Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘capable’

L’air la prend par la taille (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2018



Illustration: Pierre Corratgé
    
L’air la prend par la taille
Le reste amoureux lui souffle les joues
Un tourneur peu visible achève ses bras
L’entour règle sa ronde sur ses hanches

Elle transpose la douceur dont les murs sont capables
Les choses s’arrangent comme ses femmes de chambre
Elle resserre la douceur dont sont capables les couleurs

Sa taille est l’horizon ses jambes les chemins ses bras le ciel
Sa taille la lisière ses bras la perspective
Le vide lui fait des ailes
Les couleurs ses habits préparés sur les chaises son corset attentif

Le monde est son danseur

(Michel Deguy)

 

Recueil: Donnant Donnant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vais t’aider (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018




    
Si Dieu cesse de m’aider se sera à moi d’aider Dieu…
Je prendrai pour principe « d’aider Dieu » autant que possible,
et si j’y réussis, eh bien je serai là pour les autres aussi…

Oui, mon Dieu, tu sembles assez peu capable de modifier
une situation finalement indissociable de cette vie.
Je ne t’en demande pas compte.

C’est à toi, au contraire, de nous appeler à rendre compte un jour.
Il m’apparaît de plus en plus clairement,
à chaque pulsation de mon cœur, que tu ne peux pas nous aider,
mais que c’est à nous de t’aider et de défendre jusqu’au bout
la demeure qui t’abrites en nous…

Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi,
mais je ne puis rien garantir d’avance.
Une chose cependant m’apparaît de plus en plus clairement :
ce n’et pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider –
et ce faisant, nous nous aidons nous-mêmes.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le grand obstacle, c’est toujours la représentation et non la réalité (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018




    
Je sais comment libérer peu à peu mes forces créatrices des contingences matérielles,
de la représentation de la faim, du froid et des périls.

Car le grand obstacle, c’est toujours la représentation et non la réalité.
La réalité, on la prend en charge avec toute la souffrance,
toutes les difficultés qui s’y attachent – on la prend en charge,
on la hisse sur ses épaules et c’est en la portant que l’on accroît son endurance.

Mais la représentation de la souffrance – qui n’est pas la souffrance,
car celle-ci est féconde et peut vous rendre la vie précieuse – il faut la briser.

Et en brisant ces représentations qui emprisonnent la vie derrière leurs grilles,
on libère en soi-même la vie réelle avec toutes ses forces,
et l’on devient capable de supporter la souffrance réelle,
dans sa propre vie et dans celle de l’humanité.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

AVEC L’AMOUR (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018



 Illustration: Kajan: https://dessinrencontre.com/
    
AVEC L’AMOUR

N’entrez pas en ce moment
Ne venez pas me rejoindre à ce tournant
De ma vie
Laissez plutôt les chiens hurler sous la fenêtre
Et le vent s’approcher des murs
Je commence un poème qui ne doit pas s’achever
Il est parti du monde avec les feuilles
Il a tourné dans le soleil et dans ma main
Il est monté avec l’oiseau jusqu’à mes lèvres
Mais la beauté ne suffit plus

Laissez-moi seul avec l’amour
Je n’ai besoin pour vous aimer
Que d’un bruit de pas dans la rue
Et loin de vous je puis écrire
J’aime tous ceux qui font l’amour
Car je suis capable d’aller
De vous à moi
Sans déranger
La solitude et la parole.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’homme est capable (René Char)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2017




    
L’homme est capable de faire
ce qu’il est incapable d’imaginer.

Sa tête sillonne
la galaxie de l’absurde.

(René Char)

 

Recueil: Feuillets d’Hypnos
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous irons au hasard (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017



Illustration: Anne-François-Louis Janmot
    
nous irons au hasard
déchargés des formes
vacillantes entravées
par les cimes de la forêt
où se tisse le murmure
par les escales de l’air
où rêvent les nuages
par l’horizon indemne
de la mer du paradis
quand nous serons
capables de voler

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une fois (Károly Fellinger)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2017



Une fois

Quoique je sois dans une mauvaise passe,
je suis capable de renaître chaque jour,
mais pour cela, il faut pour cela que je me consomme
avant le soir et que je ne tienne jamais
jusqu’à minuit, puis, au moment suivant,
je frotte ma statue d’oiseau de miel,
de sucre, je déchire ma couette garnie
de plumes d’oie par-dessus, comme le temps
passe, je me consomme de plus en plus
tôt, demain à l’heure du déjeuner ou quand
le petit-déjeuner est servi, je vivrai assez
pour me voir renaître à partir du pur néant,
comme le dragon sans tête.

***

Egyszer

Bármilyen rossz passzba kerülök, azért még
minden nap képes vagyok újjászületni,
de ahhoz az kell, hogy estére elfogyjak
már és ne tartsak ki éjfélig sohasem,
az azt követő pillanatban meg aztán
madárszobrom bekenem mézzel, cukorral,
széjjeltépem fölötte lúdtollas dunyhám,
az idő múlásával egyre hamarabb
fogyom el, holnap ebédkor vagy a villásreggeli
tálalásakor, egyszer még megérem
majd, hogy a tökéletes semmiből
szülessek újjá, mint a fejetlen sárkány.

(Károly Fellinger)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Être capable de trouver sa joie (Georges Bernanos)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2017



 

Être capable de trouver sa joie
dans la joie de l’autre :
voilà le secret du bonheur.

(Georges Bernanos)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Habiter poétiquement le monde (Roger Caillois)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2016



Habiter poétiquement le monde
c’est le fait de mieux s’éprouver,
le fait de ressentir chacun de ses atomes
et d’être capable
d’être plus près de nos occasions
de nous faire tressaillir,
de les prolonger,
d’en augmenter la saveur
autrement dit :

c’est le fait d’être étonné.

(Roger Caillois)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vais t’aider, mon Dieu (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2016



Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi,
mais je ne puis rien garantir d’avance.

Une chose cependant m’apparaît de plus en plus claire :
ce n’est pas toi qui peux nous aider,
mais nous qui pouvons t’aider
– et ce faisant nous nous aidons nous-mêmes.

C’est tout ce qu’il nous est possible de sauver en cette époque
et c’est aussi la seule chose qui compte :
un peu de toi en nous, mon Dieu.

Peut-être pourrons-nous aussi contribuer à te mettre à jour
dans les cœurs martyrisés des autres.
Oui, mon Dieu, tu sembles assez peu capable de modifier une situation
finalement indissociable de cette vie.

Je ne t’en demande pas compte,
c’est à toi au contraire
de nous appeler à rendre des comptes un jour.

Il m’apparaît de plus en plus clairement
à chaque pulsation de mon cœur
que tu ne peux pas nous aider,
mais que c’est à nous de t’aider
et de défendre jusqu’au bout
la demeure qui t’abrite en nous.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :