Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘campanile’

Notre langage est élimé (Rainer Maria Rilke)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2018



Illustration: Bernard Bénézet
    
Notre langage est élimé.
Je voudrais creuser chaque mot
pour décrire le jaillissement
solaire, hors de l’argent mat
des oliviers, du campanile pieux.

Pour peindre l’abîme des rues
pleines de petits mendiants bruns,
je ne peux trouver le ton juste, —
ne peux trouver le moindre chant
qui puisse flotter dans cet air.

Tel est le sortilège : trouver de pauvres mots,
leur apprendre tout bas à marcher dans le chant.
Tel est le sortilège : la chevelure ornée
de tilleul, se dresser comme une reine.

Voilà le sortilège : avoir soif de la cruche
de ce délice qui sanctifie l’eau,
tout au fond de la vie éveiller une fugue,
puis contempler l’éternité.

(Rainer Maria Rilke)

 

Recueil: Oeuvres 2 Poésie
Traduction: Jacques Legrand, Lorand Gaspar, Philippe Jaccottet, Armel Guerne, Maurice Betz
Editions: Seuil

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Devant l’écran pâle du soir (Antonio Machado)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2018



    
Devant l’écran pâle du soir,
l’église, avec ses tours pointues,
et le large campanile
où doucement se balancent les cloches,
se dresse, haute et sombre.

L’étoile est une larme
dans l’azur céleste.
Sous l’étoile claire
flotte, flocon échevelé,
un chimérique nuage d’argent.

(Antonio Machado)

 

Recueil: Champs de Castille précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes et suivi de Poésies de la guerre
Traduction: Sylvie Léger et Bernard Sesé
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A propos des poèmes (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2018



Illustration

 

A propos des poèmes

Ce sont les picotements de l’insomnie,
C’est la mèche des cierges tordus,
C’est le premier coup, le matin,
De cent blancs campaniles…
C’est l’appui tiède de la fenêtre
Au clair de lune à Tchernigov
C’est le mélilot et l’abeille,
Poussière, ombre et canicule.

(Anna Akhmatova)

Titre: L’églantier fleurit et autres poèmes
Traduction: Marion Graf et José-Flore Tappy
Editions: La Dogana

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la gloire (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2017



    
retouche à la gloire

Au plus haut de la nuit
les campaniles sortent de la mer
leurs soutes bourrées d’os
princes et puissants
dont personne ne se rappelle les noms
et d’un coup retournent à l’abîme
plein d’alphabets dansants

(Daniel Boulanger)

Recueil: Les dessous du ciel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Annaël (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2017



Anaël l.jpg [800x600] 

Hommage aux anges
[15]

Annaël — c’était une autre voix,
à peine une voix, un souffle, un murmure,

et je me suis souvenue du chant des cloches,
Azraël, Gabriel, Raphaël,

comme quand à Venise, l’un des campaniles
parle et qu’un autre répond,

jusqu’à ce que la ville entière (Venise-Vénus)
semble couverte de pollen doré ébranlé

depuis les clochers, lis pillés
par le poids d’abeilles massives…

[16]

Annaël — et je me suis souvenue du coquillage,
et je me suis souvenue de la ruelle vide

et j’ai repensé à ces personnes,
qui bravaient la fureur aveugle

de l’éclair, et j’ai pensé,
il n’y a ni autel, ni temple

dans la ville de cet autre, Uriel,
et je connaissais son compagnon,

compagnon du feu-qui-endure
c’était un autre feu, une autre bougie,

c’était un autre des sept,
nommé parmi les sept Anges,

Annaël,
paix de Dieu.

***

Annael—this was another voice,
hardly a voice, a breath, a whisper,

and I remembered bell-notes,
Azrael, Gabriel, Raphael,

as when in Venice, one of the campanili
speaks and another answers,

until it seems the whole city (Venice-Venus)
will be covered with gold pollen shaken

from the bell-towers, lilies plundered
with the weight of massive bees .. .

Annael—and I remembered the sea-shell
and I remembered the empty lane

and I thought again of people,
daring the blinding rage

of the lightning, and I thought,
there is no shrine, no temple

in the city for that other, Uriel,
and I knew his companion,

companion of the fire-to-endure
was another fire, another candle,

was another of seven,
named among the seven Angels,

Annael,
peace of God.

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On voudrait dire c’est le paradis (Anne Perrier)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2017



campanile 05 [800x600]

On voudrait dire c’est le paradis
Tellement cette pauvre apparence
Est douce à notre ignorance
Le temps marque midi
La lumière des campaniles
Entre en nous comme une couleuvre
Plus besoin de preuve
Mourir est inutile

(Anne Perrier)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du haut du campanile (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2015



orage 

… Du haut du campanile, vers le large orageux,
le ciel est vert sous ma mer qui se dresse,
et noircit le nuage, de la blondeur du blé.

(André Frénaud)

Illustration: Charles Cottet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :