Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘canevas’

Le Bonheur (Albert Camus)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2019



L’erreur est de croire qu’il faut choisir,
qu’il faut faire ce qu’on veut,
qu’il y a des conditions du bonheur.

Le Bonheur est ou il n’est pas.

C’est la volonté du bonheur qui compte,
une sorte d’énorme conscience toujours présente.
Le reste, femmes, oeuvre d’art, succès mondains,
ne sont que prétextes.

Un canevas qui attend nos broderies.

(Albert Camus)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Accords perdus (Virginie Greiner)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2019



Illustration: Daphné Collignon
    
Accords perdus

Bouche à bouche, mot à mot. Lis sur mes lèvres.
Elles s’approchent de toi et soufflent un parfum de fièvre.
Écoute. Entend la demande d’une femme cloîtrée dans le silence.
Laisse-moi faire l’esquisse des courbes qui te composent.
Réveillons l’harmonique de nos corps à corps.
Le canevas de ta peau suscitera plus d’accords
Que la rivalité morose dans laquelle nos jouissances
Ont été encloses.

(Virginie Greiner)

 

Recueil: EN MÂLES DE NUS
Traduction:
Editions: Attakus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRÈS DE LA CASCADE (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2018




    
PRÈS DE LA CASCADE

Heurtant le manteau du ciel vide
d’un son clair sur le canevas du silence,
le flot surgit des nuages,

et sur un rocher, au sommet d’une colline,
une bourrasque gronde
avec un son presque animal.

Tellement plus que le calme, ces bruits me parlent !
J’ai trop entendu le silence,
trop longtemps écouté le mutisme du ciel.

***

AT THE WATERFALL

Touching the mande of the empty sky
with a clear sound on a canvas of silence,
the stream ,slows out of the clouds,

And on a rock, high on Place Fell
a gust of wind sounds
with a noise almost animal.

So much nearer Chan stillness they speak to me !
I have heard too much silence,
listened too long to the mute sky.

(Kathleen Raine)

 

Recueil: ISIS errante Poèmes
Traduction: François Xavier Jaujard
Editions: Granit

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Alkékenge (Pierre Menanteau)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2017




Alkékenge

Voici le temps du canevas.
Pas de travail plus délicat
Que la robe de l’alkékenge:
Elle était rouge, elle est orange.
Et le coeur se montre à présent.
Ô feu du sol, ove de sang
Qui luis au fond de la lanterne,
Que le gel, le vent de galerne,
Ne consume pas ton éclat!
Voici le temps du canevas.
L’automne est une jeune fille
Qui prélève à pointe d’aiguille
Un bout de fibre, un peu de chair,
Avant l’écorché de l’hiver.

(Pierre Menanteau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Amparo (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2015


 

Amparo,
tu es bien seule dans ta maison,
toute habillée de blanc!

(Equateur entre le nard
et le jasmin.)

Tu l’entends, l’eau qui jaillit
merveilleuse dans ta cour
et les tendres trilles jaunes
du canari.

Tu vois trembler dans le soir
les cyprès et les oiseaux,
toi qui brodes lentement
des lettres sur le canevas.

Amparo,
tu es bien seule dans ta maison,
toute habillée de blanc!

Amparo,
et comme il est dur de te dire:
oui, je t’aime!

***

Amparo

Amparo,
!que sola estas en tu casa
vestida de blanco!

(Ecuador entre el jazmin
y el nardo.)

Oyes los maravillosos
surtidores de tu patio,y el debil trino amarillo
del canario.

Por la tarde ves temblar
los cipreses con los pajaros,
mientras bordas lentamente
letras sobre el cañamazo.

Amparo,
!qué sola estas en tu casa
vestida de blanco!

Amparo,
!y qué dificil decirte:
yo te amo!

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :