Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘butiner’

Nous cherchons du sublime dans la boue (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2022




Quand le soleil palpe les fruits
Et caresse la toiture
Quand les abeilles butinent la lumière
Nous déchiffrons des signes

Quand le pavé résonne dans la ville déserte
Esclaves de la pluie
Nous cherchons du sublime dans la boue
Et dans un au-delà du hasard
Nous abordons l’éternel
Sous le regard de glace
De l’étoile la plus froide.

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

C’est en butinant les mots (Frédéric Jacques Temple)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2021



    

C’est en butinant les mots,
Oublieux de ses origines,
que le poète fait son miel.

(Frédéric Jacques Temple)

 

Recueil: Par le sextant du soleil
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

VILLE INSECTE (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2021



VILLE INSECTE

Un essaim de bruits bourdonne
Dans la ruche des villes
Où butinent d’étranges filles
A la taille de guêpe
La nuit allume des vers luisants
Aux vitres des cafés où viennent
Se cogner des hannetons titubants.

(Jean-Baptiste Besnard)

Site de Jean-Baptiste Besnard


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Je tiens ses mains; je la presse sur mon coeur (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2021



Illustration: Gustav Klimt

   

Je tiens ses mains; je la presse sur mon coeur;
J’essaye d’emplir mes bras de sa beauté;
de butiner son doux sourire sous mes baisers;
de boire avidement son regard sombre.
Hélas! où est tout cela?
Qui peut violenter l’azur du ciel?
Je veux étreindre la beauté; elle m’échappe;
le corps seul reste dans mes mains.
Déçu et fatigué, je reprends ma route.
Comment le corps toucherait-il la fleur,
que seul l’esprit peut toucher?

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Le jardinier d’amour La jeune Lune
Traduction: Mme Sturge Moore
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma robe fleurie (Simone Auguste)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2021



Ma robe fleurie
un papillon la butine
au creux du sous-bois

(Simone Auguste)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les lèvres en fleurs (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2021




    

Les lèvres en fleurs
abeilles gourmandes
gonflées de suc
De la fleur
ou de l’abeille qui
butine l’autre ?

(Abdellatif Laâbi)

 

Recueil: L’arbre à poèmes Anthologie personnelle 1992-2021
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ombre d’un papillon (Lydia Padellec)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2021



L’ombre d’un papillon
butine l’ombre d’une fleur
sur le bitume

(Lydia Padellec)


Illustration: Michel Corboz

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Lenteur qui butine (René Char)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2019


papillon-pieride-du-chou

Lenteur qui butine,
éparse lenteur,
lenteur qui s’obstine,
tiède contre moi.
Etres que nous chérissons,
nous vous aimons dans le meilleur
comme dans l’injustice de vous-mêmes,
hasardeusement, tels de cahotants papillons.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Hasardeusement, tels de cahotants papillons (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2019


azur-papillon-orange3

Lenteur qui butine,
éparse lenteur,
lenteur qui s’obstine,
tiède contre moi.
Etres que nous chérissons,
nous vous aimons dans le meilleur
comme dans l’injustice de vous-mêmes,
hasardeusement,
tels de cahotants papillons.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

PRINTEMPS (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2019



petale-de-rose-en-tissu-peche-x100 [1280x768]

PRINTEMPS

Dans ma chambre, le vent jette des fleurs de pêcher
qui ressemblent à des papillons roses, ivres d’avoir trop butiné.

Comme ces fleurs, mes pensées, lourdes de tristesse,
jonchent le papier où je voulais écrire des vers à la gloire du printemps.

Je respire sans joie le parfum des pruniers.
Arrive, douce nuit, douce amie,
et que ma peine s’endorme dans tes bras légers !

(La Flûte de Jade)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :