Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bouillonnant’

Ce fut un clair après-midi (Antonio Machado)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2018




    
Ce fut un clair après-midi, triste et songeur
après-midi d’été. Le lierre grimpait
sur le mur du parc, noir et poussiéreux…
La fontaine bruissait.

Ma clé grinça dans la vieille grille;
avec un bruit aigre s’ouvrit la porte
de fer moisi et, en se refermant, frappa
lourdement le silence de l’après-midi mort.

Dans le parc solitaire, la sonore
copia bouillonnante de l’eau chantante
me guida vers la fontaine. La fontaine versait
sur le marbre blanc sa monotonie.

La fontaine chantait : Frère, mon chant présent
te rappelle-t-il un songe lointain?
Ce fut un lent après-midi du lent été.
Je répondis à la fontaine :

Je ne me souviens pas, ma soeur.
mais je sais que ta chanson présente est lointaine.

— C’était ce même après-midi : mon cristal versait
comme aujourd’hui sur le marbre sa monotonie.
Te souviens-tu, frère?… Les myrtes traînants
que tu vois, assombrissaient les claires chansons
que tu écoutes. De la blonde couleur de la flamme
le fruit mûr pendait sur la branche,
comme maintenant. Te souviens-tu, frère?
C’était ce même lent après-midi d’été.

— Je ne sais point ce que me dit ton chant riant
des songes lointains, fontaine ma soeur.

Je sais que ton clair cristal d’allégresse
a connu déjà le fruit vermeil de l’arbre;
je sais que lointaine est mon amertume
qui songe en ce vieil après-midi d’été.

Je sais que tes beaux miroirs chantants
ont reflété d’anciens délires d’amour;
mais conte-moi, fontaine à la langue enchantée,
conte-moi ma joyeuse légende oubliée.

— Je ne sais les légendes d’anciennes allégresses,
mais de vieilles histoires de mélancolie.

Ce fut un clair après-midi du lent été…
Tu venais seul avec ta peine, frère;
tes lèvres se posèrent sur mon onde sereine
et dans le clair après-midi dirent ta peine.

Tes lèvres qui brûlaient dirent ta peine,
elles avaient alors la même soif que maintenant.

— Adieu pour toujours, fontaine sonore,
éternelfe chanteuse du parc endormi.
Adieu pour toujours; ta monotonie,
fontaine, est plus amère que ma peine.

Ma clé grinça dans la vieille grille;
avec un bruit aigre s’ouvrit la porte
de fer moisi et, en se refermant, résonna
lourdement dans le silence de l’après-midi mort.

(Antonio Machado)

 

Recueil: Champs de Castille précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes et suivi de Poésies de la guerre
Traduction: Sylvie Léger et Bernard Sesé
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je viens des sources légères de la joie (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2016



Je viens des sources légères de la joie
Des sources bouillonnantes de la joie

Vers l’oeuvre de Dieu
Vers le soleil du printemps
Vers la lande étalée
Vers les hauts genêts
Vers les rochers frais
Vers l’ombre des chênes.

Je viens aimer.

(Eugène Guillevic)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Viviane-Josée Restieau

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me retranche encore de moi-même derrière moi-même (René Daumal)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2015



Je me retranche encore de moi-même derrière moi-même
et je vois dans la Mer bouillonnante des OUI qui aspirent à des formes vivantes,
Sous mon regard qui nie, un noeud de bulles s’affirme et s’organise en systèmes de mouvements coopérant en cercles.
Ainsi un corps vivant, de voiles physiques et non-physiques,
s’isole individu dans la Mer bouillonnante
où des multitudes d’autres s’organisent aussi et déclare:
« Je suis à toi ».

Car le NON voulant se parler universel,
il soulève les voiles niés-apparus, qui s’attachent à lui,
et me voici Lui-même dans la Prison vivante.
J’ai forme, ayant renié toute forme.
L’image visible de la souffrance est multitude.

(René Daumal)

Illustration: Michael Page

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »