Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘carapace’

UN INSECTE PRIS DANS L’AMBRE JAUNE (Anna Hajnal)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2017



libellule-ambre-800x600

UN INSECTE PRIS DANS L’AMBRE JAUNE

Un insecte pris dans l’ambre jaune
On aperçoit encor ses antennes fragiles comme des cheveux
C’est la molle mort qui l’a enfermé
Dans cette solide immortalité.

Il brille là comme derrière un verre
Ses tremblements d’autrefois, où sont-ils ?
Il pleurait, zézéyait de sa voix d’insecte,
Ses sanglots envolés, dis-moi, où sont-ils ?

Enfermé, ce mort, avec sa carapace
Portera toujours ses habits de fête –
Cette âme menue, si elle existe, si elle existait,
Son bruissement dès lors tournoie silencieux.

(Anna Hajnal)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Quand on est tortue (Anne-marie Chapouton)

Posted by arbrealettres sur 16 août 2016



Quand on est tortue

Quand on est tortue,
On peut rentrer la tête
Sous sa carapace
Quand vient la pluie.

Alors on peut rêver
À l’abri,
Et repartir
À petits pas
Jusqu’à l’herbe prochaine
Qu’on atteindra
Ce soir…
Demain…
Ou même un peu plus tard…

Pas de problème
De retard !
Quand on est tortue,
On a toujours le temps
De vivre lentement !

(Anne-marie Chapouton)

 

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

La carapace d’un hanneton dans une toile d’araignée (Ko Un)

Posted by arbrealettres sur 13 janvier 2016



hanneton toile  [800x600]

La carapace d’un hanneton dans une toile d’araignée
s’ennuie tellement
qu’elle se balance au vent

(Ko Un)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

LA PATIENCE (José Ángel Valente)

Posted by arbrealettres sur 10 décembre 2015



 

LA PATIENCE du sud. Ses énormes lézards étirés.
La carapace obscure de la nuit mordue de sel.
La question n’arrive pas à se changer en signe.
Interroger, pourquoi ? Qui nous répondrait depuis
la plénitude solaire sans nous détruire ?

***

LA PACIENCIA del sur. Sus enormes lagartos
extendidos. El caparazón oscuro de la noche
mordido por la sal. No llega la pregunta a
convertirse en signo. Interrogar, ¿ por qué ?
¿ Quién nos respondería desde la plenitud solar
sin destruirnos ?

(José Ángel Valente)

Illustration: William Blake

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :