Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘capillaire’

Où nous ouvrir? (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2016



Là où nous sommes là où fait mal
la blessure implicite et secrète
Où nous ouvrir?
De quelle autre manière d’être
pouvons-nous être là où nous sommes?

Comment raviver ce qui a vieilli dans l’apathie et ne brille plus?
Comment vivre le temps sans les narines
frémissantes du renouveau en son excès?

Si seulement ce que nous lisons pouvait devenir
une mer scintillante ouverte entre les lignes
Mais déjà travaillée par la mousse la peau jaunit
et les capillaires s’épaississent

Comment fonder de nouveau la réalité dans la sphère de l’attention
Comment réaliser dans la densité de la surface
les actes qui émeuvent les animaux de l’espace que nous sommes?

(António Ramos Rosa)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Seine était verte à ton bras (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2015



La Seine était verte à ton bras

Compléments d’objet (Décembre)

Ne me laisse pas ignorer où tu seras
Lis-moi le brouillon planétaire
Est-ce que je te connais connaissant tes objets
Les pétales de flamme de ta flamme et de son omphalos

Ton odeur ton nom ton âge tes commissures
Par tes capillaires, je bats, les tiges, faisceau de pouls, verge
Ton élégance tes récits tes bas tes couleurs
J’alanguis la rose de quelqu’une le roman
Tes bijoux tes bleus tes cils ta montre
La proximité est notre dimension
Tes lobes ta voix tes lèvres tes lettres

Ne me laisse pas ignorer où tu es
Le rouleau gris ensable notre baie

(Michel Deguy)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :