Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Carole Zalberg)’

CERNÉES (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2017




    
CERNÉES

Les femmes fatiguées
s’inventent des beautés
vitales

le temps cavale
il faut parer

Sous l’oeil enluminé
bienheureusement
des ombres évasives
ne se laissent pas chasser

c’est la plainte furtive
des belles épuisées.
Qui l’entend ?

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ABÎMÉE (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2017




Illustration

    
L’ABÎMÉE

Je la tiens par la main
la petite
que je cache
celle empêchée
déchirée le matin
où il est entré
l’autre
et encore
encore
le lendemain
ensuite
et sans fin
des mots et des membres
en elle
à tout prendre
et qu’elle ne soit plus rien

Quand je la lâche
elle remonte

soudain je suis son cadavre
puant de honte

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’HEURE CREUSE (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



Illustration: Francine Van Hove
    
L’HEURE CREUSE

C’est le matin

Café lové
au fond des mains
j’avale le silence,
étreins
le jour délavé
ses danses,
écoute loin
réveil des pavés

La maison, un désert
encore dérangé
des rires d’hier,
pleine de nuit
attend que je la prépare
aux heures de lumière
le retour en fanfare
des petites vies

Je goûte
à cette paix
de cristal cher
puis je le vivrai
mon temps sur terre
qui s’ajoute

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DÉLIVRANCE (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



Illustration: Takahiro Hara
    
DÉLIVRANCE

Après
une chaleur
lourde
sourde à tout
s’étire, lente, sous la peau

L’âme
un instant
est au repos
ne se glisse pas dehors
mais colle aux corps
s’y baigne de toi à moi
bien à l’étroit

Et je m’endors

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toutes mes blessures (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



Illustration: Elizaveta Porodina    
    
Toutes mes blessures,
légères ou profondes,
sont des portes
où s’engouffre le monde

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a là sous la chair (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



Illustration: Danny Quirk
    
Il y a là sous la chair
entre les os fragiles
et les réseaux habiles
dans une profondeur que les mots seuls éclairent
un lac sombre, un monde qui scintille,
d’homme en homme à la file
un fond de vies où j’erre,
où je plonge une et reviens mille

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toutes mes blessures légères ou profondes sont des portes, où s’engouffre le monde (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2015



Il y a là sous la chair
entre les os fragiles
et les réseaux habiles
dans une profondeur
que les mots seuls éclairent
un lac sombre, un monde qui scintille,
d’homme en homme à la file
un fond de vies où j’erre,
où je plonge une et reviens mille

(Carole Zalberg)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Délivrance (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2015



Délivrance

Après
une chaleur
lourde
sourde à tout
s’étire, lente, sous la peau

L’âme
un instant
est au repos
ne se glisse pas dehors
mais colle aux corps
s’y baigne de toi à moi
bien à l’étroit

Et je m’endors

(Carole Zalberg)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Grâce (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2015


1235148781

Elle avance
et voit palpiter l’air autour,
caresse qui la suit à pas de loup

Elle avance, avance
et sent que c’est un de ces jours
où tout s’enlace:
les regards, le vent, l’instant
ce qu’elle désire et ce qui l’attend

elle avance, avance, avance
laisse sa trace
de parfum, de lumière, de silence doux
c’est un frisson, une joie dense
et la voilà qui court.

(Carole Zalberg)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :