Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘carrière’

À MOI PÈLERIN (Salvatore Quasimodo)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2019



Illustration: Erin Hanson
    
À MOI PÈLERIN

Me voici de retour sur la place tranquille :
à ton balcon solitaire oscille
le drapeau de la fête déjà terminée.
— Réapparais, dis-je. Mais seul l’âge
qui aspire aux sortilèges est leurré par l’écho
des carrières de pierre à l’abandon.
Depuis quand l’invisible ne répond-il pas
quand j’appelle comme autrefois dans le silence!
Tu n’es plus ici, ton salut ne me parvient
plus, à moi le pèlerin. La joie ne se révèle
jamais deux fois. Et l’extrême lumière
cogne sur le pin qui rappelle la mer.
Même l’image des eaux est vaine.

Notre terre est loin, dans le sud,
chaude de larmes et de deuils. Là-bas,
des femmes, dans leurs châles noirs,
parlent à voix basse de la mort
sur le seuil des maisons.

(Salvatore Quasimodo)

 

Recueil: Ouvrier de songes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: LA NERTHE

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est hier (Emilien Chesnot)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2018




    
c’est hier

tout s’invente
un passé dans l’oeil

si joliment loin
l’arbre dans la clairière

il existe

beaucoup

(Emilien Chesnot)

 

Recueil: Faiblesse d’un seul
Traduction:
Editions: Centrifuges

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A ma Mère (Hannah Senesh)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2017




    
A ma Mère

Où as-tu appris à sécher tes larmes
à supporter en silence la douleur
à enfouir dans ton cœur chagrin blessures
souffrance tourment et peine ?

Ecoute le vent !
La gueule béante
il hurle par monts et par vaux

Regarde l’océan
avec fureur et colère
il fouette d’énormes falaises

la nature toute vibrante et frémissante
brise chaque barrière et chaque obstacle

D’où vient la sagesse de ton cœur ?
Où as-tu puisé cette force ?

(Hannah Senesh)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivre ou ne pas vivre (Marc Lavoine)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2017



    

Vivre ou ne pas vivre
Vivre son rêve même à tout prix
Tout donner le jour et la nuit
S’abandonner à l’infini

Vivre ou ne pas vivre
Pour la gloire, pour les sous
Pour un rêve devenu fou
Faut-il y aller à genoux

Vivre ou ne pas vivre
Pour cette passion qui nous dévore
Ou l’on peut voir passer la mort
Puisqu’elle fait partie du décor

(Vivre ou ne pas vivre)
Etre seul, être là
Etre enfin face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre fort, être faible,
Etre encore face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre nu, être bon
Etre doux face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre un jour, une nuit
Etre en vie face à soi même
Vivre ou ne pas vivre

Renoncer au grand amour
Danser sans arrêt, toujours
Mais y’a rien qui dure

Vivre ou ne pas vivre
Le paradis a son enfer
Est-ce la paix ? est-ce la guerre ?
La vie vaut-elle une carrière ?

(Vivre ou ne pas vivre)
Etre seul, être là
Etre enfin face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre fort, être faible,
Etre encore face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre nu, être bon
Etre doux face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre un jour, une nuit
Etre en vie face à soi même
Vivre ou ne pas vivre

Vivre ou ne pas vivre
Oh mon amour, ma raison
A l’affiche il y a mon nom
Comment dire oui, comment dire non ?

Vivre ou ne pas vivre
Dans les poussières de la scène
Ou doivent se jeter dans la Seine
A corps perdu
A perdre haleine

(Vivre ou ne pas vivre)
Etre seul, être là
Etre enfin face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre fort, être faible,
Etre encore face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre nu, être bon
Etre doux face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre un jour, une nuit
Etre en vie face à soi même
Vivre ou ne pas vivre

(Marc Lavoine)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Carrare d’idéale blancheur (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



Carrare d’idéale blancheur
dans les carrières
de l’ébloui

Parmi les lieux sans ombre
d’une lumière
tactile

Où glissent
les silencieux gréements
de la caresse

Parmi les lieux sans nombre
des îles frissonnantes
du nerf

Où tremble
sous l’alizé au long cours

L’obstacle soumis
et insoumis de la passion

(Werner Lambersy)

Illustration: William Bouguereau

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La main touche une jupe (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 4 avril 2017



La main touche une jupe

La main touche une jupe,
muguets fanés, je me souviens,
tiède comme un début de peau,
un feu de sang brûle les os.

Les joncs craquent sous le corps souple,
et le miel bout dans l’oeillet pourpre,
sur le brasier de myosotis
là-haut où les oiseaux s’étirent.

Carrière de braise rouge,
près d’une eau non doublée de tain
où toute pudeur expire
au vent venu de si loin,

Sous août bruissant, la fièvre est fraîche,
et la brûlure encore glacée
des lèvres fanées de soif,
et du corps torride de sang.

Voici la baie de tes jambes,
avant cette île foudroyée
où peut-être un peu de neige
attend ma tête sans pensée.

(Alain Borne)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les fleurs dans le pré (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



Les fleurs dans le pré
filles des herbes

Dans la carrière la lumière
déshabillée
le bonheur d’être pierre

(Georges Bonnet)

Illustration: Carrières des Baux de Provence (Photo Ali)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CARRIÈRE (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



carrière ocre

 

CARRIÈRE

Pas plus que le chant de cela… Comme si
le fait de chanter seuls
nous avait ramenés vers ce lieu.

Nous y sommes venus, et n’y sommes jamais venus.
Nous sommes venus sur le chemin où nous avons commencé,
et nous nous sommes perdus.

Il n’y a aucune limite
à la lumière. Et la terre
ne nous laisse aucun mot
à chanter. Car l’effritement de la terre
sous les pieds

est en soi une musique, et marcher parmi ces pierres
c’est n’entendre rien
que nous-mêmes.

Je chante, donc, le rien,

comme si c’était le lieu
où je ne reviens pas —
et si je dois revenir, alors fais le compte de ma vie
dans ces pierres : oublie
que j’ai été un jour ici. Le monde
qui circule en moi

est un monde hors d’atteinte.

(Paul Auster)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les pioches jonchent la carrière (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



 

Les pioches jonchent la carrière — marques érodées
qui ne pouvaient déchiffrer le message.
La querelle a déchaîné son alphabet,
et les pierres, dans le carcan de la traîtrise,
ont appris par coeur la défaite.

(Paul Auster)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Carrières des Baux (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2016




Cette fêlure, cette
fissure dans la pâleur
du roc, est, nous dit-on,
l’entrée du labyrinthe,

non pas porte velue,
gouffre denté qui broie
les corps aventureux

mais corridor
taillé par le couteau
géant des ruches ouvrières:

piliers de rêve
sans raison
et presque titubants,

si bien que la blancheur
y joue avec le gris,
le noir déjà qui nous aspire.

Un fil de feu nous guide,
un souffle pur
dont le parfum dissout

la crainte de la Bête.
Non pas ici la mort
mais le tissu de la lumière.

Et nous allons
portés par le silence
dans l’oubli.

Qui règne au centre?
Quelle ombre qui nous tend
des bras,
des lèvres invisibles?

(Jean Joubert)

Illustration: Carrières des Baux de Provence (Photo Ali)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :