Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bicyclette’

La tête me tourne (Josée Tripodi)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2019



Illustration: Ludovic Florent
    
La tête me tourne
Comme une roue de bicyclette voilée

Juste un peu malade

Naufragée sur mon lit
Loin des rives
Je regarde mes pensées
Qui papillonnent

Leurs ailes s’effritent
En un tourbillon de poussière

(Josée Tripodi)

 

Recueil: Le temps court plus vite que moi
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE RÉMOULEUR (Pier Paolo Pasolini)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2019



 

Paul Hey -rémouleur

LE RÉMOULEUR

Le matin est d’une pâleur
qui à midi est d’or,
puis plus rien qui nous attende :
sinon mon nez de caoutchouc,
ma bicyclette
(et mon cri) font
de tout ce temps
une soirée violette

(Pier Paolo Pasolini)

Illustration: Paul Hey

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

GEORGE ROGER, PHOTOGRAPHE, À BERGEN-BELSEN, 1945 (Jacques Roubaud)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2017



Illustration: George Roger
    
GEORGE ROGER, PHOTOGRAPHE, À BERGEN-BELSEN, 1945

ni ciel, ni firmament, ni étoiles, ni soleil, ni lune, ni planètes
seuls les morts étaient là

ni feuilles, ni vagues, ni campagnes, ni lampes, ni toits, ni portes,
seuls les morts étaient là

ni silences, ni oiseaux, ni bicyclettes, ni fauteuils, ni livres, ni cerises,
seuls les morts étaient là

ni enfants, ni parents, ni frères, ni mères, ni compagnons, ni amants,
seuls les morts étaient là

ni robes, ni souliers, ni bagues, ni lunettes, ni jouets, ni montres,
seuls les morts étaient là

ni boues, ni mains, ni os, ni orbites, ni fumées, ni âmes, ni cendres,
seuls les morts étaient là

les morts, les morts seuls, les morts étaient là

(Jacques Roubaud)

 

Recueil: Je suis un crabe ponctuel
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Frou-Frou (Montréal et Blondeau)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2017




    
Frou-Frou

La femme porte quelquefois
La culotte dans son ménage
Le fait est constaté je crois
Dans les liens du mariage
Mais quand elle va pédalant
En culotte comme un zouave
La chose me semble plus grave
Et je me dis en la voyant

Refrain
Frou frou, frou frou par son jupon la femme
Frou frou, frou frou de l’homme trouble l’âme
Frou frou, frou frou certainement la femme
Séduit surtout par son gentil frou frou

La femme ayant l’air d’un garçon
Ne fut jamais très attrayante
C’est le frou frou de son jupon
Qui la rend surtout excitante
Lorsque l’homme entend ce frou frou
C’est étonnant tout ce qu’il ose
Soudain il voit la vie en rose
Il s’électrise, il devient fou

au Refrain

En culotte me direz-vous
On est bien mieux à bicyclette
Mais moi je dis que sans frou frou
Une femme n’est pas complète
Lorsqu’on la voit retrousser
Son cotillon vous ensorcelle
Son frou frou
C’est comme un bruit d’aile
Qui passe et vient vous caresser

au Refrain

(Montréal et Blondeau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quel enchaînement! (Jack Kerouac)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2017



Quel enchaînement! – la bicyclette
tire le chariot
Car la corde est attachée

***

Concatenation! – the bicycle
pulls the wagon
Because the rope is tied

(Jack Kerouac)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Esher (Peter Redgrove)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2016



Les deux soleils.
Le soleil dans la mer, le soleil dans le ciel :
La bicyclette de l’été.

Est-ce que je le mérite,
la chemise ouverte sur la poitrine tandis que je pédale ?

Ma chemise s’enfle comme des poumons en plus,
Comme des nuages ensoleillés
Sur ma bicyclette d’été.

Le vent de l’aube
Odorant comme un pont de navire lessivé.

Plus tard, le ciel sans couleur –
Pâle comme la fourrure d’un chat gris,
Ou du verre ancien
rendu brumeux par les frottements du désert.
Est-ce que je le mérite ?

Les oiseaux du jardin s’envolent du lilas,
Les goélands
S’accrochent à une aile et tournent autour.

Le cycliste avec tout Esher
Dans sa chemise, est resté
Là, au chaud sous le soleil

(Peter Redgrove)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Las de parler (Stephen Romer)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2016



Las de parler, nous descendîmes à bicyclette le tunnel vert
aux lumières changeantes vers ce village où le puits
est juste un trou au milieu de la route.
Il n’y avait personne, et c’était bon
de nous laver des mots impurs. C’est la chaîne
de ce que nous ne voulons pas dire, collée à la peau,
creusant des plaies où il n’y en avait pas… Dans ce village
l’eau était si claire que je ne pouvais évaluer
son niveau avant d’y avoir trempé un doigt.
J’ai essayé, sans réussir, de voir comment nous restons
aussi transparents, comme si notre dieu modeste
qui n’a pas de langue pouvait parler! Je sais qu’il y a un flux
qui bouge avec nous. Que c’est dans le flux,
nageant de toi à moi. Que ça peut ne pas avoir de nom.

(Stephen Romer)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Virées à bicyclette (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2015



Virées à bicyclette

1

Dans le marais où la brume stagne,
Un long son de cloches s’égrenait
De Saint Samson de Dol de Bretagne
Jusqu’au village de La Fresnais.

Nous poursuivions jusqu’à La Gouesnière
Dans les champs, nous griffant les genoux
Et, en trébuchant dans les ornières,
Nous atteignions enfin Saint Guinoux

Suivant le vol lent d’un goéland
Tournant au-dessus d’un lourd chaland,
Nous longions le canal d’Ille et Rance
Où nous poussait notre folle errance.

Nous faisions une halte à Dinan.
Nous buvions quelques fraîches et bonnes
Bolées avec des crêpes bretonnes
Et nous nous embrassions en dînant.

2

Nous circulions dans l’odeur des haies.
Des voiles évoluaient dans la baie.
En grognant, la pointe du Grouin,
Dans la mer, enfonçait son groin.

Un soleil d’or secouait ses élytres
Sur Cancale et le port de la Houle,
Sur sa jetée et ses parcs à huîtres,
Sur Le Vivier et ses parcs à moules.

Le soir nous trouvait à Saint-Servan,
Dégustant un plat d’huîtres verdâtres
Et des sardines grillées dans l’âtre
Une bonne en patois nous servant.

Quand nous sortions, la Tour Solidor
Piquait la nuit dans la poudre d’or
D’un phare qui tournait dans la brume
Sur Cézembre noir, ourlé d’écume.

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Feuilles de céléri (Tawara Machi)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2015



Du panier de ma bicyclette Hé là!
dépassent pour je ne sais quelle joie
des feuilles de céléri

(Tawara Machi)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :