Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bouffer’

Bourdon, je t’envie (Henri Thomas)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2019




    
Bourdon, je t’envie,
comme tu promènes,
noire fantaisie,
ta miette de vie
dans les compliqués
chemins de l’été!

Cependant que moi
je peine, je traîne
un araire lourd
au fond de moi-même

dans l’étroit labour,
un pas pour la haine,
un pas pour l’amour.

Le soleil me noie,
l’été me fait peur,
bourdonnante joie,
va bouffer les fleurs.

(Henri Thomas)

 

Recueil: Poésies
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chante ta nostalgie (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



 

Dmitry Spiros  - Russian Impressionist painter -   (52) [1280x768]

Chante ta nostalgie

Chante ta nostalgie
Au lieu de ne rien dire
De chercher à mentir
Avec un faux sourire
Chante ta nostalgie
Au lieu de ne rien faire
Figé devant un verre
D´une eau de vie amère

Chante ta nostalgie
Laisse venir tes pleurs
Laisse aller ta douleur
Fais taire ta pudeur
Chante ta nostalgie
Même si tu es seul
A te faire une gueule
Plus triste qu´un linceul

{Refrain:}
Il suffit d´une guitare
Ou d´un accordéon
Et d´avoir en mémoire
Un p´tit bout de chanson

Chante ta nostalgie
Avant qu´elle te bouffe
Avant qu´elle n´étouffe
Jusqu´à ton dernier cri
Chante ta nostalgie
Comme on dit une prière
Pour sortir de l´enfer
De la mélancolie

Chante ta nostalgie
Et bois à la santé
De celle qui t´a quitté
De ceux qui t´ont trahi
Chante ta nostalgie
Même si tu te plantes
Même si tu inventes
Et même si tu oublies

{au Refrain}

Chante ta nostalgie
On se ressemble un peu
Toi et moi, ça fait deux
Et ça se multiplie
Chante ta nostalgie
Je chanterai la mienne
Avec un peu de veine
On se sera compris

Chante ta nostalgie
Hurle-la comme un sourd
A la mort, à l´amour
Qui nous réconcilie
Chante ta nostalgie
Pour ne pas en mourir
Et pour pouvoir en rire
Et pour rester en vie

{au Refrain}

(Georges Moustaki)

Illustration: Dimitry Spiros

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

CONJONCTURE (Hans Magnus Enzensberger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018




    
CONJONCTURE

Ce que vous mangez ce n’est pas
ce que vous croyez ce n’est pas
de la viande qu’on vous donne à bouffer,
c’est de l’appât, c’est bon
(peut-être les pêcheurs ont-ils
oublié leur ligne, peut-être
ont-ils fait le voeu
de jeûner désormais?)

L’hameçon n’a pas un goût de gâteau
mais le goût du sang
il va vous arracher à votre bouillon tiède :
Comme l’air est froid au bord de la Bérézina!
Et vous allez dévaler
sur un sable étranger
sur des glaces étrangères :
Groenland Nevada,
vos membres vont agripper
la peau du désert de Nubie.

Soyez sans crainte ! Les pêcheurs distingués
ont bonne mémoire et vieille expérience.
Ils ont pour vous l’affection
du charcutier pour son cochon.
Les voici sagement assis au bord du Rhin,
du Potomac, de la Bérézina,
au bord de tous les fleuves du monde.
Ils vous font paître. Ils attendent.

Et vous, vous déchirant la gorge à belles dents,
dans votre crainte de crever de faim,
vous vous battez pour le mortel appât.

(Hans Magnus Enzensberger)

 

Recueil: Mausolée
Traduction: Maurice Regnaut et Roger Pillaudin
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Colère (Tahar Djaout)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2017



 

Igor Morski  1df7e9

Colère que saupoudre le soleil criblé
s’égouttant en traits gluants
SUBSISTE
mon poème
rempart
où le réfugié abrite ses dernières hardes
et attise son dernier souffle
gros d’un ENFANTEMENT SUBVERSIF
Désormais
vos balles ne font plus peur
et je vais à l’ombre de vos mitraillades
BOUFFER MA COLÈRE VÉGÉTALE

(Tahar Djaout)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Igor Morski 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Quand j’aurais du vent dans mon crâne (Boris Vian)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2016



Quand j’aurais du vent dans mon crâne

Quand j’aurai du vent dans mon crâne
Quand j’aurai du vert sur mes osses
P’tet qu’on croira que je ricane
Mais ça sera une impression fosse
Car il me manquera
Mon élément plastique
Plastique tique tique
Qu’auront bouffé les rats
Ma paire de bidules
Mes mollets mes rotules
Mes cuisses et mon cule
Sur quoi je m’asseyois
Mes cheveux mes fistules
Mes jolis yeux cérules
Mes couvre-mandibules
Dont je vous pourléchois
Mon nez considérable
Mon coeur mon foie mon râble
Tous ces riens admirables
Qui m’ont fait apprécier
Des ducs et des duchesses
Des papes des papesses
Des abbés des ânesses
Et des gens du métier
Et puis je n’aurai plus
Ce phosphore un peu mou
Cerveau qui me servit
A me prévoir sans vie
Les osses tout verts, le crâne venteux
Ah comme j’ai mal de devenir vieux.

(Boris Vian)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES BONNES RAISONS (Pierre Ferran)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2015



LES BONNES RAISONS

On commence par tuer les oiseaux
parce qu’y en a trop
les couleuvres
parce que si on les laissait faire…
les hérissons trottant comme de petits porcs
parce que ça serait-y pas des fois nuisible
puis on tire sur les biches tremblantes
parce que c’est fait pour ça
sur les ânes sauvages qui broutent
dont le dos frissonne sous les mouches
parce que ça sert à quoi voulez-vous me le dire
et puis ils puent de plus ils bouffent tout les salauds
Enfin un beau jour on s’en va
lâcher des bombes sur les viets
parce que ce bétail-là
croyez-moi c’est pas tellement catholique !

(Pierre Ferran)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :