Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bondir’

Douze chats et un poète (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2018




    
Douze chats et un poète

Soleil couchant
Les chats dorment sur le pré
comme s’ils étaient immortels.

Il n’a donné au chat
que le bout de sa queue,
le lézard.

Sous le cyprès,
fouillis de plumes:
le chat, la tourterelle.

Premier avril.
A la queue du chat
un poisson d’argent.

l’entrée du cimetière
assis sur la première tombe
un chat noir me regarde.

Ne serait-il pas un fantôme
ce hérisson qui, chaque nuit,
vient boire le lait du chat?

Chaque matin, il sort du bois
ce chat noir au poil luisant
et se frotte contre mes jambes.

Elle a dormi toute la nuit
sur mes pieds
la chatte noire.

Au milieu de la nuit,
derrière ma fenêtre,
un chat inconnu me regarde.

Le chat bondit.
Sur le pavé
l’oiseau en croix.

Cette nuit, à nouveau,
un chat fantôme
derrière la vitre.

Devenir un chat, cerise ou merle,
dormir d’un oeil, faire noyau,
siffler.

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La métaphysicienne (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018




    
La métaphysicienne

Entre la très savante et très loquace
métaphysicienne,
tout de blanc vêtue
et nous autres qui l’écoutions,
passagers de l’éphémère,
soudain bondit un chat très noir
qui bouscula non pas la belle
mais son discours,
si bien que nous ne sûmes pas
à quoi ressemble Dieu,
quels sont ses attributs, ses pouvoirs
et quel séjour d’éternité
éventuellement il nous propose.

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une tombe en Lucanie (Margherita Guidacci)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018



 

Otto Dix   La Guerre

Une tombe en Lucanie

La figure
de plumes et de griffes (oiseau et démon)
se tient en arrière, mais prête à
bondir. Il la sent
mais il ne la voit pas, le jeune soldat
qui l’a derrière lui. Il la sent
et il la voit peut-être, l’adversaire
qui s’apprête, javelot au poing, à faire vibrer
le coup mortel. Nulle haine dans leur visage
mais une attention profonde, car doit s’accomplir vite
ce qui doit s’accomplir, et chacun d’eux porte
la triste conscience de l’amer destin
de l’homme en guerre. Au vainqueur,
rien n’assure que demain, sous le coup d’un autre
ce ne sera pas lui le vaincu, lui le tué.
Du condamné d’aujourd’hui l’âme reflue
avec son sang. Mystérieux comme sa Parque, un joueur de
flûte donne le signal. Les bras
serrés sur la poitrine ou levés
vainement au ciel, les femmes peuvent
commencer à pleurer.

(Margherita Guidacci)

Illustration: Otto Dix

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE CHAT (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



LE CHAT

Il a bondi sur l’ombre d’une feuille
qu’il avait prise pour une souris.
A peine au sol, il se lèche une patte,
afin de tromper la feuille
qui sait peut-être discerner les erreurs

(La Flûte de Jade)

 

Illustration: ArbreaPhotos  

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Danse (Cécile Périn)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018



Danse

Qui danse parmi le thym ?
Est-ce un rayon, un lutin,
Peut-être un petit lapin ?

Est-ce une abeille en maraude,
Une couleuvre qui rôde,
Un lézard couleur d’émeraude ?

Je ne sais. Mais je sais bien
Que tout danse ce matin
Parmi les touffes de thym,

Que l’esprit est une abeille,
Un subtil lézard qui veille,
Un lutin qui s’émerveille,

Ou bien ce petit lapin
Qui joue et bondit soudain
Parmi les touffes de thym.

(Cécile Périn)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Grenouille Bleue (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2018


grenouille17

J’écris n’importe quoi.
Mettons: grenouille bleue.
Aussitôt la voilà
Qui glisse entr mes doigts
Et bondit sous mes yeux.

Bon! que va-t-elle faire?
Elle saisit ma plume
Et, en quelques traits clairs,
Dessine une rivière
Et, au milieu, la lune.

Puis, me tournant le dos,
Elle me crie: « Bonsoir,
Je reviendrai vous voir! »
Et, narquoise, d’un saut,
Se perd au fond de l’eau.

(Maurice Carême)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 7 Comments »

Pour te retrouver (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018




    
Pour te retrouver chaque jour
en contrebande
je traverse un mur et bondis
d’une frontière invisible
j’arrache en moi les barbelés
malgré l’interdit je relève
le passage à niveau
du train d’on ne sait quel désastre
que je ne verrai pas venir.

(Charles Dobzynski)

 

Recueil: J’ai failli la perdre
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’écureuil (Thierry Cazals)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



Dès son réveil
l’écureuil bondit d’arbre en arbre
pour leur rappeler qu’ils sont une forêt

(Thierry Cazals)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

CHANSON AVEC MOUVEMENT (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2018




    
CHANSON AVEC MOUVEMENT

Hier

(Étoiles
bleues.)

Demain

(Petites étoiles
blanches.)

Aujourd’hui

(Songe fleur endormie
dans le vallon de la jupe.)

Hier

(Étoiles
de feu.)

Demain

(Étoiles
violettes.)

Aujourd’hui

(Ce coeur, mon Dieu,
ce coeur qui bondit!)

Hier

(Souvenir
d’étoiles.)

Demain

(Étoiles voilées.)

Aujourd’hui…

(Demain!)

Aurais-je le mal
de mer sur la barque?

Oh, les ponts d’aujourd’hui
sur les chemins de l’eau!

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne fuis pas encore (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2018



Erte lucrezia-bori-pelleas-and-melisande [1280x768]

Ne fuis pas encore

Tu crois, s’il fait sombre,
Qu’on ne te voit pas,
Non plus qu’une autre ombre,
Glissant sur tes pas ?
Mais l’air est sonore,
Et ton pied bondit…
Ne fuis pas encore :
Je n’ai pas tout dit !
À qui ce gant rose
Qui n’est pas le mien ?
Quel parfum t’arrose,
Qui n’est plus le tien ?
Tu ris, mais prends garde,
Ta lèvre pâlit…
Moi je te regarde :
Sur ton coeur cachées
Des fleurs vont mourir ;
Les as-tu cherchées
Pour me les offrir ?
Vois ! La lune éclaire
l’enclos interdit…
Paix à ta colère !
Sous la noble allée
Qui s’ouvre pour toi,
La pauvre voilée,
Ingrat ! C’était moi.
Sans cris, sans prière,
Sans voix qui maudit,
Je fuis la première.
Adieu ! J’ai tout dit !

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Erte

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :