Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bride’

À chevaucher dans la brûlure (Thomas Vinau)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2019



Illustration
    
À chevaucher dans la brûlure

À chevaucher dans la brûlure comme de la viande perdue
à tenir bride sans réponse les yeux saignés par l’horizon
à se sentir entre deux tranches de sable
à fourbir nos nuits
à rejoindre

(Thomas Vinau)

 

Recueil: Juste après la pluie
Traduction:
Editions: Alma

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LIBERTÉ (René de Obaldia)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2018



LIBERTÉ

A Pan-Mun-Jom
Faut tailler des joncs.

A Buenos Aires
Faut un revolver.

A Salonique
Faut s’armer de piques.

A Berlin
Faut pas s’tromper d’train.

A Moscou
Faut tenir le coup.

A Belgrade
T’en prends pour ton grade.

A Yokohama
Faut se faire tout plat.

A Québec
Béni-béni-bec.

A Pékin
Faut être pour Mâ-Chin.

A Shangai
Contre la racaille.

A Jérusalem
On pleure toute la semaine.

A Calcutta
Calcule ce que t’as.

A Bangkok
Faut subir le choc.

A Panama
Nu-tête il faut pas.

A Montevideo
Faut être comme il faut.

Plus bas à Cuba
Etre ou n’être pas.

A Rome
Il faut faire comme.

A Banga-Bango
Gare à ton gigot!

Lausanne, Genève
Les coeurs sant de neige.

Anvers, Amsterdam
Y’a des drôl’de dames.

Copenhague, Oslo
C’est pas du lolo.

New York, Tombouctou
Faut s’attendre à tout.

Bientôt dans la lune
On sera tous posthumes.

N’y a qu’à Viroflay
(Larirette, larirette)
N’y a qu’à Viroflay
(Poussez, poussez l’escarpolette)
N’y a qu’à Viroflay
Que je fais
Ce qui me plaît.

(René de Obaldia)

Posted in humour | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je voudrais bien savoir (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2017



Je voudrais bien savoir
pourquoi je suis toujours
le cheval que je tiens par la bride.

(Henri Michaux)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’impondérable (Gemma Tremblay)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2017



L’impondérable

J’écouterai jusqu’au dernier mot d’amour
même après le baisser du rideau
je saurai pourquoi j’ai combattu
résisté à la bride des cavaleries
en salves de plaies et de délire
je saurai en écoutant le bruit de mon coeur

(Gemma Tremblay)

Illustration: Gennady Spirin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les lieux aussi sont corps mêlés (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 10 août 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Les lieux aussi sont corps mêlés
Misère et grandeur s’y accouplent
On reconnaît chacun à son ciel
comme il embrasse
comme il courbe et lisse ses teintes

Le temps alors
met sa tête sous son aile
vous confie au hasard

On a la bride sur le cou
On file ses rêves

On croirait
voyant autour de soi
des champs si propres
que ces courbes vous aiment
qu’elles prennent soin aussi
de l’âme
la font chanter

On abandonne les bois noirs
de la métaphysique
dès que s’éclairent ces contrées
On oublie la nuit griffue
la nuit des petits monstres

(Jean-Marie Barnaud)

 

Recueil: Fragments d’un corps incertain
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La cavalière (Muhammad al-Amir ibn Shâraz)

Posted by arbrealettres sur 17 novembre 2015




La cavalière

Qu’elle est belle, oh, mon Dieu,
celle qui brûle mes entrailles !

Elle selle sa poitrine
avec la demi-lune
et bride l’aurore
avec des courroies d’or
et des sangles de lapis-lazulis.

(Muhammad al-Amir ibn Shâraz)

Illustration: John Collier

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Moi-aussi je les admire (anonyme Corée)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2015


reflet-mare

Mon cheval est surpris
Je le retiens par la bride, regarde en bas
Ainsi que des brocarts et soieries
Les monts sont renversés dans la rivière
Ne t’étonne pas, cheval,
Moi-aussi je les admire

(anonyme Corée)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Au vif (Michel Leiris)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2015



A corps et à cris.
A toutes brides.
A ras bord.
A tire d’ailes.

A bouche que veux-tu.
A poings fermés.
A pierre fendre.
A chaudes larmes.
A pleines voiles.

(Michel Leiris)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :