Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘belles’

Au bord de la rivière (Goethe)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2018


Coulez vers la mer de l’oubli,
Chansons aimées! Que nul jeune homme
N’aille plus vous chanter, ravi,
Et nulle fille au temps des fleurs.

Vous parliez de mon aimée seule,
Qui aujourd’hui raille ma foi.
Vous fûtes écrites sur l’eau,
Ecoulez-vous donc avec elle.

***

Verfliesset, vielgeliebte Lieder,
Zum Meere der Vergessenheit!
Kein Knabe sing entzückt euch wieder,
Kein Mädchen in der Blütenzeit.

Ihr sanget nur von meiner Lieben;
Nun spricht sie meiner Treue Hohn.
Ihr wart ins Wasser eingeschrieben;
So fliesst denn auch mit ihm davon.

(Goethe)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA FEMME DE MENAGE (Raymond Federman)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2018



LA FEMME DE MENAGE

le seul plaisir que ma mère,
a dû avoir dans sa vie de misère
c’est quand elle faisait
le ménage dons les maisons
des quartiers riches

pendant les longues heures
qu’elle passait à genoux
à cirer les parquets
des maisons riches
elle se disait c’est beau ici
je me sens un peu comme chez moi
chaque fois que je fais le ménage ici

et pendant qu’elle astiquait
les meubles dernier cri des riches
époussetait leurs bibelots
faisait leurs lits
lavait leur vaisselle
repassait leurs cols de chemises
en prenant bien soin
de ne pas faire de faux-plis
elle se disait qu’est-ce qu’ils ont
comme belles choses ces gens-là
tout en contemplant d’un air absent
ses mains gercées

***

THE CLEANING WOMAN

the only pleasure my mother
must have had
in her miserable life
was when she cleaned
the houses of the rich

during the long hours she spent
on her knees scrubbing floors
she would say to herself
it’s so beautiful here
I always feel like I am at home
whenever I come here

and while she polished
the fancy furniture
dusted the bibelots
made the beds
washed the dishes
pressed the shirts of monsieur
being very careful not to make
a double crease in the collar
she would say absently
while contemplating
her bruised hands
what beautiful things
these people have

(Raymond Federman)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous les fleurs (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2018



Avec douleur, nous les fleurs nous nous éveillons à notre vie
de dessus terre.
En souffrance, nous quittons les noires profondeurs
où tout était si rassurant.
Il est si rassurant de ne pas vivre.
Avec peine nous nous ouvrons au soleil dispensateur de vie
et des êtres que nous ne connaissons pas marchent
parmi nous louant notre beauté.
Mais nous ne comprenons rien. Nous sommes aveugles
comme la terre d’où nous venons.
Il ne voulut pas nous donner la faculté de voir notre beauté.

Belles ? En nous-mêmes nous ne sommes pas belles.
Peut-être le sommes-nous quand le soleil étincelle sur nous.
Mais en nous règne une obscurité constante.

***

Med smärta vaknar vi blommor till vårt liv på marken.
Smärtsamt lämnar vi den mörka jorden, där allting var
så tryggt.
Det är så tryggt att inte leva.
Smärtsamt öppnar vi oss för den livgivande solen
och varelser som vi inte alls känner går kring bland oss
och talar om vår skönhet.
Men vi förstår ingenting. Vi är blinda som jorden, som vi
har kommit ifrån.
Han ville inte ge oss förmågan att själva se vår härlighet.

Sköna ? Inne i oss själva är vi inte sköna.
Det är vi kanske när solen strålar över oss. Men inne i
oss själva råder det ständigt mörker.

(Pär Lagerkvist)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La fausse mort (Goethe)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017


Pleurez, belles, voici la tombe de l’Amour!
Il s’affaissa ici, pour un rien, par hasard.
Mais est-il mort vraiment? Je n’en jurerais pas
Souventes fois un rien, un hasard le réveille.

***

Scheintod.

Weint, Mädchen, hier bei Amors Grabe! hier
Sank er von nichts, von ungefähr danieder.
Doch ist er wirklich tot? Ich schwöre nicht dafür:
Ein Nichts, ein Ungefähr erweckt ihn öfters wieder.

(Goethe)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De quel regard de quel accent (Ali Hamouda)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2016



Avec très peu de vocabulaire
j’ai dit aux étoiles comme je les trouvais belles
et comme ton sourire
avait la clarté du printemps.
Il y a longtemps que j’ai perdu
le ciel et le soleil et la plage de mon enfance,
longtemps que j’ai perdu
l’usage des mots violents et des mots doux.
Je ne sais plus de quel regard de quel accent
je dois dire je t’aime.

(Ali Hamouda)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Buvons ce vin de rose (Omar Khayam)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



Buvons ce vin de rose à l’heure où naît l’aurore
Et brisons ce cristal du bien, du mal, encore.
Quittant nos vieux espoirs, caressons seulement,
Belles, vos longs cheveux et la harpe sonore.

(Omar Khayam)

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le cauchemar (Henri-Frédéric Blanc)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2015


vieux

Dans mon rêve, tout était merveilleux,
les filles belles,ô combien! et la mer si bleue…
mais moi j’étais vieux.

(Henri-Frédéric Blanc)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la constance (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2015



Retouche à la constance

en fresque à ma chambre fermée
les belles apparues en même temps qu’allées
main dans la main font la ronde de mes années
dans un camaïeu de fumée

(Daniel Boulanger)


Illustration: Alexander Sulimov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche aux cousines (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2015



Retouche aux cousines

belles qui suivez l’amour
sous les trembles des années
laissez son onde aller seule et se perdre
et noire dans la mer
prendre la forme des fumées

(Daniel Boulanger)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :