Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘blés’

YEUX CLOS (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2020



YEUX CLOS

Tu souris
tu t’éloignes

et laisses ton sourire
sur mes sommets.

Je le respire
je le transmets
aux horizons.

Toute la campagne
le cache dans les blés.

Plus loin la mort
outre-mont
où rien ne veut finir.

Et ce sourire encore
comme un autre reflet.

(Jean Mambrino)


Illustration: Octavio Ocampo

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand c’est l’été dans tes yeux (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2017



Quand c’est l’été dans tes yeux
C’est l’été dans mon avenir
Qui se dore au soleil
Comme les blés
Promesse de pain

(Pierre Albert-Birot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Midi parmi les blés (Rabah Belamri)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



la main
revenue de l’espace ossuaire
remet la caresse au centre de l’été

midi parmi les blés
me couche
semence et feu à ta bouche

(Rabah Belamri)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu sais trop qu’on te préfère (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2017



Mais tu sais trop qu’on te préfère,
que ceux qui t’ont quittée

Te trouvent dans les blés,
Te recherchent dans la pierre,
Insaisissable.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

PROMENADE (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2016




PROMENADE

Douceur d’aller le soir, lorsque les chaumes blonds
Flambent sur les toitures,
Et qu’au milieu des blés les perches de houblons
Ont des airs de mâtures.

Douceur d’aller ainsi voir les bateaux glissant
Sur le fleuve aux eaux lisses,
Et de laisser parler son amour commençant
Par les berges complices.

Car les talus piqués de bleus myosotis
Au pied de chaque saule,
Les talus sont parfois si petits, si petits
Qu’en marchant on se frôle.

Quel trouble de sentir le frisson, contre soi,
Le frisson d’une robe
Et de voir un pied fin qui, comme avec émoi,
Se montre et se dérobe.

Oh ! l’heure inoubliable où le long des chemins
Sans presque rien nous dire,
Rien qu’à nous regarder, qu’à nous chercher les mains
Et rien qu’à nous sourire,

Nous avons tous les deux, sans aveu ni serment,
Subi la même envie
Et, dans le soir qui meurt, rêvé naïvement
Que c’était pour la vie !

(Georges Rodenbach)

Illustration: Pierre Auguste Renoir

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :