Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Carlos Drummond de Andrade)’

Au milieu du chemin (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2018




    
Au milieu du chemin il y avait une pierre
il y avait une pierre au milieu du chemin
il y avait une pierre
au milieu du chemin il y avait une pierre.

Jamais je n’oublierai cet événement
dans la vie de mes rétines fatiguées.
Jamais je n’oublierai qu’au milieu du chemin
il y avait une pierre
il y avait une pierre au milieu du chemin
au milieu du chemin il y avait une pierre.

(Carlos Drummond de Andrade)

 

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Absence (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2018



Absence

Pendant longtemps j’ai cru que l’absence est manque.
Et je déplorais, ignorant, ce manque.
Aujourd’hui je ne le déplore plus.
Il n’y a pas de manque dans l’absence.
L’absence est une présence en moi.
Et je la sens, blanche, si bien prise, blottie dans mes bras,
que je ris et danse et invente des exclamations joyeuses,
parce que l’absence, cette absence incorporée,
personne ne peut plus me la dérober.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Evocation (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2017



Evocation

A l’ombre de l’usine, ton jardin
était tout petit, sans fleurs.
Des plantes y naissaient et renaissaient
pour n’être pas regardées.

De vagues projets d’existence
s’exhalaient du soleil et de l’eau,
et même de cette sécrétion
qui dans tes yeux se retenait.

Nul ne t’a vue lorsque, courbée,
tu écartais l’escargot
du chemin étroit des fourmis,
nul même n’a entendu ton appel.

Car tu as appelé (il était tard déjà)
et la voix de l’usine a amorti
ta fugue pour le sans-pays
et le sans-temps. Mais je me souviens de toi

et je te rattrape vivante, petite fille,
concevant si tôt le projet de ce jardin
où, je le sais, tu te trouves recluse,
sans que nul, nul ne te pressente.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me tais, j’attends, je déchiffre (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2017



Je me tais, j’attends, je déchiffre.
Les choses peut-être s’améliorent.
Elles sont si solides les choses!
Mais je ne suis pas les choses et me révolte.
J’ai des mots en moi cherchant une issue,
qui sont rauques et durs,
irrités, énergiques,
contenus depuis si longtemps,
à en avoir perdu le sens, à ne vouloir qu’exploser.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration: Katerina Belkina

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Legs (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2017



Legs

Je ne laisserai de moi aucun hymne radieux,
aucune voix matinale palpitant dans la brume
qu’une secrète épine puisse arracher à quelqu’un.

De tout ce qu’aura pu être mon pas capricieux
à travers la vie, restera, car le reste s’estompe
une pierre qu’il y avait au milieu du chemin.

(Carlos Drummond de Andrade)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jour jaillit de l’Eau (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2017



Le jour jaillit de l’Eau

La fontaine de l’Aurore
fait naître le soleil.
L’eau est toute or
de ce mot blond.
La fontaine de l’Aurore,
dans l’iridescence tremblante,
bien plus qu’un trésor
est un prisme sonore,
carillon étouffé
dans le tliz cliz de l’écume,
choc aérien
subit
sur la pierre lisse,
froid jaillissement,
elle tisse musicalement
la dorée nivéenne rose
parure du jour liquide.
Laisse couler l’aurore
elle est une si pauvre
fontaine pour le peuple.

(Carlos Drummond de Andrade)

Illustration: Anne-Louis Girodet de Roussy Trioson.jpg

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Petite lyre romantique (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2017



Petite lyre romantique

Pourquoi me refuser
tes yeux et ton souris
et venir m’arracher
ainsi au paradis?

Pourquoi ne veux-tu pas
laissant là les alarmes
(ah, Dieu : ce que sont femmes !)
me prendre dans tes bras ?

Pourquoi as-tu choisi
la fleur sans odeur
l’agressive fleur
de la jalousie?

Est-ce que tu ne saurais
que je t’aime à un tel point
à toute heure que Dieu fait
que je ne sais plus combien ?

Attendu qu’à la fin
tout entier il est tien
nulle autre ne le tient
ce cœur qui est le mien ?

Ange sans foi
en mes serments,
mais pourquoi, pourquoi
me causer tourment?

Mon âme pleut
du froid, tout blême.
Et il ne t’émeut
ce petit poème.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration: Alexander Sulimov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Coin d’Ombre (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2017



Coin d’Ombre

Le coin d’ombre et d’humidité dans le potager.
Du mur de pierre dégoutte le filet d’eau,
doucement, sur le vert moussu, éternellement.
Une goutte et une autre goutte, dans le silence
où seules les fourmis travaillent
et dort un chat et dort l’avenir des choses
qui me prendront au dépourvu et me feront mal.
Grandissent, rampantes, les plantes sans prétention
à l’utilité ou à la beauté.
Tout est simple. Anonyme.
Le soleil est un or bref. La paix existe
dans la boîte de conserve abandonnée
et dans le monde.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde est grand (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2017



Le monde est grand et tient
dans cette fenêtre sur la mer.
La mer est grande et tient
dans le lit et la couche où s’aimer.
L’amour est grand et tient
dans le bref espace du baiser.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration: Constantin Brancusi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Pour quoi tant de jambe (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2017



Les maisons épient les hommes
qui courent après les femmes.
La soirée serait bleue peut-être,
ne fussent tous ces désirs.

Le tram passe plein de jambes:
jambes blanches noires jaunes.
Pour quoi tant de jambe, mon Dieu, demande mon coeur.
Pourtant mes yeux
ne demandent rien.

(Carlos Drummond de Andrade)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :