Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘becqueter’

LES CROASSEMENTS (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2018



LES CROASSEMENTS

Amis, ne laissez pas croasser vos idées.
Des idées qui croassent finissent par becqueter.
Elles iraient becqueter jusqu’à l’os vos bestiaux, vos songes, vos sourires.
Et puis, c’est votre coeur qui serait dévoré.
Non, non, pour les idées, pas de croassements, et rien que des cantiques.

(Norge)


Illustration: Odilon Redon

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Métaphores de la métamorphose (Teresa Rita Lopes)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



Métaphores de la métamorphose

I

Becqueter
l’oeuf

déchirer
le voile

naître
à nouveau

de son libre
vol

II

Sortir
du ventre
de la nuit

d’un jet
déboucher
sur le jour

pauvre
giron

tablier
de deuil

Et malgré tout
aimer

téter
goulûment
la vie

***

Metâforas da metamorfose
I

Bicar
o ovo

romper
o véu

nascer
de novo

de seu livre
voo

II

Sair
da barriga
da noite

de jacto
desembocar
no dia

regaço
pobre

avental
de luto

E apesar de tudo
amar

mamar
corn gula
a vida

(Teresa Rita Lopes)


Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Vers de Dieu (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



Vers de Dieu

I

Si tu ressens chez les oiseaux
autant de liberté
et d’aérien pouvoir,
imagine un oiseau
supérieur à tous les autres
et invisible à ce point
que son vol laisse
une impression de rêve.
Avec légèreté et grâce
l’homme pense Dieu.

II
Sur la plus haute branche
Dieu est posé
sur une seule serre perché,
et il fixe le monde.
De la plus haute branche
il déploie son vol
et s’en vient au hasard
becquetant les choses,
indifférent aux choses
becquetées,
enchantées.

III
Dieu me becquette
doucement aux yeux,
référence plutôt
que remontrance.
Il s’y polit le bec.
Et ça fait mal.
En disparaissant il croasse:
«Aujourd’hui je te pardonne.»
Ce que Dieu pardonne
Dieu seul le sait.

IV
Dieu rumine
que faire, par hasard.
Encore un tremblement de terre?
De quelle proportion?
Une nouvelle guerre?
De combien de nations?
Quelle marge accorder
au caprice de l’homme?
Est-ce un artiste qui va naître?
Des idiots naîtront-ils?
Des robots surgiront-ils ?

V

En fin de compte
tout s’accommode
à sa volonté.
Nul autre Dieu n’est
projeté, ni plusieurs.
Lacets entrelacés,
gémissements, crépuscule
toujours continué.
Homme, je me repens
de la création de Dieu,
mais il est trop tard maintenant.

(Carlos Drummond de Andrade)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OISEAUX (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2016


 

OISEAUX

Oiseaux de l’été
qui volez vers l’eau,
la source tarie,
le vol éternel ;

traversant le ciel
oiseaux de Novembre,
chemin de Saint Jacques
au bleu du souvenir ;

oiseaux de bois noir
cercles de silence,
au ciel de mémoire
toujours revenez;

et de rose marbre
ô mystique paon,
becquetant l’or du soir
aux raisins romans.

***

AUCELS

Aucels de l’estiu
en vòu de vers l’aiga,
la fos aturada,
eterna volada ;

traversant lo ceu,
aucels de Novembre,
camin de San Jaume
au blau dau remembre ;

aucels de bos negre
ceuclants en silenci,
au ceu dau record
revenetz de longa ;

e de rose marbre,
ô pavón mistic,
becant l’aur dau vespre
au rasim roman.

(Max Rouquette)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :