Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bonsoir’

Soir d’été (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2019



Lori Earley_1

Soir d’été

Le soleil brûlait l’ombre, et la terre altérée
Au crépuscule errant demandait un peu d’eau ;
Chaque fleur de sa tête inclinait le fardeau
Sur la montagne encor dorée.

Tandis que l’astre en feu descend et va s’asseoir
Au fond de sa rouge lumière,
Dans les arbres mouvants frissonne la prière,
Et dans les nids :  » Bonsoir ! Bonsoir !  »

Pas une aile à l’azur ne demande à s’étendre,
Pas un enfant ne rôde aux vergers obscurcis,
Et dans tout ce grand calme et ces tons adoucis
Le moucheron pourrait s’entendre.

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Lori Earley

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CRAPAUDS ET COULEUVRES (Armand Bernier)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2019



CRAPAUDS ET COULEUVRES

Bonsoir, les crapauds.
Je suis la main qui touche
les eaux.

Bonsoir, les couleuvres.
Je suis la main qui fait trembler
les feuilles.

Respirez avec moins de crainte.
Levez les yeux vers les étoiles.

Vivez sans peur : la main
ne vous veut aucun mal.

Bonsoir les crapauds, bonsoir les couleuvres.

(Armand Bernier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES ÉCOLIERS (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2018



LES ÉCOLIERS

Sur la route couleur de sable
En capuchon noir et pointu,
Le « moyen », le « bon », le « passable »
Vont, à galoches que veux-tu
Vers leur école intarissable.

Ils ont dans leur plumier des gommes
Et des hannetons du matin,
Dans leurs poches, du pain, des pommes,
Des billes, ô précieux butin
Gagné sur d’autres petits hommes.

Ils ont la ruse et la paresse
— Mais l’innocence et la fraîcheur
Près d’eux les filles ont des tresses
Et des veux bleus couleur de fleur
Et de vraies fleurs pour la maîtresse.

Puis, les voilà tous à s’asseoir
Dans l’école crépie de lune,
On les enferme jusqu’au soir
Jusqu’à ce qu’il leur pousse plume
Pour s’envoler. Après, bonsoir !

Ça vous fait des gars de charrue
Qui fument, boivent le gros vin,
Puis des ménagères bourrues
Dosant le beurre et le levain.
Billevesées, coquecigrues,
Ils vous auront connues en vain

Dans leurs enfances disparues !

(Maurice Fombeure)

Illustration: Robert Doisneau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Grenouille Bleue (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2018


grenouille17

J’écris n’importe quoi.
Mettons: grenouille bleue.
Aussitôt la voilà
Qui glisse entr mes doigts
Et bondit sous mes yeux.

Bon! que va-t-elle faire?
Elle saisit ma plume
Et, en quelques traits clairs,
Dessine une rivière
Et, au milieu, la lune.

Puis, me tournant le dos,
Elle me crie: « Bonsoir,
Je reviendrai vous voir! »
Et, narquoise, d’un saut,
Se perd au fond de l’eau.

(Maurice Carême)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 7 Comments »

MANÈGE (Louis Calaferte)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2018



Graziella Sarno coeur_d_arlequin-

MANÈGE

Elles sont passées une à une
comme sur les chevaux de bois
brunes aux regards de chamois
blondes aux longs cheveux de lune

Elles sont passées une une
mes colombelles d’autrefois
lorsque je suivais leurs convois
au temps de mes bonnes fortunes

Elles sont passées une une
des semaines ou bien des mois
j’allais pour elles chaque fois
leur décrocher un bout de lune

Dormeuses sous mes baldaquins
bonjour bonsoir et sans rancune
elles sont passées une à une
quand j’avais le coeur arlequin

(Louis Calaferte)

 Illustration: Graziella Sarno

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De rage (Anne Tardy)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2017




De rage, elle claque la porte
mais espère
un bonsoir.

(Anne Tardy)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le Crapaud (Tristan Corbière)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017




    
Le Crapaud

Un chant dans une nuit sans air…
— La lune plaque en métal clair
Les découpures du vert sombre.
… Un chant; comme un écho, tout vif
Enterré, là, sous le massif…
– Ça se tait: Viens, c’est là, dans l’ombre…

[…]

… Il chante. — Horreur!! — Horreur pourquoi?
Vois-tu pas son oeil de lumière…
Non: il s’en va, froid, sous sa pierre.
Bonsoir — ce crapaud-là c’est moi.

(Tristan Corbière)

 

Recueil: Les Amours jaunes
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le rivage éternel (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2017



 

Le rivage éternel

Au-dessus des bonsoirs du rivage éternel
le bon soir de l’adieu la nuit bonne éternelle
au-dessus des végétaux noircis dans l’ombre
des arbres et des herbes qui dorment et sombrent
dans la bonne nuit du rivage éternel
où seul s’accroche au rocher du désir un mollusque
au-dessus des bonsoirs du rivage éternel
l’homme accroché mollusque au rocher du désir
regarde la nuit qui vient et le jour qui la suit
dans l’éclair fugace et vain du rivage éternel
qui ne voit plus le jour et ne voit plus la nuit

(Raymond Queneau)

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du jour au lendemain (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2017




    
Du jour au lendemain

Un coq m’a dit
c’est l’aurore
Un mouton m’a dit
c’est enfin le matin
Un éléphant m’a dit
il est bientôt midi
Les pintades m’ont dit
il faut travailler travailler
Les hirondelles m’ont annoncé
c’est le soir puis la nuit
et mon enfant m’a dit
Bonsoir et bonne nuit
Il est temps de dormir

(Philippe Soupault)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jacques, es-tu jamais triste (Jacques Darras)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2017



Jacques, es-tu jamais triste, je te pose la question moi-même,
Personne jamais ne te la demandant, la pluie roule-t-elle sur
Tes joues mimant les larmes que tu aurais au fond des yeux
Et qui, ne coulant pas, délégueraient leur eau démocratique
À l’eau du ciel laïcisé, Jacques, n’esquive pas la question, s’
Il te plaît, il pleut souvent au Nord, reconnais-le, oui je sais,
J’ai passé mon enfance à écraser l’après-midi de mon nez sur
Les vitres à regarder le compotier céleste s’épuiser, cependant
J’ai appris à aimer la tristesse, la pomme fluide des automnes
Pluvieux, le jeu de mots sur la vieillesse du temps cueilli dans
La paume tenue ouverte sous les nuages, j’aime surtout le mot
Buée qui est comme une nuée enrhumée, me mouche dedans,
Carré d’étoffe grand comme un champ de colza jaune en mai
À la lisière d’une forêt, mes pluies sont jaunes, mes pleurs sont
Vrais par la couleur qu’ils ont ensoleillée, il m’arrive même de
Pleuvoir en été d’une petite pluie fine qu’on nomme « drache »,
Par chez nous « drache » c’est Darras en liquide concentré car
Je ne pleure jamais qu’étant nommé, qu’étant sommé par mon
Nom de lui rendre compte de mon humeur, « humidité joyeuse »
Voilà le bulletin que j’aimerais faire à la fin —bonsoir nuages !

(Jacques Darras)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: Tamara Lunginovic

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :