Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘brièveté’

Le souffle de lumière (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2018



    

Le souffle de lumière, le tremblement concentré
qui émane de certaines rencontres
contredit parfois sa propre brièveté

et s’étend comme une lente alchimie
sur tout le reste de la vie.

Posséder ainsi pour toujours
quelque chose que l’on n’eut jamais
et que l’on n’aura jamais,
change la condition de l’homme,
modifie ses limites.

Les mains se touchent parfois
et parfois n’y parviennent pas.
Mais les yeux se touchent
ou quelque chose qui est derrière les yeux.

Mais posséder ainsi, toucher ainsi,
réduit encore un coin d’éternité
et le fait tenir dans la cellule que nous occupons.

C’est peut-être là qu’est la sagesse de l’amour,
sauvée des incendies qui le dévastent.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Douzième poésie verticale
Traduction: Fernand Verhesen
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE RIEN (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2018



 

Agim Sulaj e37

LE RIEN

J’ai traversé le Rien
Aux jours de mon enfance
Déchiffrant la mort
En nos corps d’argile
Et de brièveté
J’ai récusé l’orgueil
Disloqué les triomphes
Dévoilé notre escale
Et sa précarité

Cependant j’y ai cru
A nos petites existences
A ses saveurs d’orage
Aux foudres du bonheur
A ses éveils ses percées
Ses troubles ou ses silences

(Andrée Chedid)

Illustration: Agim Sulaj

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Comme ils désirent fermer les rideaux parfumés (Liu Yong)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2018



Comme ils désirent fermer les rideaux parfumés
Pour se parler d’amour, l’un contre l’autre serrés!
Elle fronce les sourcils, déjà chagrinée de la brièveté de la nuit.
Que son jeune amant se couche le premier,
Qu’il réchauffe le lit, sous l’édredon aux canards mandarins !

Mais l’ouvrage en train est bien vite délaissé
Et la jupe de soie retirée,
Pour faire naître des désirs sans fin.
« Laisse la lampe allumée devant la courtine,
Que je puisse contempler à loisir,
Ce visage tant aimé. »

(Liu Yong)


Illustration: Rembrandt

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce visage tant aimé (Liu Yong)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2018



 

Shunsho  rl

Ce visage tant aimé

Comme ils désirent fermer les rideaux parfumés
Pour se parler d’amour, l’un contre l’autre serrés!
Elle fronce les sourcils, déjà chagrinée de la brièveté de la nuit.
Que son jeune amant se couche le premier,
Qu’il réchauffe le lit, sous l’édredon aux canards mandarins!

Mais l’ouvrage en train est bien vite délaissé
Et la jupe de soie retirée,
Pour faire naître des désirs sans fin.
« Laisse la lampe allumée devant la courtine,
Que je puisse contempler à loisir,
Ce visage tant aimé. »

(Liu Yong)

Illustration: Shunsho

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Rien (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017



 

Gao Xingjian an

Le Rien

J’ai traversé le Rien
Aux jours de mon enfance
Déchiffrant la mort
En nos corps d’argile
Et de brièveté
J’ai récusé l’orgueil
Disloqué les triomphes
Dévoilé notre escale
Et sa précarité
Cependant j’y ai cru
A nos petites existences
A ses saveurs d’orage
Aux foudres du bonheur
A ses éveils ses percées
Ses troubles ou ses silences
A ses fougues du présent
A ses forces d’espérance
Au contenu des heures
J’y ai cru tellement cru
Aux couleurs éphémères
Aux bienfaits de l’aube
Aux largesses des nuits
Oubliant que plus loin
Vers les courbures du temps
L’explosion fugace
Ne laissera aucune trace
De nos vies consumées
Et qu’un jour notre Planète
A bout de souffle
Se détruirait

(Andrée Chedid)

Illustration: Gao Xingjian

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :