Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘botte’

NOCTURNE (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2017




    
NOCTURNE

Quand j’ai dansé jusqu’à minuit
la cornemuse a mis ses bottes
quand j’ai payé pour un ouisqui
le revolver a mis sa cape
quand j’ai réclamé un taksi
le réverbère a mis son col
quand j’ai traversé tout Paris
la lune a mis sa veste blanche
et quand je fus près de Neuilly
je mis mes jambes à mon cou

(Raymond Queneau)

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MER (Jean-Pierre Lemaire)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017



Illustration
    
LA MER

Assis dans la grande balançoire des collines
sur la route où poussait un clocher après l’autre
nous allions vers la mer à vastes enjambées
comme si nous avions chaussé les bottes de sept lieues
et quand le ciel devenait plus pâle
les champs plus jaunes, nous respirions fort
pour crier tout de suite à l’apparition
derrière les aigrettes d’oyats et les dunes
de la longue ligne bleue ou grise
imprévisible et grave comme Dieu

(Jean-Pierre Lemaire)

 

Recueil: Le Pays derrière les larmes
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Passe entre chien et loup… (Lambert Schlechter)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2017



allumeur-de-reverbere-2

Passe entre chien et loup…

l’éteigneur de réverbères

dans ses vieilles bottes vermeilles
avec sa clé à extinction

il a toujours claudiqué
il a toujours été manchot

personne ne voit la grosse larme salée
qui lui dégouline le long du nez

ce soir il tue et le chien et le loup

(Lambert Schlechter)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 4 Comments »

L’autre fois (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



L’autre fois j’ai mis mes deux pieds dans tes
grandes bottes vides et ton chien est venu
avec moi.

Ces bottes sont faites pour marcher tu
ne chantes plus ça.

(Valérie Rouzeau)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La terre retentit (Patricia Castex Menier)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2016



Otto Dix   Painting 135 [1280x768]
La terre retentit.

Elle demande qu’on l’écoute encore.

Tant de bottes, tant de crosses

piétinèrent le dessin d’un pied nu, la trace d’une
sandale

Le vent tire sur la corde,
le soleil ajuste la mitraille.

Les verrous ont sauté.

Mémoire hagarde face à la lampe braquée.

(Patricia Castex Menier)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration: Otto Dix

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOCTURNE VIF (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2015



>

NOCTURNE VIF

L’enclume soliloque et les frissons des seigles
Aux villages cernés par la douceur des soirs,

Nous ne regagnerons le conjugal pavois
Qu’à l’heure où les oiseaux flûtiotent dans les bois,

Où le crapaud s’éteint au bord des mares noires
Où l’ultime follet danse dans la mémoire.

La lune resplendine essaye son essor
Et sur les champs ses rets sont arentelles d’or.

Le loup-garou charge le passant comme hotte
Ainsi l’homme succombe : il en a plein ses bottes !

Mais dans ces nuits maléficiées je suis à l’aise :
C’est la nuit que l’on boit, c’est la nuit que l’on baise

C’est la nuit que l’on vit, c’est la nuit que l’on ment
Le miroir à la belle et la rose à l’amant,

C’est la nuit que le vent soupire sous les portes
Au sommeil dis adieu son fantôme l’emporte.

Mais le village est sourd et blanc comme un squelette
Aux cerisiers pleurant sur leurs escarpolettes.

(Maurice Fombeure)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand j’ai chaussé les bottes (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015



 harmonica o [800x600]

Quand j’ai chaussé les bottes
Qui devaient m’amener à la ville
j’ai mis dans ma poche
Une vieille maison
Où j’avais fait entrer
Une jeune fille
Il y avait déjà ma mère dans la cuisine
En train de servir le saumon
Quatre pieds carrés de soleil
Sur le plancher lavé
Mon père était à travailler
Ma soeur à cueillir des framboises
Et le voisin d’en face et celui d’en arrière
Qui parlaient de beau temps
Sur la clôture à quatre lisses
Et de l’air propre autour de tout cela

Aussitôt arrivé en ville
j’ai sorti ma maison de ma poche
Et c’était un harmonica

(Gilles Vigneault)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MER (Henry Jacques)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2015



LA MER

Poètes de tous poils dont les pieds ont des bottes,
Dont l’aile est repliée au mitan des capotes,
Par ce que nous savons, par ce que nous aimons,
Par le vent et le sel qui brûlent nos poumons,
Par les hivers du Cap tatouant nos mains bleues,
Les torrides soleils où flambent nos cheveux,
Par l’espace cabré que domptent les filins,
Par les bois et le fer, par le chanvre et le lin,
Nous chanterons d’instinct, toute âme, toute chair,
N’importe la musique et n’importe le vers ;
LA MER !

(Henry Jacques)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :