Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘camélia’

Une haine radicale (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 1 septembre 2018



Une haine radicale
parfois porte une fleur
pour cristal
camélia blanc

Elle prend
la forme de l’amour
est l’amour
selon toute apparence

(William Carlos Williams)

Illustration: Très belle collection-créations d’Ambigrammes ici ! (Basile Morin)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un camélia chute… (Keiko Niwa)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2018



Un camélia chute…
La profondeur de la nuit
semble sondée

(Keiko Niwa)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Le camélia (Yaba)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2018


080115084706112481611486

 

Balayé le jardin
le camélia à propos
a répandu ses fleurs

(Yaba)

Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

UN CAMÉLIA (Julie Delaloye)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2018



Illustration: Charles Gleyre 
    
UN CAMÉLIA

Elle s’approche du soir, lentement,
un camélia blanc sur l’épaule accroché.
Bruits de soie noire, plis sous les branchages,
dans l’ombre calme et du cercle entier de la nuit,
tandis que sur le visage et le flux des miroirs,
court le parfum fidèle, froissé, des sels dorés.

Errance de ce visage, clair et ardent,
qui, à travers l’orage inespéré d’août,
éclaire, et fait l’obscurité plus douce.

Elle peut passer, se couvrir d’ombre.
Qu’importe !
Elle a sur sa robe et dans ses doigts,
les clartés célestes pour refleurir,
plus haut, après la nuit.

(Julie Delaloye)

 

Recueil: Dans un ciel de février
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des pétales tombés du camélia d’hiver (Dodohei Tsuzuki)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2017



camelias 8 [1280x768]

Des pétales tombés du camélia d’hiver —
Ma femme morte,
dans un linceul d’un blanc éclatant

(Dodohei Tsuzuki)

Illustration

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Camélia (J.J. Grandville)

Posted by arbrealettres sur 25 septembre 2017



Camélia

Il n’était bruit dans Venise que des attraits de la comtesse Impéria.
Sa beauté fière et majestueuse frappait tout le monde d’admiration;
son teint d’un blanc velouté, nuancé d’une légère teinte rose,
était un objet d’envie pour toutes les dames de Venise.
Le glorieux époux de la mer, le Doge lui-même, avait dit, le jour de son couronnement,
que s’il avait été libre de son choix,
ce n’est pas l’Adriatique qui aurait reçu son anneau de fiançailles…

[Et cependent voici les dernières paroles que lui adressa
avant de se suicider Stenio, le jeune Vénitien qu’elle avait
choisi entre tous pour époux:]
« Madame, vous ressemblez à cette fleur qu’on nomme
le camélia et qu’un jésuite nous a récemment apportée de Chine:
elle est charmante à l’oeil, mais elle ne dit rien à l’odorat.
Vous êtes belle madame,
mais vous n’avez pas ce parfum de la beauté qui s’appelle l’amour! »

[Et la comtesse Impéria de s’écrier:]
« Maudit soit le jour, où j’ai voulu vivre sur la terre!
Si la Fée m’avait dit, tu auras un coeur insensible, une âme froide,
tu assisteras impassible au spectacle des maux que tu feras naître,
tu brilleras d’une beauté fatale qui ne reflètera aucun sentiment de tendresse,
je n’aurais pas demandé à changer de sort.
Fleur, on peut vivre sans parfum;
femme, on ne saurait exister sans amour!
O Fée, rends-moi à ma première forme,
fais que je redevienne camélia:
il y a bien assez de femmes sans coeur sur la terre. »

La Fée aux Fleurs ne tarda pas à réaliser ce souhait.
Redevenue fleur, Impéria se ressouvint de Stenio:
on vit fleurir comme par enchantement
un magnifique camélia sur la tombe du jeune homme.

(J.J. Grandville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

La chanson d’un soir de tempête (Maurice du Plessys)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2017



 

Salvador Dali __vieillard crépusculaire

La chanson d’un soir de tempête

J’ai sablé le vin, j’ai humé les roses ;
J’ai cueilli la fleur du plus beau baiser :
Je ne trouve plus au fond de ces choses
De quoi me griser…

Les jours ont brillé sur ma tête pâle
Sans m’apprendre rien du Tout qu’il y a :
Mon coeur m’apparaît comme sort d’un châle
Un camélia…

Jeunesse, éclair ! jours enfuis comme un rêve !
Flambeaux morts de gloire en cendre à mes pieds,
Le Temps vous a pris comme un aigle enlève
Les sanglants ramiers !

A mes pieds, des flots ô plèbe insultante !
Du lâche Destin prête-nom menteur !
Arrière, Avenir qu’attend sous la tente
Achille et mon coeur !

Passions, passé, crache ça, mon âme,
Comme ces hauts cieux d’éclairs déchirés
Vident par cent trous dans les eaux leur flamme :
Homme, ici mourez !

Non, vivons ! Mais si, dans l’atroce lutte,
Je dois au vain flot céder le terrain,
A ma lèvre expire en silence, Ô flûte
Morte dans l’airain !

(Maurice du Plessys)

Illustration: Salvador Dali

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans l’air vibre la corde (Natsume Sôseki)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017



 

Dans l’air vibre la corde
Silence tendu silence rompu
Chute mate d’une fleur de camélia

Quatre murs nus
Seule une lampe
Pour adoucir la chambre glacée

Bruissement soyeux
Manches frôlées robes qui chuchotent
Pruniers en fleur

Le feu des prunelles
Dévore sa silhouette squelettique
Chat amoureux

Remplissez son cercueil
De tous les chrysanthèmes du monde
Autant que la terre en peut fleurir

Sur mes entrailles
Le bouillon de riz
Verse trois gouttes de printemps

(Natsume Sôseki)

Découvert ici chez Lecture/Ecriture

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Affinité d’ombres et de fleurs en le soir (Wincenty Korab-Brzozowski)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Albert Lynch 00

 

Affinité d’ombres et de fleurs en le soir

Ô le tournoiement d’Ombres mortes
En l’espace bleu des airs vifs,
Et les cascades sous les portes,
Des noir palais pensifs des ifs !

Ô les danses sans pleurs de violes
Des diamants du ciel pâli,
Et les valses des lucioles
Sur l’herbe en pleurs, en fleurs d’oubli !

Aimez-vous les camélias,
Ophélia ?
Julia ?

Aimez-vous les acacias
Languissant au vent sonore,
Porcia ?
Léonore ?

La tubéreuse au long abandon,
Ninon ?

Sur la pourpre royale, le lys,
Alice ?

Ô le tournoiement d’Ombres mortes
– Ophélia, Julia, Porcia, Léonore, Ninon, Alice –
En l’espace bleu des airs vifs,
Et les cascades sous les portes
Des noirs palais pensifs des ifs !

La lune, pâle esquif d’acier,
Emporte la Fleuriste triste ;
Les fleurs meurent sur les glaciers
– Camélias, acacias, tubéreuses, lys –
Toutes les fleurs de la Fleuriste !

Ô les danses sans pleurs de violes
Des diamants du ciel pâli,
Et les valses des lucioles
Sur l’herbe en pleurs, en fleurs d’oubli !

(Wincenty Korab-Brzozowski)

Découvert ici : poetespolonais

Illustration: Albert Lynch

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

Le camélia et le dahlia (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2016



 

Parc-Floral-Bois-de-Vincennes-Exposition-Dahlias-Photo-Nogent-Citoyen-Dahlias-violets-rouge [1280x768]

Le camélia et le dahlia

Un troupeau de camélias,
Puis un troupeau de dahlias
Ont traversé notre pelouse.
Dahlias et camélias,
L’an est un et les mois sont douze,
Camélias et dahlias.

(Robert Desnos)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :