dessus d’un palais ancien
enfoui sous la plaine
marche une serve
des insectes armés
sous ses pieds meurent
sauf quelques-uns blessés
qui survivront jusqu’au soleil bas
dans l’heure qu’un homme
avide de civet sombre
emporte à son épaule
la bêche du fossoyeur.
Il faudra encore des ans
avant que le monument
ne soit exhumé
du sol rouge ravagé
par pluies et vents.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pauvr’homme parmi les voleurs (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2018



Pauvr’homme parmi les voleurs
Ne craint rien; son âme et son cœur
Dans le monde sont les meilleurs,
Pauvr’homme n’a jamais peur.

Pauvr’homme parmi les voleurs,
Notre Bon Dieu nous aidera.
De vache le pauvre n’aura,
Ou s’il en a une elle meurt.

Pauvr’homme parmi les voleurs.
Manche de bêche pour bêcher
En pauvre homme le monde entier:
Pauvr’homme, voilà ta valeur.

(Attila Jozsef)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La bêche s’enfonce (Gilles Brulet)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2016



 

rouge-gorge

La bêche s’enfonce
Sur la terre un rouge-gorge
De plus en plus près

(Gilles Brulet)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Le jardinier a déposé sa bêche (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2015


pêche

Le jardinier a déposé sa bêche,
Il a frotté ses mains pleines de terre,
Puis est passé près des roses trémières
Pour se cueillir une pesante pêche.

Il a mordu dedans à pleines dents,
Et le jus a coulé dans la lumière
Sur son menton encore tout mouillé
De sueur chaude mêlée de poussière.

Il a levé son menton clair vers le ciel
Tout bleu sur le toit rouge des maisons
Et il a vu la dernière hirondelle
Faire des noeuds autour de son pignon.

Longtemps, il a regardé l’horizon;
Il a jeté le noyau de la pêche,
S’est essuyé de la main le menton,
Puis, souriant, il a repris sa bêche.

(Maurice Carême)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

TENIR UN GLOBE (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2015




TENIR UN GLOBE

L’habitant parti
la bêche usée et le râteau à dents manquantes
ne referont plus l’allée
aux empreintes de bêtes coutumières
l’enfant apporte le globe
monté sur un pied de bronze
le tourne lentement face aux collines âpres
le vent de l’automne
contourne ses mains fines
un instant il fermera les yeux
quand se soulèvera
une poussière aride
et rouge.

(Jean Follain)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :