Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bel’

En ce pauvre et bel instant (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2019



 

Abrishami Hessam_pp

en ce pauvre et bel instant qui lutte
contre l’armée des secondes …

(Tomas Tranströmer)

Illustration: Abrishami Hessam

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’aube (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2018




    
l’aube
le plus bel oiseau.
Vole autour de la terre.

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Valse de Régine (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2018



    

Valse de Régine

L’amour, ce bel enfant
Doux et rieur
Qui sème le printemps
Au fond des coeurs
Fit fleurir en moi-même
Un frais jardin
O belles fleurs que j’aime
Qu’il vienne enfin!
Tu resteras toujours
Mon éternel amour
J’ai voulu te le dire
Et n’ai pu que sourire…
J’ai cueilli pour toi la fleur de mai,
Le perce-neige au parfum si frais
Mais toi, tu dédaignas
Ce bouquet délicat
Que ma timidité
Ose à peine effeuiller!
Tu resteras, chéri,
Mon unique souci
Tu resteras toujours
Mon seul amour!

(Robert Desnos)

 

Recueil: Les Voix intérieures
Traduction:
Editions: L’Arganier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DERRIERE LA PORTE (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 10 décembre 2017



DERRIERE LA PORTE

Sur la clé la main tremble
ll y a cet ancien portrait qui me ressemble
Ce mur
La table vide
La vitre oû le soleil sèche un bouquet de rides
Une flamme légère
Les nuits blanches gravées sur les taies de poussière

Au loin des tuiles rouges
Les plis du vent défaits
Le monde entier qui bouge
Et le coeur du matin qui n’a pas de secrets

Bel homme
On se voit mal
Relève un peu la tête
Je baigne dans tes yeux
Mieux que dans l’eau du jour.

(René Guy Cadou)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

BERCEUSE À AUSCHWITZ (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2017




    
BERCEUSE À AUSCHWITZ

Mon bel enfant en habit bleu
Te voilà bien vêtu de velours angoissant

Mon bel enfant en habit de faim
Je suis le grand nuage où tu cherches du pain

Mon bel enfant en habit de sang
Ta mère ne peut plus te reverser le sien

Mon bel enfant en habit de vers
Ils brillent pour ta mère comme des étoiles

Mon bel enfant en habit de folie
Au crochet de mon coeur vous pendrez ces guenilles

Mon bel enfant en habit de fumée
Vous ne m’avez pas dit si je peux me tourner.

(Pierre Morhange)

 

Recueil: Le Blessé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivre (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2017



    

Vivre

Puisqu’il est, semble-t-il, nécessaire de vivre
En portant le poids lourd des anciens désespoirs,
Tous les matins, et tous les jours, et tous les soirs,
Interrogeons nos coeurs et sachons l’art de vivre !

Sachons enfin chanter les roses du matin,
O nous qui replions les ailes de notre âme !
Sachons nous réjouir en paix du mets infâme
Et nous accommoder des chants et du festin !

Puisqu’il est, paraît-il, urgent et nécessaire
De revoir le mauvais rayon d’un mauvais jour
Et de voir s’échapper l’espoir d’un bel amour,
Que bientôt nos draps blancs se changent en suaire ! …

(Renée Vivien)

 

Recueil: Dans un coin de violettes
Editions: E. SANSOT & Cie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La gazelle (Sulayman ibn Hammûd)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015




La gazelle

Sur votre vie, amis, il fallait voir
un bel objet comme celui-là !

Hafsa était le visage même de l’aurore
qui peu à peu dépouille
de ses fleurs ardentes le grenadier.
De sang bédouin, rouge vermeil comme le vin
et le feu tendre qui se cache
à la racine du palmier,
elle savait compter les vertèbres du chameau
et décrire avec ardeur les courbes des dunes,
traire la chèvre de la main secrète et pure
de qui connaît la sainte faim de chaque jour.

D’elle, plus d’une fois, la gazelle fut jalouse.

Elle ne connaissait d’autre musique que l’arpège
et le silence du désert.

A présent elle joue du luth mélodieux
derrière la grille du harem.

(Sulayman ibn Hammûd)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :