Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bleu’

LA MER (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018


 


LA MER

Il est difficile de peindre la mer,
mais il est simple de peindre des vagues.
Toutes les couleurs conviennent,
elles sont toujours justes,
car il existe des vagues de toutes les couleurs.
Voilà pourquoi l’artiste dessine beaucoup de vagues,
puis il étend des jaunes, des bleus, des verts, des gris, des bruns mêmes.
Enfin, il peint le sentiment.
C’est le plus important pour la mer.

(Norge)


Illustration: Geneviève Goulley

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

LE CHEVAL BLEU (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018



LE CHEVAL BLEU

On ne voit pas clairement pourquoi ce cheval bleu est si mélancolique,
mais il est très mélancolique, sans aucun doute.
On ne voit pas clairement pourquoi ce cheval bleu va connaître bientôt une joie immense,
mais il va la connaître, sans aucun doute.
Le fond du tableau fait penser à une grande pluie qui s’éloigne.

(Norge)


Illustration: Marc Franz

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

UNE FABRIQUE DE BROSSES (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



UNE FABRIQUE DE BROSSES

On voit l’intérieur de la salle principale.
Des hommes forent de petits trous dans des planchettes
et de jeunes femmes enfoncent des poils de sanglier
enduits de colle dans ces cavités.
Les murs de la fabrique sont bleus.
Au-dessus d’une petite porte,
une image représente saint Audoin, patron des brossiers.
Au fond, de grandes caisses contiennent probablement
des brosses terminées.

(Norge)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

C’est du bleu pur (Katell Antoine)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



c’est du bleu pur
la dragée et son amande
les dents de lait
l’oreiller blanc
on plonge dedans
une voix demande,
le paradis, c’est
le bleu tout le temps ?

(Katell Antoine)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jardin du Thabor (Katell Antoine)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2018



Jardin du Thabor

les iris, bleu forcément,
masques Balinais
dans un théâtre d’ombres

(Katell Antoine)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

LUMIÈRE DE SCALPAY (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2018



 

sunset over loch carron

LUMIÈRE DE SCALPAY

Voici le sommet de la contemplation, et
nul art ne saurait l’atteindre
bleu, si bleu, le lointain archipel, et
la mer qui miroite, miroite
nul art ne saurait l’atteindre, l’esprit ne peut
que tenter de s’y accorder
de s’apaiser, de s’espacer, tenter
de s’ouvrir, tranquille, au-delà du monde
révélé lui-même en terre de diamant,
dans la lumière au-delà des mots

*

A HIGH BLUE DAY ON SCALPAY

This is the summit of contemp la tion, and
no art can touch it
blue, so blue, the far-out archipelago, and
the sea shimmering, shimmering
no art can touch it, the mind can only
try to become attuned to it
to become quiet, and space itself out, to
become open and still, unworlded
knowing itself in the diamond country, in
the ultimate unlettered light

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRÉSENT (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2018



 

Illustration: Jim Warren
    
PRÉSENT

Sur la réverbération de la pierre
Saline verticale
Bleu violemment pétrifié
La chute continue
Du rideau
(Dehors
La mer que le soleil assaille)
Respiré respire
Le sol de brique
La fenêtre la table le lit
Maintenant le bleu se tend s’étend
soutient
Un coussin rose
Une fille
Sa robe rouge de cire encore chaude
Ses yeux
D’attente non
Mais par la visitation à demi fermés
Elle est pieds nus

Lourd l’argent l’enlace
Rafraîchit
Son bras sa peau
Sur ses seins vaillants danse le poignard du soleil
Sur son ventre
Éminence imminence
Une ligne de fourmis noires
Vibration
D’un corps une âme une couleur
Du miel brûlé
Le miel noir
A l’incandescence du coquelicot
Le coquelicot noir
Tu ouvres
Les yeux

Tu es un soleil qui a soif.

(Octavio Paz)

 

Recueil: Versant Est
Traduction: Yesé Amory,Claude Esteban,Carmen Figueroa,Roger Munier,Jacques Roubaud
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme tout est simple, mon Dieu ! (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



 

vache-animal-humour-naif_1150

Comme tout est simple, mon Dieu !
Ce nuage sur le mélèze,
Cette vache dans le pré bleu,
Au bord du sentier, cette fraise.

Ainsi je suis devenu sage
Sans même m’en être aperçu.
Des jours disparus, je n’ai plus
Que les clartés sur le visage.

Et mon coeur est aussi à l’aise,
Aussi calme en vos mains, mon Dieu,
Que ce nuage, ce mélèze,
Cette vache dans le pré bleu.

(Maurice Carême)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’enfant et le tilleul (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



 

Amy Katherine Browning  LimeTreeShade [1280x768]

L’enfant et le tilleul

Cette petite enfant croyait
– Quand elle chantait toute seule
Dans le fond du jardin –
Que personne ne l’écoutait.
Mais elle oubliait le tilleul
A qui le vent prêtait
La longue flûte verte,
Le tilleul qui se croyait seul
Lui aussi au cœur de l’été.
Et les étoiles, sur le bord
Bleu du ciel, se penchaient si fort
Pour mieux les écouter
Qu’on les voyait tomber
Toutes luisantes par milliers

(Maurice Carême)

Illustration: Amy Katherine Browning

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Scène d’Amour en Mai (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2018


L'Autre Rive 146 x 89 p

Ces paroles maladroites dans la lumière de fin
D’après-midi, et l’horizon maître des orages!

Elle ne regarde que le bleu puis appelle
Sourdement: que voyez-vous dans ses yeux

Qui ne voient pas? cette douce présence
Et la chair bouleversée, le grain magnifique

De la voix, le bruit léger des vêtements
Qu’on froisse. Lui déjà sur la rive

Comme au matin des agonies, respirant.
Elle étonna même les fleurs partout

Répandues, éprise d’insolubles énigmes,
Défaite, « écoutez-moi qui passe » dit-elle

Voix oscillante, voix faible et froide.

(Lionel Ray)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :