Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘canard’

La plupart des canards (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2017



 

    

La plupart des canards
sont des cous dans l’eau.

Parmi tous les canards
il est un canard
—le grand Couac —
qui est le flop de l’eau.

Parmi tous les canards
un seul canard
—mais lequel ? —
est la hampe de l’eau.

La anche du vent vibre dans son bec.

Ses plumes font que l’eau est lisse.

Ses pattes font que l’eau est large.

Marcher sur l’eau devient facile
si l’on s’appuie sur ce pommeau.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le canard (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2017



 

Le canard
laque
le lac.

(Laurent Albarracin)

Illustration

 

 

 

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le poisson disait au canard (Omar Khayam)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2017



Le poisson disait au canard dans la poêle.
“Crois-tu que l’eau remontera le cours de la rivière?”
Le canard répondit: “Quand nous serons rôtis,
qu’importe que le monde soit mer ou mirage?”

(Omar Khayam)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur l’eau verte de la rivière (Ping Hsin)

Posted by arbrealettres sur 13 janvier 2017



Sur l’eau verte de la rivière
se penchent des lavandières
et passent quelques canards…
Le poète à dos de mulet
entre pas à pas
dans le paysage de son poème.

(Ping Hsin)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Une grenouille bleue (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2016


grenouille-bleue

Une grenouille bleue
Se mordait la queue
Au fond du lavoir
Allez donc la voir.

Un gros éléphant
Cherchait un pou blanc
Dans une rivière
Allez donc le faire

Un canard déçu
Fuyait, le cul nu
Dans un ciel de cuivre
Allez donc le suivre.

Un oiseau sans nid
Couchait dans le lit
De la cantinière
Dormez, militaire.

Un coq sans clocher
Battait le curé
Dans la sacristie
C’est triste la vie.

(Georges Perros)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On entend son cri (Izumi Shikibu)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2016



Le canard mandarin de l’étang
sans sa moitié
est sur le point de prendre son vol de nuit
On entend son cri

(Izumi Shikibu)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien ne m’effraye plus que la fausse accalmie d’un visage qui dort (Jean Cocteau)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2016



Edward Alfred Cucuel - Tutt'Art@ (34) [1280x768]

Rien ne m’effraye plus que la fausse accalmie
D’un visage qui dort ;
Ton rêve est une Egypte et toi c’est la momie
Avec son masque d’or.

Où ton regard va-t-il sous cette riche empreinte
D’une reine qui meurt,
Lorsque la nuit d’amour t’a défaite et repeinte
Comme un noir embaumeur ?

Abandonne, ô ma reine, ô mon canard sauvage,
Les siècles et les mers ;
Reviens flotter dessus, regagne ton visage
Qui s’enfonce à l’envers.

(Jean Cocteau)

Illustration: Edward Alfred Cucuel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poussin (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016




Le poussin

C’est une graine enveloppée de plumes
et qui se promène avant de germer.

***
Toujours plein de bruit, à la fois sec et tendre,
sa tête est un dessin de nuage.
Il se perd dans la paille comme un canard qui plonge.

(Luc Dietrich)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rivière hivernale (Shiki)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2016



 

canards [1280x768]

La rivière hivernale
Pas assez d’eau
Pour quatre ou cinq canards

(Shiki)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Images notées au hasard (Du Fu)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2016



canetons qui dorment 2 [800x600]

Images notées au hasard

Saupoudrant le sentier les chatons de saule
étendent un tapis blanc
piquetant la rivière
les feuilles de lotus
accumulent les sapèques vertes
sous les bambous
un jeune faisan se cache à tous les yeux
sur le sable
des petits canards dorment à côté de leur mère
les saules devant ma porte sont minces et gracieux
comme la taille d’une jeune fille de quinze ans
le matin venu qui aurait pu croire
que le vent fou aurait brisé la plus longue branche

(Du Fu)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :