Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘cascade’

Pour chanter aussi fort (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2017



Pour chanter aussi fort
Que la cascade

Il suffit d’être
Un épi de blé.

(Guillevic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

J’habite (Paul Claudel)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2016



 

J’habite
à l’intérieur
d’une cascade.

(Paul Claudel)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Affinité d’ombres et de fleurs en le soir (Wincenty Korab-Brzozowski)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Albert Lynch 00

 

Affinité d’ombres et de fleurs en le soir

Ô le tournoiement d’Ombres mortes
En l’espace bleu des airs vifs,
Et les cascades sous les portes,
Des noir palais pensifs des ifs !

Ô les danses sans pleurs de violes
Des diamants du ciel pâli,
Et les valses des lucioles
Sur l’herbe en pleurs, en fleurs d’oubli !

Aimez-vous les camélias,
Ophélia ?
Julia ?

Aimez-vous les acacias
Languissant au vent sonore,
Porcia ?
Léonore ?

La tubéreuse au long abandon,
Ninon ?

Sur la pourpre royale, le lys,
Alice ?

Ô le tournoiement d’Ombres mortes
– Ophélia, Julia, Porcia, Léonore, Ninon, Alice –
En l’espace bleu des airs vifs,
Et les cascades sous les portes
Des noirs palais pensifs des ifs !

La lune, pâle esquif d’acier,
Emporte la Fleuriste triste ;
Les fleurs meurent sur les glaciers
– Camélias, acacias, tubéreuses, lys –
Toutes les fleurs de la Fleuriste !

Ô les danses sans pleurs de violes
Des diamants du ciel pâli,
Et les valses des lucioles
Sur l’herbe en pleurs, en fleurs d’oubli !

(Wincenty Korab-Brzozowski)

Découvert ici : poetespolonais

Illustration: Albert Lynch

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

Y A DU SOLEIL DANS LA RUE (Boris Vian)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2016



 

Y A DU SOLEIL DANS LA RUE

Y a du soleil dans la rue
J’aime le soleil mais j’aime pas la rue
Alors je reste chez moi
En attendant que le monde vienne
Avec ses tours dorées
Et ses cascades blanches
Avec ses voix de larmes
Et les chansons des gens qui sont gais
Ou qui sont payés pour chanter
Et le soir il vient un moment
Où la rue devient autre chose
Et disparaît sous le plumage
De la nuit pleine de peut-être
Et des rêves de ceux qui sont morts
Alors je descends dans la rue
Elle s’étend là-bas jusqu’à l’aube
Une fumée s’étire tout près
Et je marche au milieu de l’eau sèche
De l’eau rêche de la nuit fraîche
Le soleil reviendra bientôt.

(Boris Vian)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

SOIR D’HIVER (Marie-Anne Bruch)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2016



 

SOIR D’HIVER

Les immeubles, le soir, font danser leurs carreaux
Dans des liqueurs d’orange où flottent des pépites
D’or et d’argent fondus en sanglots minéraux
Et changent le ciel noir en flocons qui palpitent.

Les gens emmitouflés, délivrés des bureaux,
Soufflant des halos blancs de froid, se précipitent
Vers les reflux venteux des bouches de métro
Et leurs pas sur l’asphalte, en cascade, crépitent.

Riant au ciel, plusieurs guirlandes vermillon
Ordonnent d’être heureux ce soir de réveillon :
Noël revient, avec ses douceurs de châtaignes.

Personne ne m’attend : mes souvenirs épars
Bercent des bonheurs morts ; vers le fleuve je pars
Marcher, jusqu’à l’heure où les lumières s’éteignent.

(Marie-Anne Bruch)

Découvert ici: Lucarne Poétique

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ESCALIER (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2016



bartleby-800x600

ESCALIER

Vu d’en bas, la figure de la montée
L’envol mémorable d’une vie
Suspendue pas à pas
Avec entre les plis de pierre
Le noir entêtement du jour

Le fût évidé de l’imaginaire
Dans l’arbre du réel
Passage du souffle
Flamme et eau
Colonne et cascade
La portée d’une musique
Sur le vide

Ou le renversement de l’ange
Lenz qui voulait marcher sur la tête
Et Bartleby mourant dans son refus
Sur le gazon chu du bec des oiseaux
Là où il y avait le ciel

(Heather Dohollau)

 Illustration: Bartleby

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Maison (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2016




La Maison

Dans la maison de mon amour
Il y a des collines et des pâturages tapissés de fleurs,
Son toit est le ciel bleu, sa lampe l’étoile du Berger,
Les portes de sa maison sont les vents, et son rideau la pluie.
Dans sa maison nombreuses sont les montagnes, chacune est seule,
Et les îles où les oiseaux de mer font retour.

Dans la maison de mon amour
Il est une cascade qui coule toute la nuit
Tombant du sommet neigeux de la montagne
Blanche dans le bleu miroitant de l’été perpétuel —
Tombant du rocher escarpé où plane l’aigle.
Sur le seuil montent les marées de l’océan,
Et les marsouins suivent les poissons dans les baies tranquilles
Où l’étoile de mer luit sur les algues sombres sous l’eau immobile.

J’ai été portée ici dans le sommeil,
Au réveil j’ai trouvé rivières et vagues mes servantes,
Soleil, nuages, vents, les oiseaux-messagers,
Tous les troupeaux de ses collines et les poissons de ses mers.
Je me repose, dans la chaleur du jour, dans l’ombre légère des feuilles
Et les voix de l’air et de l’eau me parlent.
Tout cela il me l’a donné, lui dont jamais je n’ai vu le visage,
Mais dans ses bras qui tout étreignent je sombre dans le sommeil.

***

The House

In my love’s house
There are hills and pastures carpeted with flowers,
His roof is the blue sky, his lamp the evening star,
The doors of his house are the winds, and the rain his curtain.
In his house are many mountains, each alone,
And islands where the sea-birds home.

In my love’s house
There is a waterfall that flows all night
Down from the moutain summit where the snow lies
White in the shimmering blue of everlasting summer,
Down from the high crag where the eagle flies.
At his threshold the tides of ocean rise,
And the porpoise follows the shoals into still bays
Where starfish gleam on brown weed under still water.

In sleep I was borne here
And waking found rivers and waves my servants,
Sun and cloud and winds, bird-messengers,
And all the flocks of his hills and shoals of his seas.
I rest, in the heat of the day, in the light shadow of leaves
And voices of air and water speak to me.
All this he has given me, whose face I have never seen,
But into whose all-enfolding arms I sink in sleep.

(Kathleen Raine)

Illustration: Alain DENEFLE

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un p’tit chien aboie (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2016



 

petit-chien-jack-russel

Un p’tit chien aboie
A la cascade qui gronde
Et gobe sa voix.

***

A little dog barks
At a roaring waterfall
That swallows his voice.

(Richard Wright)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Les moineaux criards (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2016



 

moineaux [1280x768]

Les moineaux criards
Ont revêtu la cascade
D’éclats de lumière.

***

Shrilling sparrows
Are sheathing the waterfall
With glittering light.

(Richard Wright)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La petite cascade chante (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016


 

Quel calme nocturne, quel calme
nous pénètre du ciel.
On dirait qu’il refait dans la palme
de vos mains le dessin essentiel.

La petite cascade chante
pour cacher sa nymphe émue…
On sent la présence absente
que l’espace a bue.

(Rilke)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :