Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘bruyères’

Je me repais de bruyères … (Tadeusz Miciński)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2017



 

Nicholas Roerich. Song of Shambhala

Je me repais de bruyères …

Je me repais de bruyères, de fougères de cuivre,
m’abreuve du soleil d’argent et de l’azur profond.
Les torrents qui débordent —
coulent — par la vallée —
ils s’unissent et confluent —
s’égouttent — à travers les neiges, les rocs —
laissant leur sein diminuer —
leurs épaules se pressent contre les nuages.
Mon âme vole autour des sommets de l’Himalaya —
autour de villes fortifiées —
de pagodes que le cœur seul connaît —
depuis un cloître endormi — j’observe la mer,
mon regard se porte vers le Nirvana céleste, doré et miroitant —
vers les granites noirs, insondables, écumants.

(Tadeusz Miciński)

Découvert ici : poetespolonais

Illustration: Nicholas Roerich

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le soleil est couché (Emily Jane Brontë)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2017


coucher

 

Le soleil est couché, à présent l’herbe longue
Oscille, languissante, dans le vent du soir ;
L’oiseau s’est envolé de cette pierre grise
Pour retrouver quelque chaud recoin où se blottir.

Il n’est rien, dans tout le paysage désert,
Qui vienne frapper mon regard ou mon oreille,
Si ce n’est que le vent, là-bas,
Accourt en soupirant sur la mer de bruyères.

(Emily Jane Brontë)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jour de brume (Evelyne Pernel)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2017



Jour de brume

La brume a envahi la grève,
un oiseau marin crie au loin.
La brume a envahi la lande,
ses ajoncs, ses genêts, ses bruyères,
on ne voit plus le lointain.

Tout est silence.

Mon pays dort doucement

(Evelyne Pernel)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai parcouru la lande (Evelyne Pernel)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2017



J’ai parcouru la lande
à travers bruyères et ajoncs
m’enivrant de son parfum
sous le soleil ou après la pluie.
J’ai marché sur la grève
suivant la mer et les oiseaux,
le sable sous mes pieds,
le vent sur ma peau.

(Evelyne Pernel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je connais un endroit (Evelyne Pernel)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2017



Je connais un endroit, à l’abri de la ville,
où l’on peut vivre heureux.
Tu t’endors près de moi
sur un lit de bruyères,
De l’amour sous tes paupières closes
et la nuit, douce et apaisante,
descend comme une ombre sur nos têtes.

Il n’y a pas de larme,
Il n’y a pas de cri,

seulement et doucement toi et moi.

(Evelyne Pernel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :