Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘butiner’

Lenteur qui butine (René Char)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2019


papillon-pieride-du-chou

Lenteur qui butine,
éparse lenteur,
lenteur qui s’obstine,
tiède contre moi.
Etres que nous chérissons,
nous vous aimons dans le meilleur
comme dans l’injustice de vous-mêmes,
hasardeusement, tels de cahotants papillons.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Hasardeusement, tels de cahotants papillons (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2019


azur-papillon-orange3

Lenteur qui butine,
éparse lenteur,
lenteur qui s’obstine,
tiède contre moi.
Etres que nous chérissons,
nous vous aimons dans le meilleur
comme dans l’injustice de vous-mêmes,
hasardeusement,
tels de cahotants papillons.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

PRINTEMPS (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2019



petale-de-rose-en-tissu-peche-x100 [1280x768]

PRINTEMPS

Dans ma chambre, le vent jette des fleurs de pêcher
qui ressemblent à des papillons roses, ivres d’avoir trop butiné.

Comme ces fleurs, mes pensées, lourdes de tristesse,
jonchent le papier où je voulais écrire des vers à la gloire du printemps.

Je respire sans joie le parfum des pruniers.
Arrive, douce nuit, douce amie,
et que ma peine s’endorme dans tes bras légers !

(La Flûte de Jade)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi les énormes avions (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2019



Pourquoi les énormes avions
ne promènent-ils leurs petits ?

Quel est l’oiseau aux plumes jaunes
qui remplit le nid de citrons ?

Pourquoi n’apprend-on aux hélicoptères
à butiner sur le soleil ?

Où la pleine lune a-t-elle laissé
son sac nocturne de farine ?

(Pablo Neruda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Papillon bleu (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2018



Tout le printemps réside dans un seul regard
Féminin qui porte des couleurs sensuelles
Papillon bleu qui voltige
Et butine d’un endroit à un autre

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

ÉTÉ (John Clare)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2018




Illustration: Alejandra Atarés

    

ÉTÉ

Voici l’été qui vient à nous, l’été s’en vient c’est chose sûre
Car les bois sont pleins de jacinthes et les haies foisonnent de fleurs
Et la corneille est sur le chêne en train de bâtir sa demeure
Et l’amour est diamants de feu dans le sein de ma douce amante
Qui tresse là-bas ses cheveux sous le buisson d’épine blanche
Ah je veux l’aller retrouver lui faire ma tendre demande
Et contempler son clair visage et reposer en sa beauté
Et sur son doux sein alléger ma peine de coeur lancinante
La bête à bon Dieu va quêtant sur la fleur épanouie du mai
L’abeille allègre butinant de l’aube jusqu’à la vêpraie
Et le pinson couve en son nid que tapisse la mousse grise
Dans le buisson d’épine blanche où sur son sein je m’appuierai
Oui je m’appuierai sur son sein en lui chuchotant à l’oreille
Que je ne puis plus fermer l’oeil à force de penser à elle
Que j’ai perdu tout appétit que je me consume d’amour
Pareil à la rose des haies qu’assassine l’ardeur du jour

Sous le buisson d’épine blanche au bout du pré ma douce amante
Fait un ouvrage de filet et nulle à voir n’est plus charmante
Elle n’a chapeau ni bonnet mais un peigne incrusté de perles
Dont la diamantine rosée sur sa tête exquise étincelle
Sa robe de moire ou de soie est rouge ensemble que bleu ciel
Brillant écrin où son coeur bat comme un balancier très fidèle
Je veux enlacer de ce bras le tendre sein de mon amie
Et la baiser sans émouvoir le pinson qui couve en son nid

***

SUMMER

Come we to the summer to the summer we will come
For the woods are full of bluebells and the hedges full of bloom
And the crow is on the oak a building of her nest
And love is burning diamonds in my true lover’s breast.
She sits beneath the white thorn a-plaiting of her hair
And I will to my true love with a fond request repair
I will look upon her face I will in her beauty rest
And lay my aching weariness upon her lovely breast
The clock-a-clay is creeping on the open bloom of May
The merry bee is trampling the pinky threads all day
And the chaffinch it is brooding on its grey mossy nest
In the white thorn bush where I will lean upon my lovers’s breast
I’ll lean upon her breast and I’ll whisper in her ear
That I cannot get a wink o’sleep for thinking of my dear
I hunger at my meat and I daily fade away
Like the hedge rose that is broken in the heat of the day.

Among the white thorn bushes at the edge of the green
My Love is doing network and is lovely to be seen
No cap or bonnet on her hair her comb with pearls inlaid —
They shine like diamond drops o’dew upon the lovely maid
Her gown is silk or satin — its colours red and blue
And her heart beats ‘neath the gloss on’t like a pendulum so true
I’ll go and clasp an armful about her bonny breast
And kiss and ne’er disturb the chaffinch on its nest

(John Clare)

Recueil: Poèmes et Proses de la Folie de John Clare
Traduction: Pierre Leyris
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne laisserai pas le vent tout seul (Jean-Luc Pouliquen)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2017



 

Je ne laisserai pas le vent tout seul
Passer ses doigts dans tes cheveux
Poser sur tes épaules son souffle chaud
Faire de ta robe une voile
Pour t’emporter vers le large.

Je ne t’abandonnerai pas non plus
A la pluie qui aime perler sur ton visage
Cheminer dans les replis de ton corsage.

Je ne gagnerai point l’ombre
Tant que le soleil comme une abeille
Butinera ta peau de miel.
Et le sable qui sait si bien épouser
Les courbes de ton corps
N’aura le dernier mot.

(Jean-Luc Pouliquen)

Illustration: Andrej Gorenkov

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vertige (James Denis)

Posted by arbrealettres sur 25 septembre 2017



Illustration: Andrei Protsouk
    
Vertige

Dévorant son minois de lait et de flocons
Duveteux. Je conjugue ainsi son corps ! Délices !
Alouvi ! Butinant comme les papillons…
Un vif effet volcan confina mes blandices.

Secret d’une Égérie, une fugue ! L’éveil
D’une mort de l’égo, et triomphe une étoile
Vêtue de chair sucrée, une ouate ce réveil !
Fascinant ce cocon ! Une soie se dévoile.

Un vertige puissant ! Ô reine des jasmins !
Je cueille ton amour aux essences avides,
Une dolce Vita aux rubans très coquins
Moissonne mes égards, l’extase se transvide.

(James Denis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tous les baisers (Jean Richepin)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2017




    

Tous les baisers, tous les baisers, premier baiser
Presque en songe, furtif, osant à peine oser,
Baiser qui, stupéfait, s’enfuit de ce qu’il touche,
Baiser plus enhardi qui s’attarde à la bouche,

Papillon, puis abeille y butinant son miel,
Baiser aigle emportant sa proie au fond du ciel,
Baiser cynique en plein soleil qui vous regarde,
Baiser qui dans le cœur entre jusqu’à la garde,

Baiser de nuit trouvant sans lampe d’Aladin
Le Sésame ouvre-toi du plus secret jardin,
Baiser bu d’un seul coup comme un alcool de flamme,
Baiser bu lentement en vieux vin jui réclame

Toute l’attention muette du buveur.
Baiser reçu comme une hostie, avec ferveur.
Baiser riant, baiser pleurant, baiser de rêve
Qui commence en la chair et dans l’âme s’achève,

Tous les baisers, tous les baisers, tous les baisers,
Baisers martyrisants, baisers martyrisés.
Baisers où semblent joints des muffles de chimères.
Baisers de jalousie aux âcretés amères.

Baisers de rage au goût de sang et de poison,
Baisers d’adieu qui râle et Cjui perd la raison.
Baisers déments oii l’on ne sait plus si l’on souffre,
Si l’on jouit, baisers d’azur, baisers de gouffre.

Baisers toujours en rut et jamais apaisés,
Tous les baisers, tous les baisers, tous les baisers,
Tous ceux où l’on sent vivre et mourir tout son être,

Tous ceux qu’on a connus, tous ceux qu’on doit connaître
Tous les baisers, tous à la fois, en composer
Chaque baiser qu’on donne et prend, chaque baiser !

(Jean Richepin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le matin, quand on est abeille (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2017



Le matin, quand on est abeille,
pas d’histoires, faut aller butiner.

(Henri Michaux)


Illustration

Posted in humour | Tagué: , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :