Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘canne’

Les choses (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018


 


 

Les choses

La canne, la monnaie avec les clefs,
La docile serrure et, bien trop tard,
Les notes que ne liront pas mes rares
Et derniers jours, les cartes, l’échiquier,
Un livre et dans ses pages, desséchée,
La violette, stèle d’un crépuscule
Sans doute inoubliable et oublié,
Le miroir rouge, occidental, où brûle
Une illusoire aurore. Oh ! oui, combien
De choses, clous, atlas, limes, lunettes,
Portes, nous servent en esclaves sans rien
Dire ni voir, étrangement discrètes !
Elles vivront par-delà notre oubli;
Ne sauront pas que nous sommes partis.

(Jorge Luis Borges)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lettres (Vincent Van Gogh)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2018



Lettre à son frère Théo

J’ai aperçu de magnifiques terrains
rouges plantés de vignes,
avec des fonds de montagnes du plus fin lilas.
Et les paysages dans la neige
avec les cimes blanches
contre un ciel aussi lumineux que la neige,
étaient bien comme les paysages d’hiver
qu’ont fait les Japonais.

Lettre à sa mère et Will

Quant à moi, je suis entièrement absorbé par cette étendue infinie,
vaste comme la mer, des champs de blé qui couvrent les collines,
par la beauté des jaunes, la beauté des verts tendres,
le bel indigo des terres sarclées et labourées,
avec cette marqueterie régulière du vert des plants de pommes de terre en fleur,
tout cela dans une belle lumière aux tons
bleus, blancs, rosés, violets.
Je suis tout à fait dans la disposition,
presque de trop grand calme,
dans la disposition qu’il faut pour peindre cela.

Lettre à Paul Gauguin

J’ai encore de là-bas un cyprès avec une étoile, un dernier essai
-un ciel de nuit avec une lune sans éclat,
à peine le croissant mince émergeant de l’ombre projetée opaque de la terre –
une étoile à éclat exagéré, si vous voulez,
éclat doux de rose et vert dans le ciel outremer où courent des nuages.
En bas une route bordée de hautes cannes jaunes,
derrière lesquelles les basses Alpines bleues,
une vieille auberge à fenêtres illuminées orangée,
et un très haut cyprès, tout droit, tout sombre.

(Vincent Van Gogh)

Illustration: Vincent Van Gogh

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le Thérapeute (Pierre Coran)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2018



Le Thérapeute

Il a tonné, le tonnerre.
Il a tonné à tonneaux.

Il a volé, à vau-l’eau,
Ma besace, mon chapeau
Et ma canne de bouleau.

Il m’a cassé les oreilles
En cent vingt et un morceaux.

Quand il s’est tu, le tonnerre,
J’ai recollé les morceaux,
Repris mon sac, mon chapeau
Et ma canne de bouleau.

A présent, dès le réveil,
J’ai des chants plein les oreilles
Comme les marchands d’oiseaux.

(Pierre Coran)


Illustration: René Magritte

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Promenade avec ma voisine (Sylvie Schenk)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2018



ombres

Promenade avec ma voisine

J’ai mené la vieille dame avec ses cannes
Dans la nature, nous ouvrîmes les armoires
De chêne, sortîmes les dentelles et l’argenterie
La pluie avait astiqué les arbres
Les chatons des coudriers brillaient comme des lustres
Et ceux des saules ornaient la salle
Les gouttes dans le vent ouvraient le bal
La vieille dame en bottes dansait dans les flaques

(Sylvie Schenk)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce sera l’Été — tôt ou tard (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2018



Ce sera l’Été — tôt ou tard.
Des Dames — avec ombrelles —
Des Messieurs flânant — avec Cannes —
Des Fillettes — avec Poupées —

Coloreront le paysage blême —
Comme un éclatant Bouquet –
Bien que le Bourg, sous du Paros –
En ce jour — soit enseveli —

Les Lilas — ployant depuis mainte année —
Balanceront leur fardeau pourpre –
Les Abeilles — ne bouderont pas le chant –
Qu’ont bourdonné — leurs Ancêtres —

L’Églantine — rougira au Marais —
L’Aster — sur la Colline
Lancera — sa mode éternelle —
La Gentiane — ses plissés —

Puis l’Été repliera son miracle —
Comme les Femmes — plient — leur Robe –
Ou les Prêtres — rangent les Symboles —
Le Sacrement — administré —

***

It will be Summer — eventually.
Ladies —- with parasols —
Sauntering Gentlemen — with Canes —
And little Girls — with Dolls —

Will tint the pallid landscape –
As ’twere a bright Boquet —
Th0’ drifted deep, in Parian —
The Village lies — today —

The Lilacs — bending many a year —
Will sway with purple load —
The Bees — will not despise the tune —
Their Forefathers — have hummed —

The Wild Rose — redden in the Bog —
The Aster — on the Hill
Her everlasting fashion — set —
And Covenant Gentians — frill —

Till Summer folds her miracle —
As Women — do — their Gown —
Or Priests — adjust the Symhols —
When Sacrement — is done —

(Emily Dickinson)


Illustration: Claude Monet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

L’ombre (Natan Alterman)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2017



Illustration: Bernadette Mercier
    
L’ombre

Il était une fois un homme et son ombre.
Une nuit l’ombre se leva,
Prit les chaussures et le manteau de l’homme,
Les mit et passa de l’autre côté.

Elle ôta le chapeau de son maître de la patère,
Elle tenta également de lui ôter sa tête,
Sans succès. Elle lui ôta le visage
Et le revêtit, sans encombre.
Au matin, elle sortit avec une canne.

L’homme courut après elle dans la rue,
Criant à ses connaissances : «C’est affreux !
C’est une ombre, c’est un comble ! Ce n’est pas moi ! J’écrirai
Aux autorités ! Elle ne m’aura pas !» Ainsi hurla-t-il amèrement,
Mais peu à peu, s’habituant, il se calma. A la fin
Il oublia l’incident.

(Natan Alterman)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: M. Itzhaki et M Garel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VIEUX AVEC CANNE (Tennessee Williams)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2017



    

Illustration: Salvador Dali

VIEUX AVEC CANNE

Les vieux quand ils se promènent
communiquent à distance,
leurs cannes claquant le sol ferré de l’hiver,
un, deux, répondant trois,
aussi irrégulier que le pouls sénile
qui les réchauffe un peu.

Tirées de la pochette qui pend
tel un testicule fané à leur taille ceinturée,
des perles sans lustre passent sans passion de l’un à l’autre ;
Les pierres ternes mais tenaces de la haine
sont entre eux trafiquées en douce.

Et la jeunesse avec honte
s’écarte de qui l’aime,
baisse les yeux et couvre
le lustre de sa nudité,
tousse et ne peut rendre le regard bien-aimé.

Les anciens, les anciens se promènent
sans but dans un paysage terne.
La lune est un faucon, à capuche ;
il va geler. Il va vraiment geler,
quand la cloche du lieu retentira
seules des cannes fanées claqueront sur le triste sol ferré de l’hiver.

***

OLD MEN WITH STICKS

Old men walking abroad
communicate across distances
by sticks clumping the iron earth of winter,
one, two, answering three,
irregular as the senile pulse
that warms them dimly.

Drawn from the pouch that hangs
like a withered testicle at the belted waist,
pearls without luster are passed without passion amongst them;
the dim but enduring stones of hatred
are trafficked amongst them by stealth.

And youth from his lover
draws apart in shame,
looks down and covers
the luster of his nudity,
coughs and cannot return the beloved look.

The ancients, the ancients are walking
aimlessly the dim country.
The moon is a falcon, hooded;
there will be frost. There will indeed be frost
when the bell of space rings
with only withered sticks clumping winter’s iron earth dully.

(Tennessee Williams)

 

Recueil: Dans l’hiver des villes
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Seghers

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au long des grilles du Luxembourg (André Salmon)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2017



Bruit d’ailes de hibou,
Les heures dans la sarbacane,
Sonner minuit avec sa canne
Au long des grilles du Luxembourg.

(André Salmon)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

LES ARAIGNEES (Boris Vian)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2017



 

LES ARAIGNEES

Dans les maisons où les enfants meurent
Il entre de très vieilles personnes.
Elles s’asseyent dans l’antichambre
Leur canne entre leurs genoux noirs.
Elle écoutent, hochent la tête.

Toutes les fois que l’enfant tousse
Leurs mains s’agrippent à leurs coeurs
Et font des grandes araignées jaunes
Et la toux se déchire au coin des meubles
En s’élevant, molle comme un papillon pâle
Et se heurte au plafond pesant.

Elles ont de vagues sourires
Et la toux de l’enfant s’arrête
Et les grandes araignées jaunes
Se reposent, en tremblant,
Sur les poignées de buis poli
Des cannes, entre les genoux durs.

Et puis, lorsque l’enfant est mort
Elles se lèvent, et vont ailleurs…

(Boris Vian)

Illustration: Odilon Redon

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Sur le bout de la canne de jonc (Ko Un)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2016



Sur le bout de la canne de jonc petite libellule posée
le monde l’entoure

(Ko Un)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :