Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘caniveau’

DIEU EST NÈGRE (Léo Ferré)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2020



Louis Armstrong
    
DIEU EST NÈGRE

Y avait dans la gorge à Jimmy
Tant de soleil à trois cents balles
Du blues, du rêve et du whisky
Tout comme dans les bars de Pigalle
Dieu est nègre!

C´est à la une des quotidiens
Ça fait du tort aux diplomates
Jimmy l´a vu au p´tit matin
Avec un saxo dans les pattes
Dieu est nègre!

Armstrong est reçu chez le président
Il y est allé sans sa trompette
Depuis qu´il est entré là-dedans
C´est plus du blues, c´est la tempête
Dieu est nègre!

Ça fait du bruit dans le monde entier
À faire danser tous les cimetières
Les orgues à Saint-Germain-des-Prés
En perdent le souffle et la prière
Dieu est nègre!

Il a des p´tits cheveux d´argent
Qui font au ciel comme des mirages
Et dans sa gorge y a du plain-chant
Comme dans les bars du Moyen Âge
Dieu est nègre!

Et dans la gorge à mon Jimmy
Y a du soleil à trois cents balles
Du blues, du rêve et du whisky
Comme dans les bars de Pigalle
Dieu est nègre!

Et dans l´aube grise et toute glacée
Jimmy s´endort dans l´ caniveau
En jouant d´ la trompette bouchée
Dans sa bouteille de Jéricho
Pauvre et maigre!

(Léo Ferré)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

MOI AUSSI JE SUIS IMPORTANT(Peter Snyders)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2020




    
MOI AUSSI JE SUIS IMPORTANT

Quand vous les richards
avez dépensé votre argent,
et jeté vos pelures de bananes
dans le caniveau,
éparpillé vos billets de bus
comme des confetti,
vidé
vos vins et sodas,
déposé vos bouteilles et canettes
dans une ruelle,
quand vous avez lancé à la ronde vos boulettes
de restes de poisson
fruits pourris
cartons déchirés
et papiers

Alors je viens moi
et nettoie à nouveau le monde :
vous voyez,
moi aussi je suis important.

***

Ek is oek important
As al julle geldgatte
julle geld gespendit,
en julle bananaskille
innie slootjie gegooi het,
en julle bustikkits
soes konfetti gestrooi het,
en julle staain en cool drinks
opgedrink het,
en julle borrels en blikkies
in ‘n gangetjie gesit het,
en julle visgraatbolle
en vrot vrugte
en stukkene boksies
en papiere
rondgegooi het . . .

dan kom ek
en maakie wêreld weer skoon:
soe
ek is oek important.

***

ANCHE IO SONO INMPORTANTE
Quando voi, gente ricca
avrete speso il vostro denaro
e le vostre bucce di banana
saranno state buttate nei fossoi,
e i biglietti dell’autobus
sparsi intorno come confetti,
quando il vostro vino e gli aperitivi
saranno finiti,
e bottiglie e lattine
si troveranno abbandonate nel vicolo,
e gli avanzi del vostro pesce
la frutta marcia
le scatole rotte
e la carta
saranno state gettate via . . .

Allora arriverò io
e di nuovo render pulito il mondo:
dunque,
anche io sono importante.

***

***

ÉG SKIPTI LÍKA MÁLI
Þegar þið, þessi ríku,
hafið sóað öllum peningunum ykkar
og fleygt bananahýðinu ykkar
í göturæsið
og dreift strætómiðunum ykkar
sem skrautsáldri út um allt
og vín ykkar og gosdrykkir
eru drukknir í botn
og flöskur ykkar og dósir
skildar eftir í húsasundi
og fiskúrgangi ykkar
og skemmdum ávöxtum
og rifnum öskjum
og pappírum
fleygt út í veður og vind . . .

Þá kem ég
og hreinsa til í heiminum á ný:
þannig að
ég skipti líka máli.

***

I AM ALSO IMPORTANT

When you rich guys
have spent your money,
and your banana peels
have been thrown in the ditch,
and your bus tickets
as confetti have scattered around,
and your wine and soft drinks
have been finished,
and your bottles and cans
have been left in an alley,
and your fish leftovers
and rotten fruits
and broken boxes
and papers
have been tossed around . . .

Then I will come
and clean up the world again:
thus,
I am also important.

***

ICH BIN AUCH WICHTIG

Wenn ihr, reiche Stinker,
euer Geld ausgegeben,
eure Bananenschalen
in den Graben geworfen,
eure Busfahrkarten
wie Konfetti verstreut,
euren Wein und Getränke
ausgetrunken,
eure Flaschen und Dosen
in einer Gasse zurückgelassen,
Fischgräten und verfaulte Früchte
und zerknülltes Papier
umhergeworfen habt,

Dann komme ich
und mache die Welt wieder sauber:
also,
Ich bin auch wichtig.

***

IK BEN OOK BELANGRIJK*
Als jullie rijke stinkers
jullie geld hebben uitgegeven,
en jullie bananenschillen
in de greppel hebben gegooid,
en jullie buskaartjes
als confetti hebben uitgestrooid,
en jullie wijn en frisdranken
hebben leeggedronken,
en jullie flessen en blikjes
in een steegje hebben neergezet,
en jullie proppen met visresten
en rotte vruchten
en kapotte doosjes
en papieren
in het rond hebben geworpen…

Dan kom ik
en maak de wereld weer schoon:
ziezo,
ik ben ook belangrijk.

***

ȘI EU AM O MENIRE

Atunci când voi, bogați și pestilenți,
veți isprăvi să cheltuiți averea,
coji de banane azvârlind
la groapa de gunoi,
tichete de voiaj
se vor roti prin aer drept confetti,
veți fi sorbit până la fund
licori și vinuri fine,
doze și sticle abandonând
pe străzi înghesuite,
oase de pește, fructe putrezite
hârtii mototolite
prin colțuri vor zăcea grămadă,

îmi va veni și mie rândul
să primenesc această lume:
sunt așadar ursit și eu
să am un rost ales.

***

TAMBÉM EU SOU IMPOPRTANTE

Quando vocês, seus ricaços,
gastavam o seu dinheiro,
e suas cascas de banana
atiravam numa sarjeta,
e suas passagens de ônibus
espalhavam como confete,
esvaziadas garrafas de vinho,
vidros e latas de refrigerante
largavam no beco,
e os seus restos de peixe
e frutas apodrecidas
e as caixas rasgadas
e papéis
largados em qualquer lugar…

Aí eu vou chegando
e limpo o mundo de novo:
desse jeito,
eu também sou importante.

***

TAMBIÉN YO, SOY IMPORTANTE
Cuando vosotros, ricachones
gastabais vuestro dinero,
y vuestras cáscaras de plátano
echabais a la zanja,
y vuestros billetes de autobús
esparcíais como confetis,
y vacías de vino y refrescos
vuestras botellas y latas
dejabais en un callejón,
y vuestros restos de pescado
y frutas podridas
y cajas rotas
y papeles
arrojados por todas partes…

Entonces llego yo
y limpio de nuevo el mundo:
así pues,
también yo, soy importante.

***

ΣΗΜΑΝΤΙΚΟΣ

Καθώς εσείς οι πλούσιοι
ξοδεύετε τα χρήματα σας
και τις μπανανόφλουδες σας
πετάτε στο αυλάκι
και τα εισητήρια του λεοφορείου πετάτε
στην άκρη σαν κονφεττί
κι αφού τελειώσετε
τα αναψυκτικά σας πετάτε
τ’ άδεια μπουκάλια σας στην άκρη
τα ψαροκόκαλα σας
και σάπια φρούτα και σπασμένα κουτιά

και χαρτιά πετάτε όπου βρήτε
Τότε θα έρθω
τον κόσμο σας να ξανακαθαρίσω
σημαντικός να γίνω κι εγώ.

***

***

我也很重要

当你们有钱人
花了你们的钱,
还有你的香蕉皮
扔到了这沟里,
还有你的车票
像五彩纸屑抛撒一地,
还有你的酒和软饮料
已经喝完了,
还有你的瓶子和罐头
已丢弃在巷子里,
还有你吃剩的鱼
还有腐烂的水果
还有破盒子
还有报纸
已四处散落······

然后我来了
再次净化这个世界:
因此,
我也是很重要的。

***

わたしもまた意味がある
あなたたち金持ちが
浪費をする一方で
バナナの皮は溝に捨てられ、
バスの切符は紙吹雪のように
そこら中に散乱し、
酒は飲み干され、
空の瓶や缶は路地に捨てられる
食べ残しの魚も、悪くなった果物も
つぶれた箱や紙くずも
投げ捨てられて

その時、わたしはやって来て
この世界を掃除する
だからわたしには意味があるのだ

(Peter Snyders)

 

Recueil: ITHACA 625
Traduction: Français Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache / Afrikaans / Italien Luca Benassi / Arabe / Islandais Thor Stefánsson / Anglais Stanley Barkan / Allemand Wolfgang Klinck / Néerlandais Jan Deloof / Roumain Gabriela Căluțiu Sonnenberg / Portugais José Eduardo Degrazia / Espagnol Rafael Carcelén / Grec Manolis Aligizakis / Russe Rahim Karim / Chinois William Zhou / Japonais ?Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

EN AUTOMNE (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2020



heurtoir lion porte

EN AUTOMNE

Son complet noir lustré a des tons argentés,
il est devant la porte au heurtoir à lions
regardant la sonnette fourbie
dont le bouton de cuivre reflète l’image
déformée des bicoques d’en face
il ne se décide pas ;
il erre bientôt autour des arbres secs
et des caniveaux engorgés
et fait craquer sous son pas une feuille rouge ;
dans l’épicerie la flamme d’une chandelle à sa fin
tremble près des salaisons ;
cependant passent sous son front
de grandes formes à la Rubens.

(Jean Follain)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Soir ivre (Ingerborg Bachmann)

Posted by arbrealettres sur 18 novembre 2019



Illustration: Edward Hopper
    
Soir ivre

Soir ivre empli d’une clarté bleutée
titube à la fenêtre et désire chanter.
Les vitres peureusement se rassemblent et se pressent
dans lesquelles ses ombres se sont prises au filet.

Il obscurcit et tangue autour des maisons,
tombe sur un enfant et le chasse en criant,
poursuit tout en haletant et chuchotant
de sombres et inquiétantes déclarations.

Dans la cour humide, à la lisière sombre du mur,
il s’ébat avec les rats dans les coins.
Une femme dans sa robe grise râpée de bure
s’enfuit devant lui pour se cacher plus loin.

A la fontaine un filet mince encore coule,
une goutte s’empresse de saisir l’autre au vol ;
là, il boit sans ambages au trou encrassé de rouille
et aide à laver les noirs caniveaux et rigoles.

Soir ivre empli d’une clarté bleutée
titube par la fenêtre et commence à chanter.
Les vitres se brisent. Le visage ensanglanté,
il entre pour lutter avec ma terreur.

***

Betrunkner Abend

Betrunkner Abend, voll vom blauen Licht,
taumelt ans Fenster und begehrt zu singen.
Die Scheiben drängen furchtsam sich und dicht,
in denen seine Schatten sich verfingen.

Er schwankt verdunkelnd um das Häusermeer,
trifft auf ein Kind, es schreiend zu verjagen,
und atmet keuchend pinter allem her,
Beängstigendes flüsternd auszusagen.

Im feuchten Hof am dunklen Mauerrand
tummelt mit Ratten er sich in den Ecken.
Ein Weib, in grau verschlissenem Gewand,
weicht vor ihm weg, sich tiefer zu verstecken.

Am Brunnen rinnt ein dünner Faden noch,
ein Tropfen läuft, den andern zu erhaschen;
dort trinkt er jäh aus rostverschleimtem Loch
und hait, die schwarzen Gossen mitzuwaschen.

Betrunkner Abend, voll vom blauen Licht,
taumelt ins Fenster und beginnt zu singen.
Die Scheiben brechen. Blutend im Gesicht
dringt er herein, mit meinem Graun zu ringen.

(Ingerborg Bachmann)

 

Recueil: Toute personne qui tombe a des ailes
Traduction: Françoise Rétif
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel de janvier est tendu (Josée Tripodi)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2019



Illustration    
    
Le ciel de janvier est tendu
Comme une peau de tambour

Dans le caniveau
Un filet de cristal
Emprisonne
Les scories du jour

Rue de Lagny
Une feuille grise et fripée
Se pose à mes pieds

Je me hâte

Personne ne m’attend

(Josée Tripodi)

 

Recueil: Le temps court plus vite que moi
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La souris d’église (Herbert Zbigniew)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2018




    
La souris d’église

Une souris affamée allait droit devant elle au bord du caniveau.
Au lieu de fromage, on mit une église sur son chemin.
Elle y entra non par humilité, mais par hasard.
Elle fit tout ce qu’il fallait: elle rampa jusqu’à la croix,
s’inclina devant les autels, dormit sur un banc.
Nul grain de manne ne lui tomba du ciel.
Dieu s’occupait alors de calmer les océans.

(Herbert Zbigniew)

 

Recueil: Corde de lumières oeuvres poétiques complètes
Traduction: Brigitte Gautier
Editions: LE BRUIT DU TEMPS

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FLÓRA (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018




    

FLÓRA (1)
« Hexamètres»

Croulent les tas de vieille neige,
le zinc de la gouttière fuit,
Fondent les blocs de gel noircis
que le jus de l’hiver délave
Avant de gonfler d’abondance
le gargouillis des caniveaux.
En-allés les jours si légers,
ah, le pauvre azur en frissonne !
Mais déjà un rouge désir
vers l’aube lance sa chemise :
Vois combien je t’aime, inquiet
de cet éveil, ô ma Flóra !
Ô ravissant dégel, tu as
arraché le deuil de mon coeur
Comme on libère du bandage
la plaie, et je prends mon essor !
Mе revient le flux de ton nom
tout de beauté, tout de douceur,
et je tremble songeant aux jours
d’hier, à ma vie loin de toi !

2
Mystères

Quand les mystères résonnent,
je suis au guet, mon amour.
Ma fidélité est comme
un carcan pour mon corps gourd.

Tu rougiras, comprenant
ce que ronde et le vent disent :
oeil et coeur… mes postulants
pour ta dévotion acquise…

Moi aussi, j’écris mon chant :
Si je t’aime, mon amour,
fais de même en allégeant
cet attachement si lourd !

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mouvement (Hédi Kaddour)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2018



le mouvement

un groupe de piétons
très proches au feu rouge
fait rêver qu’on les garde
pour une scène de reconnaissance
dont pourraient faire partie
quelques bruits d’avertisseurs
puis ils enjambent le caniveau
et disparaissent
à la pointe de ce que l’on croyait savoir

(Hédi Kaddour)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Retouche au caniveau (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2017



retouche au caniveau

enfance aux bateaux de papier
tirés de journaux de finance
grands allumeurs du feu des bûches
rues sans égouts de préférence
il y venait aussi des fils de riches

(Daniel Boulanger)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

À deux heures du matin (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2017



ivre0-800x600

À deux heures du matin

À deux heur’ du matin lorsque les chaises volent
Lorsque les poignards luisent
Aux aubes qui ne naissent pas
Lorsque les coups de poing s’abattent sur nos crânes
Nous demandons toujours notre demi pression

Pressons pressons garçon pressons
Pressons pressons pressons pressons pressons
À trois heur’ du matin lorsque le sang s’écoule
Du copain effondré au ras et sur le zinc
Quand nos larmes ne coulent plus
Quand nous rêvons d’être dingues
Nous recommandons un demi pression
Pression
Et nous disons au garçon pressons pressons

Il y a toujours la Seine
Avec ses hanches lourdes
Quand la lune la mord
Et que là-bas au loin
La péniche glissant
S’en va devers le port

Alors
Nous allons
Et nous rentrons
Dans notre dernier bar
Pour le geste de l’Art
Et nous disons
Au garçon
Un demi pression
Un demi pression
Pressons pressons pressons pressons

En nous en retournant
Nous voyons déjà notre ombre
Et la foule qui court
Vers de viles besognes
Et la mort au soleil
Et le sang qui ruisselle
Le long de notre cravate

Nous pressons
Sa photo
Avant de sombrer dans
Le caniveau.

(Jean-Claude Demay)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :