Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘boule’

Un oiseau chante (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2018




    

Un oiseau chante
et sa chanson
est une boule transparente
où tournent
les couleurs
elle monte
de plus en plus haut
jusqu’à ce que l’oiseau s’aperçoive
qu’elle ne lui
appartient plus

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour Poèmes choisis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La boule fauve (Franck André Jamme)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018



 
    
La boule fauve au bout de sa ficelle,
qui est notre démon et notre guide,
tourne dans un sens ou dans l’autre,
côté chair ou côté diamant.
D’autres fois seulement elle oscille.
D’autres fois elle est pétrifiée.

(Franck André Jamme)

 

Recueil: La récitation de l’oubli
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les hommes qui hantent les rêves (Guennadi Gor)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2018



Illustration
    
Les hommes qui hantent les rêves,
Les arbres qui n’ont pas sommeil,
Les fleuves qui ragent et ragent,
Les mains dont on tombe amoureux.
Ah, dévaler boule de feu,
Ou vers la trouée dans la glace.
Ou comme dans un choc de trains
Mourir oiseau contre un oiseau.

***

Люди, которые снятся,
Деревья, которым не спится,
Реки, которые злятся,
Руки, в которых влюбиться.
Мне бы c горы бы сгорая
Или в прорубь c сарая.
Мне бы как поезд об поезд,
Птицей об птицу разбиться.

(Guennadi Gor)

 

Recueil: Blocus
Traduction: Henri Abril
Editions: Circé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je nais toujours (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2018



 

Illustration: Laszló Mindszenti
    
Je nais toujours.
Je me dresse au travers d’une boule opaque.
Des layons me tentent d’une issue bleue.
Mais des menaces buissonnent épaissement
par-dessus le profond ciel enfoui.
Des formes d’échafaud ou des échafaudages.
les levains qui fermentent. Des signaux.
Je ne sais. Je distingue mal ce qui se passe.
toujours ardent, je vais parmi ma vie,
mal éveillé.

(André Frénaud)

 

Recueil: Il n’y a pas de paradis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la nuit un mollusque grandit (René Daumal)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018



Illustration: Edvard Munch
    
Dans la nuit un mollusque grandit.
— mais d’où tire-t-il sa chair ? —
il grandit avec les petites boules pâles
au creux des estomacs d’enfants :
ces boules qui s’enflent dans le ventre et sous les côtes
et qu’on appelle : « peur de la mort ».
C’est la peur de la mort du monde,
ce mollusque au mufle épais,
ces yeux sans regards qui rident l’espace.

(René Daumal)

 

Recueil: Se dégager du scorpion imposé
Traduction:
Editions: Editions Eoliennes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANSONS INNOCENTES II (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2018



    

CHANSONS INNOCENTES
II
petit arbre
petit arbre de Noël silencieux
tu es si petit
tu ressembles davantage à une fleur

qui t’a trouvé dans la verte forêt
et as-tu eu de la peine de le quitter?
viens je vais te consoler
parce que tu sens si bon

je vais embrasser ton écorce fraîche
et te serrer très fort contre moi
tout comme le ferait ta mère,
seulement n’aie pas peur

regarde les paillettes
qui dorment toute l’année dans une boîte noire
en rêvant de sortir et de pouvoir briller,
les boules les girandoles rouge et or les guirlandes duveteuses,

lève tes petits bras
et je vais tout te donner à porter
chaque doigt aura son anneau,
et il n’y aura pas le moindre endroit sombre ou malheureux

alors quand tu seras tout habillé
tu te mettras à la fenêtre pour que tout le monde te voie
et comme ils t’admireront!
oh mais tu seras très fier

et ma petite soeur et moi nous prendrons la main
et regardant notre bel arbre
nous danserons et chanterons
« Noël Noël »

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: XLI Poèmes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: La Nerthe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A l’infime bout d’une brindille (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2018




    

à l’infime bout
d’une brindille trois
âmes en
boule au froid

trois(blottis dans
cet immense clin
d’oeil ar
dent de la

lune)rêvent d’inchoses
sans bruit trois comme
ta vie
notre et ma

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: 95 poèmes
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OCTOBRE (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018



Illustration: Christian Schloe
    
OCTOBRE

Pays lié aux oiseaux
A la chevelure des femmes
A l’épaule de la plus belle
Je suis debout sur tes pianos jonchés de feuilles mortes
Au milieu de ma vie jonchée aussi de feuilles mortes
Je suis entouré de complices
Je ne cherche pas à correspondre j’appréhende
Je suis parmi les arbres comme un chef de bande
Confiance donc
Quand je prépare un Octobre éternel
Une immense fumée qui monte
Un édifice impérissable
Je vous donnerai bien davantage que le soleil
Je vous compromets à jamais avec tous les chevaux
Je vous grandis d’un coup avec tous les villages
Je vous blanchis de mes mains lavandières
Je vous rends semblable à moi par mon amour
pour vous encore je dispose
Des solitudes à venir
je puis vous mettre au sommet de la pluie
Comme aux plus hautes notes d’une lyre
Confiance donc
Ou je m’installe en vous
Comme un oiseau dans la nacelle du pommier
Comme une boule de gui lumineuse
Comme un liseron frémissant
Inséparable de vous
Je serai malgré vous
La solitude.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme elle fut bientôt (Yaezakura)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2018




    
Comme elle fut bientôt
supérieure à nos forces
la boule de neige

(Yaezakura)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Miroirs de la nature
Traduction:
Editions: Seuil

Posted in haïku, méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le monastère (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2017



Illustration
    
Le monastère où, mécréant, je me languis —
C’est du granit fondu par la raison torride.
J’étouffe dans le noir de cette ardeur trompeuse,
Et je pars pour un autre ermitage brûlant…

Mais ce sera l’ardeur d’une terre banale.
La boule de sang fondra mon cerveau.
Et je perdrai l’esprit, plus calme et courageux
Qu’ici, où chair et sang sont harassés.

Ermitage, où es-tu ? Où es-tu, monastère ?
Tu n’es pas dans le ciel où règne un noir mortel,
Mais sur la terre, où, trivial et plein de forces,
Je saurai trouver tout, quand je perdrai l’esprit!…

(Alexandre Blok)

 

Recueil: Le Monde terrible
Traduction:Pierre Léon
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :