Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘buvard’

Les P’tits Papiers (Serge Gainsbourg)

Posted by arbrealettres sur 6 septembre 2018




Les P’tits Papiers

Laissez parler
Les p’tits papiers
A l’occasion
Papier chiffon
Puissent-ils un soir
Papier buvard
Vous consoler

Laisser brûler
Les p’tits papiers
Papier de riz
Ou d’Arménie
Qu’un soir ils puissent
Papier maïs
Vous réchauffer

Un peu d’amour
Papier velours
Et d’esthétique
Papier musique
C’est du chagrin
Papier dessin
Avant longtemps

Laissez glisser
Papier glacé
Les sentiments
Papier collant
Ça impressionne
Papier carbone
Mais c’est du vent

Machin Machine
Papier machine
Faut pas s’leurrer
Papier doré
Celui qu’y touche
Papier tue-mouches
Est moitié fou

C’est pas brillant
Papier d’argent
C’est pas donné
Papier-monnaie
Ou l’on en meurt
Papier à fleurs
Ou l’on s’en fout

Laissez parler
Les p’tits papiers
A l’occasion
Papier chiffon
Puissent-ils un soir
Papier buvard
Vous consoler

Laisser brûler
Les p’tits papiers
Papier de riz
Ou d’Arménie
Qu’un soir ils puissent
Papier maïs
Vous réchauffer

(Serge Gainsbourg)

Illustration
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

Eté (Nakahara Chûya)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2018



Illustration: Odilon Redon
    
Eté

Moi sur ma table,
Je n’avais rien d’autre qu’un stylo de l’encre du papier quadrillé,
Et chaque jour que dieu faisait, sans fin, m’y tenais coi.

Mais attendez, en plus il y avait aussi des allumettes des cigarettes,
Et un buvard ou des petites choses comme ça.
Mais que dis-je, parfois encore apportant une bière,
Il m’arrivait de la boire.

Dehors les cigales chantaient à qui mieux mieux.
Et les vents, du moins les vents frais d’être passés sur les rochers
fréquemment soufflaient.
Sans pensée, sans journées ni sans mois le temps passait,

Quand un beau matin, je me retrouvai mort.
Et le peu de choses disposées sur ma table,
Pour finir en un clin d’oeil furent débarrassées par la bonne.
– Mon dieu quel soulagement. Mon dieu quel soulagement.

(Nakahara Chûya)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Poèmes
Traduction: Yves-Marie Allioux
Editions: Picquier poche

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Arbres d’hiver (Sylvia Plath)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2018



Arbres d’hiver

Les lavis bleus de l’aube se diluent doucement.
Posé sur son buvard de brume
Chaque arbre est un dessin d’herbier –
Mémoire accroissant cercle à cercle
Une série d’alliances.

(Sylvia Plath)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Du vide inguérissable (René Char)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2017


coquille vide

Du vide inguérissable
surgit l’évènement
et son buvard magique.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 4 Comments »

Le monde (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2016



Edward Hopper [1280x768]

 

Le monde ne se déshabille jamais assez.
Le monde est une bouteille jetée à l’infini.
Le monde aime les coups de lune.
Le monde est un maître de danse.
Le monde a la couleur du souffle.
Le monde est un satellite du coeur.
Le monde ne peut être trop monde.
Le monde est le buvard des nerfs.

(Zéno Bianu)

Illustration: Edward Hopper

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche au canal (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2015



 

canal   [1280x768]

retouche au canal

gardé par l’eau plus tachée qu’un buvard
ce qu’écrivit l’oiseau
se lit à contrejour
sur le paysage aux pieds droits

(Daniel Boulanger)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :