Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘capable’

Chacun héberge l’Infini en soi-même (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2019



Illustration: Josephine Wall    
    
Chacun héberge l’Infini en soi-même;
dès que vous aimez quelqu’un,
vous êtes entraîné au fond de son Infini,
vous recevez le don de son Infini…

Sous l’effet de l’amour,
l’amant trouve accès à l’Infini à l’intérieur d’une personne,
là même où cette personne cesse d’être finie ;

plus vous faites don de votre cœur, plus vous en recevez ;
plus vous contemplez, plus vous découvrez de nouveautés;
plus vous devenez capable, plus vous pouvez y immerger…

Là où il n’y a pas d’amour, il y a restreinte ;
là précisément se ferment les portes du grand Infini;
il y a là, de tout côté, un sol d’acier, une prison.
Celui qui n’a pas appris à aimer le monde
est une personne enfermée dans un trou noir.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Tantôt Dièse, Tantôt Bémol
Traduction: Prithwindra Mukherjee
Editions: Shahitya Prakash

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien n’est à sa place (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2019




    
Rien n’est à sa place.
Mais un jour quelconque
subitement tout est à sa place.

Alors nous comprenons :
ne pas être à sa place
est précisément la façon
d’être à sa place.

Il se peut que le dilemme n’existe pas :
le point de repère manque
pour qu’une chose soit ou ne soit pas à sa place.
Y aurait-il quelque part
un espace dont l’intensité
serait capable d’héberger
ce point de repère
qui n’a pas de place ?

***

Nada está en su lugar.
Pero un día cualquiera
de pronto todo está en su lugar.

Entonces comprendemos:
no estar en su lugar
es justamente el modo
de estar en su lugar.

Pero quizá el dilema no exista:
falta et punto de referencia
para que algo esté o no esté en su lugar.
¿Habrá en alguna parte
un espacio tan intenso
como para poder albergar
ese punto de referencia
que no tiene lugar?

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lâcher Dieu (Angelus Silesius)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2019



Le “lâcher prise” rend l’homme capable de Dieu.
Mais lâcher Dieu même est un “lâcher prise”
que peu d’hommes saisissent.

(Angelus Silesius)

Posted in méditations | Tagué: , , , , | 6 Comments »

Quand on n’est pas capable (Franz Kafka)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2018




    
Quand on n’est pas capable
de donner du courage,

on doit se taire.

(Franz Kafka)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Un jour je trouverai une parole (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2018



    

Un jour je trouverai une parole
capable de pénétrer en ton ventre et le féconder
de camper en ton sein
comme une main ouverte et fermée dans le même temps.

***

Algún día encontraré una palabra
que penetre en tu vientre y lo fecunde,
que se pare en tu seno
como una mano abierta y cerrada al mismo tiempo.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie verticale 1
Traduction:
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ils ne croient pas que la vie les aime (Franck André Jamme)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018



Illustration: Josephine Wall
    
«Ils ne croient pas que la vie les aime,
qu’elle est capable de se répandre entière :
il suffirait pourtant que le regard qu’ils posent soudain sur elle
soit réellement ému, et appelle. »

«Quel effort serait-ce pour eux de desserrer enfin les lèvres
et de prononcer : « bien aimée » ?
Dites-moi. »

[…]

«Tout variera, simplement, d’un auditeur à l’autre. »

« Un qui commencera par ne pas comprendre,
car il sera frappé de plein fouet, trop directement,
pourra quelques instants plus tard se mettre à entendre. »

«Alors, immédiatement, je serai sur sa bouche. »

« Et j’ouvrirai mon ciel entier. »

« À la circulation d’amour. »

(Franck André Jamme)

 

Recueil: La récitation de l’oubli
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On peut aussi bâtir (Johann Wolfgang Von Goethe)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Illustration: Richard Shilling
    
On peut aussi bâtir quelque chose de beau
avec les pierres qui entravent le chemin.

*

Faites ce que vous êtes capables d’effectuer ou croyez pouvoir faire.
L’audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie.

(Johann Wolfgang Von Goethe)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’ai jamais eu de problème (Sarah Kane)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2018



Illustration: Jane Bown

Sarah Kane
    
Je n’ai jamais eu de problème dans ma vie
pour donner aux autres ce qu’ils veulent.
Mais personne n’a jamais été capable d’en faire autant.

Personne ne me touche,
personne ne s’approche de moi.

Mais vous vous m’avez touchée si profondément
putain je n’arrive pas à le croire
et je n’arrive pas à l’être autant.
Parce que je n’arrive pas à vous trouver.

(Sarah Kane)

 

Recueil: Psychose

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivante ou morte (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2018



Illustration: Pascal Renoux
    
Vivante ou morte, Ô toi qui me connais si bien,
Laisse-moi t’approcher à la façon des hommes

Il fait nuit dans la pièce où tremble un oreiller
Comme un voilier qui sent venir la haute mer,
Et je ne comprends pas si je suis l’équipage
Ou l’adieu d’un bras nu resté sur le rivage.

Ah que j’arrête un jour ta chair à la dérive,
Toi qui vas éludant mon désir et le tien,
Au large de mes mains, qu’escortent des abîmes,
Quand mes pieds pour appui n’auront qu’un frêle bruit.

Un bruit de petit jour étouffé de ténèbres
Mais capable pourtant de toucher ta fenêtre
Et de la faire ouvrir.

(Jules Supervielle)

 

Recueil: Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je plonge dans le silence (Bernard Friot)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2018



je plonge dans le silence
sans risque de me noyer
je m’enfonce
je disparais
et quand je reviendrai
à la surface des mots et des bruits
je serai capable
à nouveau
de vivre

(Bernard Friot)


Illustration: Katerina Belkina

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :